Home Lifestyle Société Un maire Ecolo supprime le sapin de Noël et la France voit...

Un maire Ecolo supprime le sapin de Noël et la France voit rouge

Lors des récentes élections législatives partielles, la France a été traversée par une déferlante verte, qui a vu des maires Ecolos érigés à la tête de certaines des plus grandes villes du pays. Une vague verte qui fait voir rouge aujourd’hui, alors qu’un nouvel élu a annoncé vouloir supprimer le traditionnel sapin de Noël cette année.

Avec ses boules colorées qui brillent et ses guirlandes lumineuses qui scintillent, un sapin de Noël, c’est tout de même vraiment joli. C’est aussi (et surtout?) un « arbre mort », arraché à la forêt pour l’occasion, ainsi que nous le rappelle notre mauvaise conscience chaque hiver, et désormais aussi Pierre Hurmic, le nouveau maire (Europe Ecologie – Les Verts) de Bordeaux, qui a annoncé qu’il n’érigerait pas le traditionnel sapin sur la place Pey Berland. C’est que cet « arbre mort » ne correspond pas à son « concept de la végétalisation » ainsi qu’il l’a expliqué en conférence de presse. Une brindille dans une actualité de rentrée surchargée? Au contraire, depuis son annonce, tant les réseaux sociaux que les opposants politiques du maire EELV font feu de tout bois et s’enflamment autour de sa décision. « Quand l’idéologie et la bêtise veulent mettre fin à des traditions populaires » a commenté Manuel Valls (Parti socialiste), « rabat-joie » pour Marlène Schiappa (En Marche!) ou encore, plus cash: « s’ils ont une idée à la con par jour, on ne va pas s’en sortir! » a lancé la chroniqueuse Isabelle Saporta, pourtant compagne du député vert Yannick Jadot. C’est que même au sein du parti de Pierre Hurmic, sa sortie divise, ce qui ne l’empêche pas de camper sur ses positions pour autant.

Le sapin de Noël et la « fachosphère »

« Le buzz n’est pas venu des journalistes présents mais de la fachosphère qui s’est emparée du sujet en disant que j’étais contre les fêtes de Noël (…) Je regrette quand même que certains élus de l’opposition s’en soient, eux aussi, emparés » a déclaré le maire de Bordeaux dans un entretien accordé à « Sud Ouest ». Et tant pis si à l’heure d’écrire ces lignes, une pétition en ligne réclamant le maintien du sapin bordelais compte plus de 16 000 signataires, le maire ne reviendra pas sur sa décision, et tente de rassurer ses constituants sur sa page Facebook officielle: la magie de Noël sera préservée.

Nous souhaitons conserver la magie de Noël sans gaspiller l’argent public. Pourquoi dépenser près de 60.000€ auxquels s’ajoutent d’importants coûts écologiques? Traversée de la moitié de la France en camion et convoi exceptionnel pour un arbre de 17 mètres, 4 nuits de montage avec 12 agents mobilisés, 3 nacelles et une grue de 30 tonnes, mises en lumière de 10 kilomètres de guirlandes électriques… » – Pierre Hurmic

Des guirlandes qui seront toutefois en partie allumées puisque préserver la magie de Noël passera, notamment, par une illumination des « arbres vivants » de la place Pey Berland ainsi que ceux de la place adjacente. Et le budget ainsi économisé alors? « Il sera consacré à des associations caritatives, commerciales et culturelles qui assureront la féérie de la place durant cette période de communion et de solidarité » assure encore le maire de Bordeaux, qui lance une question à ceux qui l’enguirlandent: « pourquoi s’interdire de réinventer nos pratiques en privilégiant le vivant? ».

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.