Home Lifestyle Société Miss France est la preuve que la grossophobie est un problème de...

Miss France est la preuve que la grossophobie est un problème de taille

Ce samedi 15 décembre, Vaimalama Chaves a été sacrée Miss France, et elle avait à peine eu le temps de sécher ses larmes de joie et d’admirer sa nouvelle couronne qu’elle devenait bien malgré elle visage de la grossophobie. Car non, cette discrimination basée sur le poids ne s’applique pas qu’aux belles XXL, et Vaimalama en a fait les frais.

Ainsi que de nombreux médias se sont en effet empressés de le relayer, Miss Tahiti n’a pas toujours eu une taille de guêpe, ou plutôt de reine de beauté. C’est qu’il n’y a pas si longtemps encore, la belle, qui porte aujourd’hui une taille 40, pesait 20 kilos de plus. Âgée de 24 ans, Vaimalama pesait 80 kilos à 18 ans, et loin de susciter l’admiration, elle faisait l’objet de moqueries. Son surnom de l’époque? « Le monstre ». De quoi donner envie à cette battante de faire taire ses tourmenteurs une bonne fois pour toutes. Et pourquoi pas, en devenant Miss Tahiti.

Un matin je me suis regardée longuement dans le miroir et je me suis dit : Ok Vai, tu es courageuse. Tu es jolie. Tu es intelligente. Il est temps que tout le monde le sache.

Pour ce faire, elle décide de perdre 20 kilos en 3 ans en s’astreignant à une nouvelle hygiène de vie. « J’ai remplacé la junk food par des fruits et des légumes. J’ai diminué les quantités. Et puis j’ai fait du sport ». Jusqu’à son sacre de dimanche soir. Un couronnement vécu comme un message d’espoir par la Polynésienne.

J’ai changé ma façon de manger, j’ai fait du sport. Pour devenir Miss, il a fallu sacrifier quelques gâteaux, quelques soirées barbecue et pizzas mais le résultat est là, j’ai gagné et je souhaite que d’autres personnes se battent aussi pour réaliser leurs rêves !

Le danger de ce genre de message, relayé à tout va par les médias? Ancrer encore un peu plus dans l’imaginaire collectif que la beauté ne peut s’envisager qu’avec la minceur, et qu’une perte de poids est forcément synonyme de succès et d’une vie plus heureuse. Sauf qu’ainsi que s’en rendent compte bon nombre de personnes qui subissent une perte de poids drastique, le bonheur n’augmente pas de manière inversement proportionnelle à la descente de l’aiguille sur la balance.

« La revanche des rondes »

Et pourtant, suite à l’élection de Vaimalama Chaves, son poids est tout ce dont on a parlé, comparant la Miss au vilain petit canard devenu cygne, à grand renfort de titres tels que « Miss France 2019 revient de loin » ou encore « Ces ex obèses devenues Miss, la revanche des rondes ». Notons que du haut de son 1m78, même à l’époque où elle pesait ces fameux 80 kilos, Miss France 2019 n’avait certainement pas un IMC la qualifiant « d’obèse », et devait rentrer selon toute vraisemblance dans un 42, soit la taille moyenne des femmes européennes.

Si on peut discuter à l’envi du bien fondé des concours de beauté et du message qu’ils envoient aux petites filles, il n’y a aucune discussion possible sur les dangers d’affirmer qu’on ne peut pas être gros et beau. Parce que c’est faux, parce que c’est une croyance erronée qui dévore énormément de gens de l’intérieur, et puis aussi parce que c’est la porte ouverte à de nombreux troubles psychiques et alimentaires. Vaimalama Chaves est belle maintenant, elle l’était certainement déjà aussi avant, et franchement, c’est bien dommage d’entacher un concours de beauté avec de si laids commentaires.

Lire aussi: 
Les Fit Fat Girls font rimer sport et obésité, et ça ne plait pas à tout le monde
FAUT QU’ON PARLE: le pire dans la série « Insatiable », c’est la violence des critiques à son égard
« On ne naît pas grosse », le livre bouleversant qui dénonce la grossophobie

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.