Home Lifestyle Société Une mannequin immortalise les contraintes des vêtements sur le corps féminin

Une mannequin immortalise les contraintes des vêtements sur le corps féminin

Businesswoman, friend, sister, tattooed woman, wife, modern woman, bussinessowner, strong, individual, badass, interesting, proud, playful, intelligent, present, empathic, friendly, warm, desirable, sexy, relaxed, happy, calm, Special, unique, bold, comfortable

Sur Instagram, la mannequin britannique Charli Howard séduit autant pour ses courbes que pour ses posts engagés et sa dénonciation de l’industrie de la mode, qui la voit plus-size alors qu’elle fait un 38. La semaine dernière, son auto-portrait intitulé “contraintes sur les femmes” a à nouveau créé le buzz: liké près de 70 000 fois, il montre les petites douleurs quotidiennes qu’on choisit d’ignorer.

Cette baleine de soutien-gorge qui nous rentre dans la peau et exerce une pression insidieuse toute la journée. Les bretelles, jolies mais trop fines, qui creusent un sillon dans nos épaules, et qui laisseront une marque rouge et vive en fin de journée. Le collant ou le pantalon qui nous serre la taille et nous comprime le ventre, laissant des traces qui ne feront qu’empirer au gré des heures, jusqu’à marquer quand on les enlèvera enfin… Ces petites contraintes quotidiennes sont le lot de toutes les femmes, qu’elles soient mannequin ou Madame Tout-le-monde et l’autoportrait de Charli Howard l’illustre en beauté. D’autant qu’en choisissant de cadrer sur sa poitrine et son ventre, coupant ainsi sa tête de l’image, elle permet une identification d’autant plus grande. C’est elle, mais c’est nous, et on a déjà toutes ressemblé à ça en fin de journée.

View this post on Instagram

constraints on women ~ #selfportrait

A post shared by Charli Howard (@charlihoward) on

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Lire aussi: 9 situations que l’on connait après une longue journée en soutien-gorge

Des traces douloureuses

En 2012 déjà, le photographe Justin Alexander Bartels, également diplômé en sociologie, s’était intéressé aux contraintes que les femmes infligent à leur corps par le biais de leurs vêtements et chaussures et en avait tiré une série photo, Impression, montrant les traces que ces “instruments de torture” laissent dans la peau.

View this post on Instagram

A #TBT to my IMPRESSION Series. I always love receiving messages about how it has reached different people from around the world. Always glad to answer questions about the project! A little background, this project came together in 2010 after some dating experiences and seeing how certain clothes and accessories would leave literal imprints on the skin. My first degree in Sociology also made me question as to why women were putting themselves through such pain? If you want to see the full series go to justinalexanderbartels.com For limited edition prints go to https://nineteensixtyeight.com/shop-category/artists/justin-bartels/ #IMPRESSION #series #fineart #fineartphotography #contemporaryart #contemporaryphotography #imprint #appreciation #instaart #instaartist

A post shared by Justin Bartels (@bartelsphoto) on

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

De quoi donner à réfléchir la prochaine fois qu’on se précipitera pour enlever notre soutien-gorge de manière extatique dès qu’on rentre à la maison… Si ça fait mal et que c’est pénible, pourquoi est-ce qu’on continue à le porter? Et oui, ça vaut aussi pour vous, escarpins ultra douloureux qui nous faites de l’oeil depuis le dressing…

Lire aussi: 

La photo qui illustre la couverture de cet article est tirée du projet #ShowUs de Dove et Getty Images, visant à mettre toutes les beautés en lumière.

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.