Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

11 lectrices nous racontent leur bonne expérience chez le gynécologue

Justine Rossius

Cela devrait être la chose la plus normale au monde, mais pour de nombreuses femmes, la visite chez le gynécologue est toujours une cause de panique. Ce qui constitue un sérieux problème, puisqu’il est recommandé d’effectuer un frottis tous les trois ans à partir de 25 ans. Alors, pour vous donner du courage, on a récolté des témoignages de bonnes expériences chez le·la gynécologue. En espérant que cela vous donne la motivation parfaite pour ne plus reporter ce fameux rendez-vous.

Lire aussi: Cette YouTubeuse géniale qui démystifie les visites chez le gynéco

« Quel soulagement de découvrir qu’un frottis ne prenait que quelques secondes! »

Sarah (24 ans) : « À 23 ans, alors que je n’étais encore jamais allée chez un gynécologue, je me suis dit qu’il était temps de franchir le pas. Quelques amies m’avaient raconté des histoires horribles, d’autres avaient vécu de bonnes expériences. Je ne savais donc pas à quoi m’attendre. Le stress a culminé lorsque je me suis assise dans la salle d’attente. Quand je suis rentrée, j’ai immédiatement mentionné à ma gynécologue que j’étais nerveuse car il s’agissait de ma première fois. La gynécologue m’a immédiatement mise à l’aise et a pris son temps pour tout m’expliquer calmement. En dix minutes, tout était terminé ! Cela m’a fait du bien de découvrir qu’un frottis ne prenait que quelques secondes par exemple. J’en suis sorti fière et rassurée. L’année prochaine, je prendrai un autre rendez-vous et sans aucun stress cette fois. »

« Je suis tombée sur une gynécologue qui a pris mes douleurs au sérieux »

Sarah (28 ans) : Je vivais avec de fortes douleurs et des saignements depuis quelques années. Pendant deux ans, je suis allée de gynécologue en gynécologue, mais personne ne m’a vraiment prise au sérieux et on m’a seulement prescrit des hormones. Après toutes ces déceptions, je me suis retrouvée chez ma gynécologue actuelle. Lors de ce premier rendez-vous, j’ai commencé à pleurer de désespoir en expliquant mes symptômes. Elle m’a prise au sérieux et a découvert que je souffrais d’endométriose. Cette lésion d’endométriose a été brûlée et elle me suit de près depuis. Je suis éternellement reconnaissante à mon gynécologue de m’avoir écoutée, d’avoir pris au sérieux mes symptômes et d’avoir cherché la cause sans se contenter de prescrire des médicaments. Grâce à elle, je suis soulagée de mes douleurs et je suis suivie par une gynécologue qui me fait du bien ! ».

« En tant que célibataire, il n’est pas toujours facile non plus de parler de ses expériences sexuelles »

Michelle (29 ans) : « Ma gynécologue me met toujours tout de suite à l’aise. Pendant que je me déshabille, elle brise immédiatement la glace en demandant comment ça se passe au travail et cette conversation se poursuit pendant l’examen. Elle explique toujours clairement ce qu’elle fait et ce que je vais peut-être ressentir. De même, pendant l’échographie, elle me dit clairement ce qu’elle voit et me laisse regarder l’écran avec elle. En tant que célibataire, il n’est pas toujours facile non plus de parler de ses (parfois petites) expériences sexuelles. Mais elle ne juge jamais, demande toujours ce que je ressens et prend vraiment le temps de discuter de tout. Ma gynécologue est la meilleure ! »

« Je me suis évanouie et le médecin s’est immédiatement précipité vers moi »

Lisa (23 ans) : « Début 2022, je suis allée voir un gynécologue pour la première fois. J’étais extrêmement stressée et un peu effrayée car je ne savais pas à quoi m’attendre. Cependant, le gynécologue en question m’a mise très à l’aise. Même lorsque je lui posais des questions stupides à mes yeux Il m’avait dit que je devais lui indiquer si je souffrais trop, et il s’arrêtait à certains moments lorsque la douleur devenait un peu trop forte pour me permettre de récupérer. Malheureusement, je me suis évanouie quand j’ai voulu m’habiller, probablement à cause de la décharge de tout le stress. Le gynécologue s’est immédiatement précipité vers moi avec un linge humide à poser sur mon front et m’a soigné jusqu’à ce que les battements de mon cœur reviennent enfin à la normale. Je me suis excusée au moins dix fois, mais il m’a rassurée « Cela arrive plus souvent que vous ne le pensez, ne vous inquiétez pas. Nous sommes là pour aider. »

Depuis, j’y suis encore retournée deux fois, mais sans le stress et l’anxiété de la première fois ! Je pense qu’une telle première expérience gynécologique est quelque peu stressante pour tout le monde, mais c’est la réaction du médecin en question qui en fait une bonne ou une mauvaise expérience. »

« La façon dont notre gynécologue s’est occupé de nous était si agréable et si chaleureuse! »

