Home Lifestyle VIDÉO: elle répond à son harceleur. Il la frappe au visage

VIDÉO: elle répond à son harceleur. Il la frappe au visage

Frappée au visage après avoir dit « Ta gueule » à un mec qui la harcelait dans la rue, Marie Laguerre, 22 ans, a publié la vidéo de son agression sur les réseaux sociaux. Une manière de faire comprendre qu’il faut parler.

La vidéo a de quoi choquer: mardi 24 juillet, en plein Paris, une jeune femme du nom de Marie Laguerre, passe à côté d’un homme qui lui adresse des « bruits/commentaires/sifflements/coup de langues sales, de manière humiliante et provocante » détaille-t-elle dans un post Facebook. Elle lui adresse alors « ta gueule » – comme nous serions nombreuses à le faire, exaspérées par un tel comportement – et continue son chemin. Une réponse qui n’a visiblement pas fait plaisir à ce dernier: il a rebroussé chemin puis lui a lancé un cendrier ramassé sur une table d’un bar, avant d’aller la frapper au visage. Ce, devant une terrasse bondée. La jeune femme a porté plainte dans le 19e arrondissement, a appris l’AFP de source policière. Une enquête a été confiée au commissariat du 19e arrondissement de Paris pour des faits qualifiés de harcèlement sexuel et violences avec arme (le cendrier).

[EDIT : A tous ceux qui disent que les témoins n'ont pas assez bien réagi : tout s'est passé très vite et ils n'ont pas eu le temps de comprendre la situation. L'agresseur était dangereux. Après l'agression, je suis revenue et les témoins ont été d'un grand soutien, merci de ne pas les lyncher]Hier soir, alors que je rentrais chez moi, vers le Boulevard de la Villette dans le 19ème arrondissement à Paris, j'ai croisé un homme. Il s'est permis de m'adresser des bruits/commentaires/sifflements/coup de langue sales, de manière humiliante et provocante à mon passage.Pas de chance, c'était pas le premier de la journée et j'étais fatiguée. J'ai donc lâché un "ta gueule" en traçant ma route.Car je ne tolère pas ce genre de comportement. Je ne peux pas me taire et nous ne devons plus nous taire. Ça n'a pas plu à cet homme. Après m'avoir jeté un cendrier dessus, il est revenu sur ses pas et m'a suivi dans la rue.Il m'a frappé au visage, en pleine rue, en pleine journée, devant des dizaines de témoins.J'ai porté plainte.Ce n'est pas le seul. Le harcèlement c'est au quotidien. Ces hommes qui se croient tout permis dans la rue, qui se permettent de nous humilier et qui ne supportent pas qu'on s'en offusque, c'est inadmissible. Il est temps que ce genre de comportement CESSE.#NousToutes

Posted by Marie Laguerre on Wednesday, July 25, 2018

La puissance des images

Parce qu’elle ne veut pas se taire, parce qu’il ne faut pas se taire, Marie Laguerre a récupéré les images de la vidéo surveillance et a décidé de diffuser la scène sur Facebook, afin de montrer à quoi ressemble le harcèlement au quotidien. Elle a accompagné la vidéo de son histoire, en concluant:

Ce n’est pas le seul. Le harcèlement c’est au quotidien. Ces hommes qui se croient tout permis dans la rue, qui se permettent de nous humilier et qui ne supportent pas qu’on s’en offusque, c’est inadmissible. Il est temps que ce genre de comportement CESSE.

Contactée par « Le Parisien » quelques jours plus tard, la jeune femme a expliqué avoir la pommette et l’arcade abîmée. Elle s’est également dit dépassée par l’ampleur qu’a prise la vidéo, qui a été vue plus d’un million de fois sur Facebook et Youtube.

Ne plus se taire

Ce qui est triste, c’est que même si on trouve la vidéo choquante, elle ne nous surprend pas plus que ça: combien de fois n’avons-nous pas nous-même répondu à un mec relou qui croisait notre route, en espérant de tout notre cœur qu’il ne s’en prenne pas à nous? Combien de fois n’avons-nous pas réussi à garder notre colère en nous, mais nous sommes-nous rassurées en nous disant qu’il y avait des gens autour, qu’il n’oserait tout de même pas s’en prendre nous? Et combien de fois avons-nous juste baissé les yeux et continué notre chemin, justement, par peur des représailles?

« L’enjeu est grave »

La secrétaire d’Etat française en charge de l’égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, s’est quant à elle exprimée dans un entretien au « Parisien ». Elle explique que l’enjeu est grave, et qu’il s’agit ici de la liberté des femmes de circuler librement dans l’espace public.

Toutes ont déjà été concernées. Ma fille de 11 ans échafaude déjà des techniques avec ses copines pour échapper au harcèlement de rue. Nous avons fait de ce sujet, longtemps hors radar des politiques, une préoccupation majeure

Elle rappelle également que le droit, en France, sanctionne ce type d’agression, mais que la loi va bientôt agir en amont pour empêcher la gradation de la violence. Ainsi, les outrages sexistes seront déjà sanctionnés par une amende. Une manière d’abaisser le seuil de tolérance.

À lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.