Home Lifestyle Société Pourquoi Maggie De Block veut que les femmes enceintes travaillent plus longtemps

Pourquoi Maggie De Block veut que les femmes enceintes travaillent plus longtemps

Pregnant woman working on laptop. Cropped image of pregnant businesswoman typing something on laptop while sitting at her working place in office ; Shutterstock ID 190732964; Projectnummer/WBS-nummer: -; Uitgave/Naam lesmethode: -; Redacteur/Traffic manager: -; Anders: -

Décidément, Maggie De Block n’en finit pas de s’attirer les foudres des Belges. Qui cette fois, ont à priori toutes les raisons d’être en colère: la ministre de la Santé a en effet déclaré que les femmes enceintes devraient pouvoir travailler plus longtemps. Mais est-ce vraiment si négatif? Décryptage. 

Lors d’une interview accordée il y a quelques jours à La Libre, Maggie De Block a frappé fort. Sa dernière sortie en date? La ministre a affirmé vouloir « donner à plus de femmes la possibilité de continuer à travailler. Il faut un changement d’attitude ». Dans le viseur de Miss Maggie, les écartements précoces de certaines femmes, qui ont à peine le temps de voir leur ventre s’arrondir qu’elles sont mises en congé forcé de leur travail. Une aberration pour la ministre: « on nous dit sur le terrain qu’on écarte même quand il n’y a aucun danger pour les travailleuses et leur bébé. Pendant tout ce temps, elles touchent l’assurance-maladie, et pas leurs revenus. Cela coûte à la Sécu ». Un argument économique qui passe mal, d’autant qu’il est difficile de mettre un prix sur le miracle de la vie. Mais au-delà des raccourcis réducteurs, Maggie De Block affirme aussi qu’un allongement du temps de travail pourrait être positif pour les femmes.

Discrimination professionnelle

En effet, si d’un côté, les congés prolongés représentent un certain coût pour la sécurité sociale, de l’autre « les femmes enceintes gagnent moins et peuvent rater une promotion. Ce n’est pas positif pour elles ». Et s’il est tentant de toujours accabler cette ministre qui a le don pour proposer des mesures impopulaires, sur le côté de la discrimination professionnelle, elle marque un point. En entretien d’embauche, il est en effet fréquent de voir l’employeur demander d’un rire gêné si « il n »y a pas de grossesse prévue dans l’immédiat » avant de proposer le contrat. Tant et si bien que chez nos voisins français, qui militent actuellement pour l’allongement du congé paternité, l’argument de l’égalité entre les sexes est avancé: si les hommes avaient un congé paternité plus long, les femmes seraient moins discriminées par des employeurs potentiels.

Choix libre

Peut-être, mais Maggie De Block, elle, aborde le problème dans le sens inverse et propose de réduire le congé maternité. Mais pas n’importe comment non plus.

Il faut laisser le choix de faire un autre travail en cas de risque ou de continuer le même travail, si c’est possible. Les employeurs ne sont pas obligés d’écarter les travailleuses enceintes. Nous sommes en discussion avec le patronat.

La nuance importante étant que la ministre ne compte rien imposer, mais bien « laisser le choix » aux femmes enceintes. Dont la grossesse ne devrait jamais rimer avec un suicide professionnel.

Lire aussi: 
Et si on foutait la paix au physique de Maggie De Block? 
Il répond à sa femme qui n’aime plus son corps après ses deux grossesses 
Pourquoi les féministes refusent de remplacer « femme enceinte » par « personne enceinte »

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.