Home Lifestyle Société #JeKiffeMonDécolleté rappelle qu’aucune tenue n’est une invitation au harcèlement

#JeKiffeMonDécolleté rappelle qu’aucune tenue n’est une invitation au harcèlement

Bien que certains aient encore du mal à le comprendre, les jupes qui raccourcissent en même temps que les manches ne sont pas une porte-ouverte aux lourdauds. Avec le hashtag #JeKiffeMonDécolleté, Zohra Bitan et des hordes d’internautes le rappellent en beauté.

La canicule, il n’y a pas que les corps qui la subissent, ça échauffe aussi les esprits. Ou plutôt, ça aurait tendance à faire fondre certains cerveaux. On en convient, il ne faut pas être particulièrement brillant de base pour penser que la longueur de la jupe d’une fille est inversement proportionnelle à la lourdeur dont on peut faire preuve avec elle, mais tout de même, les coups de chaleur n’améliorent pas la situation pour les ramollis du bulbe. Ceux-là même qui partent du principe que si une meuf montre un peu de peau, ce n’est pas parce qu’il fait 35 degrés et que c’est intenable, mais bien parce qu’elle veut se faire draguer, forcément, et puis de manière bien insistante aussi parce qu’après tout, elle le cherche, en « s’exhibant ». Sauf que non, en fait, ainsi que l’a dénoncé sur Twitter la semaine dernière une jeune française, accostée de manière irrespectueuse en rue à cause de sa tenue.

Ni une ni deux, la chroniqueuse Zohra Bitan a rebondi sur la polémique en lançant le hashtag #JeKiffeMonDécolleté. L’occasion pour les internautes de partager des photos de leurs tenues estivales, mais aussi et surtout de rappeler au passage qu’aucune tenue ne justifie des comportements inappropriés.

Les utilisatrices de Twitter ne se sont pas faites prier pour répondre à l’appel, la majorité d’entre elles revendiquant leur liberté de s’habiller comme bon leur semble, d’autres en profitant pour dénoncer certains comportements complexants au passage.

Rapidement parvenu dans le top 3 des tendances de Twitter, le hashtag a tout de même charrié pas mal de boue aussi dans les commentaires, les utilisatrices ayant choisi de partager un cliché de leur décolleté se faisant taxer de « putes » à tout va… Cachez ce sein que les arriérés ne sauraient voir. Sauf que non, en fait. On le rappelle: il fait chaud, chacun a le doit de s’habiller comme bon lui semble pour y faire face. Et aucune longueur de jupe ni profondeur de décolleté ne donne le droit à qui que ce soit de se montrer irrespectueux, insistant ou trop entreprenant.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.