Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Sommeil - ©Unsplash

7 précieux conseils pour une bonne nuit de sommeil

Manon de Meersman

En moyenne, nous passons environ un tiers de notre vie à dormir. Une raison plus que valable pour rentabiliser ce temps en l’utilisant de manière optimale.

Ce n’est pas un secret, une personne qui dort bien est beaucoup plus en forme et plus productive pendant la journée. Et donner une impulsion positive à sa vie grâce au sommeil, c’est possible! Hilde Vandenkieboom, experte chez IDEWE qui contribue à créer un environnement de travail sûr et sain, nous donne ses 7 précieux conseils pour une bonne nuit de sommeil.

Lire aussi: Les heures de sommeil avant minuit comptent-elles vraiment doubles?

Un mode de vie sain le jour favorise le sommeil la nuit

Une alimentation saine, suffisamment d’exercice physique et l’attention portée aux moments de repos pendant la journée ont tous une incidence positive sur votre sommeil. Il est préférable d’éviter la caféine et la nicotine à partir de la fin de l’après-midi. L’alcool et un repas lourd avant le coucher conduisent à un sommeil moins profond. Il convient de faire de l’exercice à l’extérieur, car la lumière du jour vous donne de l’énergie et soutient votre rythme naturel de 24 heures.

Adaptez votre horaire de sommeil

Le respect de votre rythme biologique vous aide non seulement à bien fonctionner pendant la journée, mais aussi à bien dormir. Préparez donc votre tête et votre corps à temps pour le coucher en évitant de réaliser un travail lourd sur le plan physique ou mental avant d’aller dormir. La lecture d’un livre, la pleine conscience et le yoga, par exemple, mettent votre corps et votre esprit au repos. Un rituel du soir vous prépare à la nuit, et votre corps sait qu’il est temps de dormir au bout d’un moment

Le temps passé devant un écran est également néfaste pour les adultes

Cette adaptation s’applique également aux écrans. Utilisez-vous encore votre smartphone, tablette ou PC juste avant d’aller vous coucher ? Si tel est le cas, cela a probablement un effet négatif sur votre sommeil. Vous restez mentalement actif·ve, et la lumière bleue ralentit la production de mélatonine, l’hormone du sommeil. Ce mécanisme peut écourter votre nuit de repos, parce qu’il sera plus difficile de vous endormir. Essayez donc de ne pas utiliser votre smartphone ou votre tablette trente minutes à une heure avant le coucher.

N’ayez pas peur de vous réveiller la nuit

Il est normal de se réveiller parfois la nuit. Ces réveils sont souvent brefs et vous ne vous en rendez pas compte. Mais lorsqu’ils durent plus longtemps et que vous commencez à y porter votre attention, vos pensées deviennent actives et il est plus difficile de se rendormir. Si vous êtes encore éveillé(e) après 20 minutes, il est alors recommandé de vous lever. Faites quelque chose qui vous détend et n’allez au lit que lorsque vous êtes à nouveau fatigué·e.

Et si vous avez passé une mauvaise nuit ?

Cela peut paraître étrange, mais il est important de rester éveillé·e pendant la journée. Dormir pendant la journée perturbe la qualité du sommeil la nuit suivante. Les petites siestes (vingt minutes au maximum en début d’après-midi) peuvent améliorer votre vivacité, mais pour les personnes ayant un problème de sommeil, elles compliquent souvent la nuit de sommeil. Nous vous recommandons également de respecter votre rythme habituel. Chercher la lumière du jour le matin aide assurément à redynamiser le corps. Si nécessaire, vous pouvez vous coucher plus tôt le lendemain soir, mais levez-vous à la même heure, car vous récupérez le sommeil en qualité et non en quantité.

Qu’en est-il des données de sommeil de votre montre connectée ?

De nombreuses montres connectées mesurent votre sommeil, mais que vous révèle exactement ce tracker de sommeil ? Soyez critique avec ces données, car le sommeil est une question complexe qui ne peut pas toujours être mesurée avec une montre. Les données relatives au sommeil sous-estiment ou surestiment souvent la durée de votre sommeil et les différentes phases que vous traversez. Cependant, les données peuvent vous aider à prendre conscience de la façon dont vous dormez. Examinez donc les tendances générales, comme la durée totale du sommeil et le temps nécessaire pour s’endormir. Et si vous constatez un lien entre votre comportement et votre mode de vie, essayez de réfléchir à des changements dans ce dernier. Le principal concernant ces données est qu’elles ne doivent pas vous empêcher de perdre le sommeil (au sens propre comme au sens figuré), sinon vous tomberez dans un cercle vicieux.

Lire aussi: J’ai découvert que je souffrais d’apnée du sommeil grâce à un test à la maison

Communiquez clairement avec votre employeur

Un mauvais sommeil affecte-t-il vos performances au travail ? Si c’est le cas, parlez-en avec votre employeur et trouvez une solution ensemble. Pourquoi ne pas opter pour un régime de travail flexible ou adapté ? Certaines personnes sont plus performantes tôt le matin, tandis que d’autres ne sont actives que le soir. Votre service de prévention externe peut donner des conseils à ce sujet et aider les employeurs à élaborer une politique en la matière.

Comme le précise la spécialiste, « les conseils ci-dessus vous mèneront dans la bonne direction, mais n’oubliez pas qu’une mauvaise nuit de sommeil peut aussi avoir une raison médicale. Plus particulièrement si la situation perdure, il est préférable de demander conseil à votre médecin traitant et/ou (si le problème a un impact sur votre travail) à votre médecin du travail (lié au service de prévention externe de votre entreprise). »

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires