Home Lifestyle Sexo ON A TESTÉ: Obii de Biird, le sextoy clitoridien qui fait aussi...

ON A TESTÉ: Obii de Biird, le sextoy clitoridien qui fait aussi office de lampe de chevet

Au pays des sextoys, l’heure est au design. Dernière révolution en date : le sextoy clitoridien Obii de la marque Biird, qui, en plus de nous promettre du plaisir, se mue en lampe de chevet. On a testé cet objet insolite, qui promet de vous faire chanter.

Le Obii a reçu un prix du design, donc c’est par son côté super esthétique qu’on va débuter cet article. On adore sa forme super mignonne, qui ressemble à un petit oisillon. Il existe en plusieurs couleurs — jaune, vert et rose — et pour notre part, on a reçu le vert pastel, parfaitement assorti à mes draps de lit, ça tombe bien ! En plus d’être trop chou — loin de l’aspect parfois vulgaire des vibros en forme de pénis rose fluo (avec des oreilles) — le Obii de Biird est insolite et multifonction, puisqu’il peut se transformer en lampe de chevet épuré, lorsqu’on le place sur son nid de chargement et sous sa cloche protectrice semi-transparente. Quoique, ça, c’est en théorie : malgré sa lumière tamisée et intimiste, on imagine mal poser fièrement notre petit oiseau à côté de notre oreiller.

Niveau plaisir — c’est ça qui vous intéresse, n’est-ce pas !—, ce sextoy est intéressant car il permet deux types de kiff sexuels : un effet succion par ondes de pression, comme c’est le cas du Womanizer par exemple. Et aussi des simples vibrations. Pour le côté « succion », l’objet est doté d’une « bouche » à placer sur son clito. Pour le côté vibration, c’est à vous de choisir sous quel angle vous voulez utiliser votre petit cuicui.

Ses atouts

  • Son design épuré, simple et ludique, qui pourra permettre aux plus timoré·e·s de tester un joujou sexuel pour la première fois, sans se sentir mal à l’aise
  • Son silicone très doux — agréable à tenir en main — et sa forme complexe qui permet de varier les plaisirs : on peut utiliser tant la pointe de la queue de l’oiseau qui est précise et rigide que sa tête qui est plus lisse et moelleuse, ou encore son ventre rainuré.
  • Sa facilité d’utilisation : deux boutons sur le dos — l’un pour les vibrations, l’autre pour la succion. Par contre, les boutons sont petits et un peu difficiles à appuyer.
  • L’objet permet deux types (au moins de masturbation) : une masturbation jambes écartées sur le dos, et une masturbation sur le ventre, jambes tendues, en se frottant sur le galet.

Ses désavantages

  • Le fait qu’il n’existe que trois intensités de vibration et de succion. Si on est habitué·e·s au Womanizer par exemple qui compte un peu moins d’une dizaine de modes, on peut se retrouver un peu frustré·e·s. En même temps… Less is more!
  • Les intensités — même les plus fortes — restent peu puissantes si on les compare à ses concurrents.
  • On peut varier l’intensité des stimulations uniquement par cycle: 1, 2, 3, 1, 2, 3… Pas moyen de faire 1, 2, 3, 2, 1 pour descendre en intensité progressivement.
  • Le fait qu’on ne puisse pas utiliser le mode vibration et succion en même temps ; c’est soit l’un soit l’autre. Mais peut-être sommes-nous trop gourmandes. Petit tip : vous pouvez utiliser Obii pour le mode vibro, et un aspirateur à clito pour la succion pour un petit voyage au septième ciel.

Le Obii de Biird est en vente au prix de 89 € à la place de 109 €, par ici.

Lire aussi: