Home Lifestyle Société Il est désormais (honteusement) possible de louer un chiot ou un chaton...

Il est désormais (honteusement) possible de louer un chiot ou un chaton à l’heure

sweet look of boston terrier puppy; Shutterstock ID 632126825; Purchase Order: -

Avoir un animal de compagnie est un rêve qui n’est pas accessible à tout le monde, entre emplois du temps surchargés et propriétaires intraitables. La solution trouvée par une startup américaine? Louer chiots et chatons à l’heure. Et tant pis pour les conséquences de cette pratique sur les animaux.

Parce que forcément, conséquences il y a, et elles sont tout sauf agréables. Disons que vous étiez un enfant adorable, du genre à avoir une bouille de bébé pour pub Pampers, et les petits bourrelets trop choupidou qui vont avec. Imaginons ensuite que parce que vous étiez tellement splendide, et que quand même, c’est injuste, il y a des gens qui n’arrivent pas à avoir des enfants, vos parents aient décidé de vous louer. Une heure chez une vieille fille qui n’aime rien tant que les bébés, suivi d’une heure chez un couple de gays qui attend encore et encore d’adopter, et le lendemain, rebelote, mais chez d’autres étrangers. Des étrangers qui sont ra-vis d’avoir un enfant à la maison une heure durant, et qui du coup veulent absolument vous faire plein de câlins et jouer avec vous, même si vous, vous êtes déboussolée, un peu fatiguée, et carrément effrayée aussi face à ces visages que vous ne connaissez pas. Vous imaginez l’horreur? Bienvenue dans le quotidien des animaux « employés » par Rescue Time.

On dit bien « employés », avec des guillemets accentués, parce que forcément (au-delà du fait que chiens et chats s’en fichent royalement de toucher un salaire), les seuls à s’enrichir, ici, ce sont les fondateurs de la start-up. Qui affirment pourtant que le bien-être des chiots et chatons qu’ils louent est tout à fait respecté, les boules de poil étant logées en famille d’accueil quand elles ne sont pas mises en location. Et d’assurer qu’ils leur cherchent aussi des maisons aimantes pour quand ils grandissent et ne peuvent plus faire office de minuscules et adorables peluches vivantes. Sauf que forcément, nul besoin d’être vétérinaire pour comprendre à quel point le système, en plus d’être extrêmement malaisant, est également tout ce qu’il y a de plus néfaste pour le bien-être de ces pauvres bêtes.

Cet adorable chiot incarne les dangers du trafic de chiens vers les animaleries

Du côté des associations dédiées au bien-être animal outre-Atlantique, on condamne fermement l’initiative, qui va à l’encontre des besoins des chats et des chiens, ainsi que l’expliquent des représentants de la Georgia SCPA, équivalent de la SRPA local.

La période d’ajustement pour les animaux, s’il n’y a pas d’autres bêtes dans le foyer, prend au moins une ou deux semaines, et parfois plusieurs mois.

Bien plus, donc, que la journée proposée par Rescue Time, qui monnaie ce service à partir de 80 dollars (soit 70 euros) selon la formule choisie. Ceux qui le désirent peuvent choisir entre une seule visite à (s’)offrir, une visite hebdomadaire, voire même, plus dérangeant de tout, 5 chiots ou chatons à la fois, moyennant 489 dollars. Et si Rescue Time promet qu’il s’agit là de « l’option parfaite pour une entreprise employant plus de 40 personnes afin que chacun puisse jouer avec les animaux », on y voit surtout une forme d’exploitation franchement indécente. Qui, heureusement, n’a encore inspiré aucune entreprise de ce côté-ci de l’Atlantique.

La solution, si vous rêvez de la compagnie d’un animal sans pouvoir l’accueillir chez vous? Pousser la porte d’un refuge, et demander à promener l’un des animaux qui y attendent une famille. Non seulement vous assouvirez votre passion pour les chiens ou les chats, mais en prime, vous offrirez l’occasion à un pauvre animal qui attend en cage de pouvoir mettre la truffe dehors. Le tout, gratuitement, en prime.

Lire aussi:
On ne savait pas que cette race de chiens existait et on est amoureuses
36% des chats belges sont en surpoids
Des chiens abandonnés en cage pendant l’ouragan Florence sauvés in extremis de la noyade

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.