Home Lifestyle Société Les habitants de Maastricht en ont marre qu’on aille y faire du...

Les habitants de Maastricht en ont marre qu’on aille y faire du shopping

Late afternoon scenic along Meuse River looking at Hoge Brug in Maastricht City, Southern Netherlands - December 2018

Alors qu’en Belgique, c’est masque obligatoire dans l’espace public et fermeture temporaire des commerces non-essentiels, il n’en va pas de même chez tous nos voisins, raison pour laquelle de nombreux belges filent de l’autre côté de la frontière, aux Pays-Bas par exemple. Un afflux de clients pas forcément vu d’un bon oeil, surtout à Maastricht, particulièrement prise d’assaut par les Corona-touristes.

C’est que non seulement la ville n’est qu’à une vingtaine de minutes de la région liégeoise, mais en plus, elle offre un attrait irrésistible pour ceux et celles qui n’habitent pas tout près: ses commerces sont ouverts le dimanche. Ajoutez à cela le fait que, malgré la restriction des mesures et la fermeture temporaire de l’Horeca et de certains commerces non-essentiels, il n’est pas interdit de voyager et vous obtenez un afflux de Belges de l’autre côté de la frontière. Et tant pis si celle-ci est jalonnée de panneaux enjoignant chacun.e à rester chez soi en ces temps compliqués, là où il y a de la gêne, il n’y a visiblement pas de plaisir pour nos compatriotes, épinglés par certains Hollandais furieux de les voir arriver en masse, et sans masque.

Un afflux de shoppers belges à Maastricht

Il y a quelques jours, une dépêche Belga faisait ainsi état du mécontentement de Jan Lonink, bourgmestre de Terneuzen et président de la zone de sécurité de Zélande, laquelle a été particulièrement prise d’assaut par les Belges durant les vacances de Toussaint. Des Belges pas toujours respectueux selon le Bourgmestre, qui a noté qu’ils étaient nombreux à enlever leur masque dès la frontière passée.

Nous ne comprenons pas qu’on fasse au-delà de la frontière ce qui est interdit dans son propre pays. Nous souhaitons avoir un taux de contamination très faible à la mi-décembre et nous ne voulons pas rater notre objectif” – Jan Lonink.

Et c’est le même discours à Maastricht. En reportage dans la ville frontalière, la RTBF a ainsi recueilli le témoignage de Belinda, qui souligne que “ce n’est pas bien car vous savez, il y a beaucoup d’habitants de Maastricht qui restent à la maison, et ils ne sont pas content de voir tous ces Belges se promener ici. En plus, je trouve que les Belges se permettent tout”. Par exemple, traverser la frontière, alors même que les visites non-essentielles aux Pays-Bas sont interdites depuis plusieurs semaines? Dans un reportage consacré par le Nieuwsblad à l’exode de shoppers belges de l’autre côté de la frontière, d’eux d’entre eux avouaient se sentir comme “des enfants qui défient les règles”. Onzin, tout de même, en pleine pandémie…

Lire aussi: