Home Lifestyle Société Le congé maternité belge est un des moins avantageux d’Europe

Le congé maternité belge est un des moins avantageux d’Europe

Mother holding newborn baby in kitchen while making tea

Alors que l’avortement continue de faire débat, un couple de futurs parents rappelle l’importance de débattre aussi du congé maternité. C’est que la Belgique fait figure de (très) mauvaise élève sur le sujet et se classe dans le top 4 des pays européens où il est le moins avantageux.

Calixte et Hugues Bocquet seront bientôt parents et ils ne sont pas contents. Dans une carte blanche rédigée pour La Libre, ils dénoncent l’état actuel du congé maternité belge, injuste et archaïque.

À l’heure ou nous n’avons pas de gouvernement, modifier la loi sur l’avortement, est-ce le chantier prioritaire pour les femmes belges aujourd’hui? Nous en doutons fortement. Un autre sujet nous semble bien plus prioritaire: la Belgique est en effet parmi les 4 plus mauvais pays européens en matière de congé de maternité; et cela concerne 120 000 femmes par an en Belgique »

Ainsi qu’ils le soulignent, « dans le cas d’une grossesse, le congé de maternité en Belgique est de 15 semaines, payé à 64% du salaire belge moyen selon l’OCDE, ce qui correspond à 9,6 semaines payées à 100% du salaire belge moyen ». Soit bien loin des pays bas, qui octroient 17 semaines à 100% du salaire, et à des années lumières de la Bulgarie, où les jeunes maman peuvent bénéficier de 52 semaines payées à leur salaire complet. Une injustice qui indigne Calixte et Hugues.

Pourquoi nos politiques ne se penchent-ils pas sur le cas de toutes ces mères qui sont souvent contraintes de travailler jusqu’à la toute fin de leur grossesse, pour ensuite revenir au travail quand elles ne se sont pas encore remises de leur accouchement, contraintes d’arrêter l’allaitement prématurément lorsqu’elles ont choisi cette option et de confier un bébé encore fragile ? »

Et de demander si c’est « une fatalité de notre système législatif de laisser une grande partie des jeunes mamans dans une situation de quasi-précarité ». Une question légitime, à laquelle on aimerait en ajouter une autre: quitte à hypothétiquement remanier le congé maternité, on ne pourrait pas s’occuper du congé paternité aussi? C’est prouvé, les inégalités entre les congés des jeunes mamans et des jeunes papas contribuent aux inégalités salariales et au renforcement du plafond de verre, et il serait grand temps d’accoucher de mesures plus égalitaires à ce sujet. Ok, un papa n’allaite pas (encore?) mais pour changer les couches, donner le bain et se lever pendant la nuit, il fait ça tout aussi bien qu’une maman. D’ailleurs, ça n’a rien d’un « congé », donc tant qu’on y est, on ne rebaptiserait pas ça « pause parentale » plutôt?

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.