Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Méditation calme intérieur - Unsplash

Comment parvenir au calme intérieur via la méditation?

Manon de Meersman

Méditer, c’est accepter de prendre du temps pour soi et de ralentir nos pensées, en relâchant le corps et l’esprit. Une technique qui permet de toucher du doigt le calme intérieur. Mais comment s’y prendre concrètement?

Que ce soit avant de démarrer sa journée, à la pause lunch pour se ressourcer, ou avant de dormir, la méditation s’impose comme une pratique incroyable, capable nous reconnecter à nos énergies en nous accordant un moment de pause, rien que pour soi. Dans son livre « L’art de la méditation », Matthieu Ricard, aujourd’hui moine bouddhiste tibétain, nous en apprend plus sur les rouages de cette pratique. Il y aborde notamment la notion de calme intérieur, un moment d’apaisement du corps et de l’esprit.

Lire aussi: « 3 bonnes raisons de commencer sa journée par une séance de méditation »

Libérer l’esprit de l’ignorance et de la souffrance

Selon Matthieu Ricard, le simple souhait de parvenir au calme intérieur ne suffit pas pour y accéder. « Il faut appliquer une méthode systématique qui permette de débarrasser l’esprit des voiles qui l’obscurcissent, explique-t-il. Comme c’est l’esprit lui-même qui doit se charger de cette tâche, assurons-nous d’abord qu’il en est capable. S’il ne tient pas en place un seul instant, comment pourrait-il se libérer de son ignorance? L’esprit ressemble à un singe entravé de nombreux liens, qui ne cesserait de sauter dans tous les sens pour se détacher. Il gesticule tant et su bien qu’il empêche quiconque, y compris lui-même, de défaire un seul noeud. Il faut commencer par le pacifier et le rendre attentif. Calmer le singe ne signifie pas l’immobiliser en le gardant enchaîné.

Le but est de profiter de ce répit pour lui rendre la liberté. On utilisera pareillement la maîtrise qui accompagne l’esprit lorsqu’il est calme, attentif, clair, et maniable pour le libérer de ses liens créés par les pensées vagabondes, les émotions conflictuelles et la confusion.

poursuit Matthieu Ricard. « Les automatismes de pensée, entretenus par nos tendances et nos habitudes, de même que la distraction et les fabrications conceptuelles qui déforment la réalité, sont autant d’obstacles à l’atteinte de ce but. Il faut donc remédier à ces conditions défavorables » conseille-t-il.

Lire aussi: « 4 apps pour se (re)mettre à la méditation »

Affranchir l’esprit de l’emprise des conditionnements mentaux

Pour y parvenir, Matthieu Ricard conseille de se libérer des conflits intérieurs entretenus par nos pensées et nos émotions. « Pour reconnaître la nature véritable de l’esprit, il faut par conséquent ôter les voiles engendrés par les automatismes de pensée. Comment s’y prend-on? », questionne-t-il.

Supposons que nous ayons fait tomber une clef au fond d’un étang. Si nous prenons un bâton et remuons la vase, nous rendrons l’eau complètement opaque et nous n’aurons aucune chance de retrouver la clef. Nous devons d’abord laisser l’eau se décanter jusqu’à ce qu’elle devienne limpide, après quoi il sera plus facile de discerner la clef et la repêcher.

conseille-t-il. « De même, il faut commencer par laisser l’esprit devenir clair, calme et attentif. Ensuite, il sera possible d’utiliser ces nouvelles qualités pour en cultiver d’autres, comme l’amour altruiste, la compassion, et pour acquérir une vision profonde de la nature de l’esprit. »

Matthieu Ricard évoque ainsi deux types de méditations qui se complètent:

  • Le « calme mental », appelé shamatha en sanskrit;
  • La « vision pénétrante » appelée vipashyana en sanskrit.

Partant du principe que notre esprit est généralement désordonné, égocentrique, confus, parfois absent, instable, Matthieu Ricard voit en ce dysfonctionnement une production de l’esprit lui-même. Et pour y remédier, on fait appel aux deux techniques de méditation mentionnées ci-dessus, afin de passer d’un état d’esprit chaotique à un autre, axé davantage sur la gestion des émotions, la stabilité et la paix intérieure.

Ainsi, le shamatha vise à apaiser le tourbillon de pensées qui envahit notre esprit. « À cette fin, nous aiguiserons notre pouvoir de concentration en prenant comme support quelque chose auquel nous prêtons rarement attention: le va-et-vient de notre souffle. » Respirer est synonyme de vie, et pourtant, nous ne conscientisons que trop peu la respiration. L’utiliser comme point de référence permet de « juger de notre distraction ou de notre concentration. »

La méditation sur le va-et-vient du souffle

Pour atteindre le calme intérieur, Matthieu Ricard nous propose ainsi de s’appuyer sur une pratique comportant trois étapes:

  1. Tourner l’attention vers un objet choisi (ici la respiration);
  2. Maintenir l’attention sur cet objet;
  3. Être pleinement conscient de ce qui le caractérise.

Pour y parvenir, Matthieu Ricard nous invite à nous asseoir confortablement, en nous tenant droit dans une position physique équilibrée. « Ici, la pleine conscience consiste à rester continuellement présents à notre souffle, sans l’oublier ni nous laisser distraire. Respirons calmement et naturellement. Concentrons toute notre attention sur le souffle qui va et vient. Soyons particulièrement présents à la sensation que crée le passage de l’air dans les narines, à l’endroit où nous le percevons avec le plus d’acuité. »

Il nous encourage ainsi à nous concentrer de manière identique sur les cycles d’inspiration et d’expiration de notre respiration. « La conscience du souffle doit être limpide et sereine. Le Bouddha utilisait l’image de l’averse qui dissipe les masses de poussières soulevées par le vent pour laisser place au ciel pur et lumineux. La poussière représente l’agitation et la confusion mentale, l’averse bienfaisante la concentration sur le souffle, et l’air pur le calme et la clarté intérieurs. » Et si jamais notre concentration se perd, reprenons-la simplement, « sans surenchérir par du regret ou de la culpabilité. Retournons simplement au souffle. » Et lorsque des pensées surgissent, « n’essayons pas de les arrêter » conseille Matthieu Ricard, qui ajoute « évitons simplement de les alimenter: laissons-les traverser le champ de notre conscience comme l’oiseau passe dans le ciel sans laisser de traces. »

« L’art de la méditation » de Matthieu Ricard, Éd. Retrouvées, en vente au prix indicatif de 14,50€.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires