Home Lifestyle Société La réaction d’une émission de télé-réalité à un viol présumé fait froid...

La réaction d’une émission de télé-réalité à un viol présumé fait froid dans le dos

Sadness, pain, negative emotion, emotional problems concept vector illustration.

La télé-réalité a tendance à exploiter les failles de ses candidats, on le sait. Mais de là à utiliser un viol présumé pour faire de l’audience? C’est pourtant ce qui se serait passé dans l’édition espagnole de Big Brother, ainsi que le révèle le site d’info ibère El Confidential.

Les faits, relayés par la RTBF, se déroulent en 2017. Carlota Prado est alors une des candidates de Gran Hermano, la version espagnole de Big Brother, et elle se rapproche d’un autre participant à l’émission, José Maria López. Après une soirée bien arrosée, il ramène la jeune femme jusqu’à son lit, cette dernière étant incapable de marcher seule. Il se glisse alors sous la couette avec elle, et tente un rapprochement. Dernière scène diffusée par les caméras de l’émission? Carlota refusant ses avances et lui disant ne pas être en état avant de s’endormir. Le jeune homme aurait alors profité de son ivresse et de son état d’inconscience pour la violer plusieurs minutes durant.

En plein confessionnal

Sachant que les caméras ne lâchent jamais les candidats des yeux dans ce type d’émission, même dans leurs chambres, la révélation en elle-même est déjà glaçante. Il a en effet fallu plusieurs minutes à l’équipe de tournage pour utiliser les hauts-parleurs de la maison afin de demander à José Maria d’arrêter ce qu’il était en train de faire. Mais la production ne s’est pas arrêtée là. Dans une vidéo révélée par El Confidential, il s’avère en effet que le lendemain de son viol présumé, Carlota a été poussée à commenter une vidéo des faits dans le confessionnal de l’émission. Si José Maria a été expulsé le jour même pour « comportement inacceptable », Carlota a été confrontée aux faits, dont elle n’avait aucun souvenir. Alors qu’elle pleure, hyperventile et demande à sortir de la pièce, l’équipe de l’émission a alors cette phrase à son égard: « pour votre bien à tous les deux, cet événement ne doit pas sortir d’ici ». Inacceptable? Endemol Shine Group, propriétaire de Zeppelin TV, la société produisant l’émission, s’est défendue dans un communiqué en soulignant les images de l’agression n’ont jamais été utilisées comme divertissement, mais bien qu’elles ont été cryptées et transmises à la police après que Carlota a porté plainte en 2018. Une plainte que la jeune femme avait finalement retirée pour retourner dans l’émission, confiant ne pas avoir le courage de faire face à la réalité du monde extérieur. De son côté, l’avocat de l’agresseur présumé nie les faits et affirme qu’il a simplement passé la nuit à s’occuper de Carlota.

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.