Pauline (31 ans) : « Au cours des trois dernières années, je suis devenue la maman de trois petits enfants. Alice et Babette, deux adorables filles devant lesquelles je fonds complètement chaque jour. Et notre petit garçon Ernest, dont le cœur s’est arrêté de battre à 16 semaines de grossesse. La façon dont notre gynécologue (et le reste du personnel de l’hôpital) s’est occupé de nous était si agréable et si chaleureuse. C’était très important pour moi et ça m’a vraiment aidé. La dernière grossesse, celle de notre Babette, a également été très intense en raison de notre expérience précédente. Mais là aussi, nous avons toujours été très rassurés par notre gynécologue. Tout cela grâce au Dr Platteeuw, gynécologue à Courtrai! »

« Il ne m’a jamais demandé de monter sur la balance et il ne m’a jamais fait de commentaires sur mon poids. »

Kirsten (34 ans) : « J’ai eu un gynécologue parfait pendant mes deux grossesses. Je suis une personne obèse ; il ne m’a jamais demandé de monter sur la balance et il ne m’a jamais fait de commentaires sur mon poids. On discutait de tous les désagréments de la grossesse ensemble, sans pointer du doigt mon poids. Je m’y suis toujours sentie très à l’aise. »

« L’assistant avait le même âge que moi. Et il était beau! »

Evelien (25 ans) : « Lors de ma première visite chez le gynécologue, il y avait même un assistant. Tout s’est bien passé, à l’exception de quelques regards gênants que j’ai échangé avec l’assistant en question. Après tout, nous avions à peu près le même âge, il était assez beau et nous semblions tous deux un peu stressés. Du coup, il a laissé le gel désinfectant voler dans les airs. Et ça a directement brisé la glace! »

« Mon gynécologue m’indiquait comment allait se passer chaque étape »

Linda (37 ans) : « Je suis allée faire un contrôle chez le gynécologue parce que j’avais besoin d’un examen plus approfondi des résultats d’un frottis, et bien que cela soit toujours inconfortable, ce n’était vraiment pas si horrible. On m’a dit à l’avance ce que la procédure était censée être et à chaque étape, on m’a expliqué comment cela allait se passer. Si j’avais trop mal, j’avais le droit de l’indiquer aussi. Entre-temps, j’ai eu plusieurs visites chez le gynécologue, sans aucun problème.

« Si mes symptômes s’aggravent dans les mois à venir, je frapperai à nouveau à sa porte en toute confiance »

Nicole (27 ans) : « C’est le cœur serré que je me suis rendue chez le gynécologue parce que j’avais beaucoup de symptômes d’endométriose. Au centre, je me suis retrouvée avec un gynécologue très calme et serviable. Il m’a posé des questions, m’a examinée et a discuté très calmement de mes résultats. Il a tout traduit en langage humain de manière à ce que tout soit extrêmement clair. Il m’a prescrit des médicaments, m’a orienté vers un physiothérapeute et m’a envoyé toutes les options possibles. Si mes symptômes s’aggravent dans les mois/années à venir, je frapperai à nouveau à sa porte en toute confiance ».

 

« Pour la première fois, je me suis vraiment sentie écoutée. »

Evi (31 ans) : « Lorsque nous avons déménagé, j’ai commencé à chercher un nouveau gynécologue. Je me suis retrouvée chez mon gynécologue actuel, sur la recommandation d’une copine . Après un premier rendez-vous, j’ai immédiatement ressenti ce « déclic ». Pour la première fois, je me suis vraiment sentie écoutée. Avant que nous commencions à avoir des enfants, j’ai fait de nombreux contrôles. Les premiers résultats semblaient rassurants, mais après un examen plus approfondi, il s’est avéré que j’avais le virus HPV qui devait être retiré chirurgicalement. Le jour de l’opération, les préparatifs ont été effectués par plusieurs infirmières. Juste avant qu’on m’endorme, mon gynécologue est venu à mes côtés pour me rassurer. J’étais très heureuse de le voir et je me suis endormie l’esprit tranquille. Aujourd’hui, un an plus tard, je vais donner naissance à un petit garçon dans environ deux semaines ! Mon gynécologue a été fantastique pour me guider dans ce parcours. J’espère donc sincèrement qu’il pourra mettre au monde notre petit garçon avec moi ».

« Elle a posé les bonnes questions et était ouverte à ce que je lui pose toutes les miennes »

Yana (24 ans) : « Lorsque je suis allée faire mon premier rendez-vous chez une gynécologue, elle m’a immédiatement mise à l’aise. Elle a posé les bonnes questions et était ouverte à ce que je lui fasse part de toutes mes interrogations aussi. C’est ainsi que nous sommes arrivées à la conclusion que mes migraines étaient peut-être aggravées par la pilule que je prenais. Je n’avais jamais considéré cette option. J’ai fait confiance à son jugement et remplacé ma pilule par un stérilet. Deux ans plus tard, je suis presque totalement débarrassée de mes migraines et j’ai moins de fluctuations hormonales. Je suis immensément reconnaissante envers ma gynécologue ».

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires