Home Lifestyle Société L’opération »filtre Snapchat », quand la chirurgie esthétique dépasse les limites

L’opération »filtre Snapchat », quand la chirurgie esthétique dépasse les limites

Patient in bandages. Nurses holding scalpel and syringe near her face. Plastic Surgery concept; Shutterstock ID 556898206

Chez Flair, on n’a pas pour habitude de juger les choix des autres, qu’il s’agisse de nos lectrices, nos proches ou nos copines. Mais difficile de ne pas pousser un « WTF » sonore en apprenant la dernière tendance en termes de chirurgie esthétique. 

Le must chez les jeunes patients est en effet de demander à leur médecin de les opérer pour obtenir un effet semblable à celui des filtres Snapchat. Soit lisser le grain de peau et agrandir les yeux pour ressembler à une version « améliorée » (et complètement artificielle) de soi-même. Une pratique qui est notamment de plus en plus courante en Grande-Bretagne, où des chirurgiens esthétiques se sont confiés au quotidien The Independent pour tirer la sonnette d’alarme.

Avant les patients venaient à la clinique avec des photos de stars ou de mannequins qu’ils admiraient et auxquels ils voulaient ressembler. Mais avec l’arrivée des réseaux sociaux et des filtres ces cinq dernières années, de plus en plus de patients viennent avec des versions d’eux-mêmes avec filtre.

Parce que non, dans la vraie vie, personne n’a des pores inexistantes, des cernes invisibles et des yeux aussi grands que ceux qu’une héroïne de manga. Ce qui n’empêche pas certain(e)s jeunes influençables de tenter d’atteindre cet idéal qui est pour eux le summum de la beauté. Ou comment se convaincre que l’aspect naturel est en fait laid et développer des troubles de dysmorphie, tout ça à cause des ces filtres.

Ce genre de comportement s’explique par la société dans laquelle nous vivons. Les jeunes sont nés dans un monde où les réseaux sociaux sont omniprésents et où les sentiments et l’estime de soi sont basés sur le nombre de like ou de followers qu’ils peuvent avoir.

Passer sur la table d’opération pour ressembler à une version virtuelle retouchée à grands coups de filtre Snapchat? C’est certain, ça, on ne « like » pas.

Lire aussi: 
Courteney Cox regrette la chirurgie esthétique qui l’a rendue « horrible »
#saggyboobsmatter le hashtag pour célébrer les seins qui tombent
Asos n’efface plus les vergetures de ses mannequins et ça fait du bien

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.