Home Mode & Beauté Parlons de ce poil au menton qui nous rend chèvres

Parlons de ce poil au menton qui nous rend chèvres

young woman remove hair from her mustache using tweezers

Le poil au menton, un truc de mecs? Malheureusement non, même si c’est bien un des seuls secteurs où on ne réclame pas l’inégalité des sexes. Chaque mois, vers la fin de cycle, votre visage s’orne d’un ou l’autre poil dru et complètement malvenu, et il est temps d’en parler sans complexes.

Il est sombre, dru, il arrive sans prévenir, jamais vraiment là où vous l’attendez, et sa simple présence suffit à vous énerver. Votre ex relou, celui qui refuse de comprendre que c’est f-i-n-i entre vous? Lui au moins, vous pouvez finir par le bloquer pour en être débarrassée. Non, on parle ici du fameux poil au menton, cet invité maudit qui s’invite chaque mois sur votre visage, quoi que vous fassiez. Les filles à la pilosité fournie y font face, mais celles qui ont la chance d’être quasi imberbes et d’avoir des cheveux blond-blancs naturellement aussi. Et oui, peu importe la couleur des cheveux ou des poils, celui qui nous rend chèvre est tout le temps ultra foncé, voire noir. Mais pourquoi?

La faute aux hormones (et à la génétique)

Selon les recherches effectuées sur le sujet, le coupable serait les changements hormonaux, qui peuvent entrainer une apparition de pilosité faciale chez la femme. Pas surprenant, donc, que cet ennemi poilu réapparaisse chaque mois plus ou moins au même moment de votre cycle, juste avant ou pendant les règles, quand vos hormones partent dans tous les sens et votre corps avec. Et si ce poil noir et dru réapparait toujours au même endroit, peu importe la période? Il s’agirait tout simplement d’un petit bug génétique, certains follicules pileux féminins pouvant être identiques à ceux des poils de barbe chez les hommes. Merci papa merci maman pour le cadeau facial dont vous vous seriez bien passée.

Mais comment vaincre cet ennemi honni? En cas de poil unique, la pince à épiler est votre BFF, mais pas n’importe comment. En effet, pour éviter que ce poil qui vous rend chèvre ne repousse encore plus foncé et plus dru qu’avant (l’enfer), il faut veiller à bien le tirer verticalement afin d’ôter le bulbe au passage. On évite de faire ça n’importe comment à la va-vite, donc, on ferme la porte de la salle de bains à clé, on prend le temps de bien cerner l’ennemi, et si quelqu’un nous demande ce qu’on fabrique, on répond qu’on “prend du temps pour nous”. Si les poils sont plus nombreux, il existe également des crèmes anti-pilosité à base d’éflornithine, une substance qui réduit localement l’action des hormones mâles. Et sinon, pour vous occuper l’esprit pendant que vous menez la chasse aux indésirables à la pince à épiler, sachez que selon la légende, la première femme à barbe de l’Histoire est Sainte Wilgeforte, qui avait fait appel à Dieu pour l’aider à repousser un mariage forcé, et qui se vit pousser une barbe, permettant d’annuler les noces sur la demande du futur marié. Et si en fait, loin d’être un ennemi, ce poil au menton était l’allié rêvé pour se débarrasser des gros lourds en soirée?

Lire aussi: