Home Lifestyle Le confinement est en train de tuer votre libido? C’est normal!

Le confinement est en train de tuer votre libido? C’est normal!

Vous pensiez profiter du confinement pour faire l’amour comme jamais avec votre mec/meuf, mais force est de constater que votre libido est à moins mille. C’est tout à fait logique, comme le souligne Alexandra Hubin, sexologue.

« Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, la proximité ne facilite pas forcément l’intimité. La raison est simple: on ne désire que ce qu’on n’a pas. Si on n’a pas suffisamment d’’espace, il est très compliqué de se projeter et donc, de fantasmer sur des retrouvailles, comme dans la vie normale » explique Alexandra Hubin, sexologue. « Être 24 h sur 24 ensemble ne permet pas de préserver une intimité de couple, surtout si on a des enfants. » Un début de solution? S’offrir des moments de qualité, juste à deux, qui ne soient pas nécessairement d’ordre sexuel. « Je recommande aux couples de s’offrir de moments juste à deux, même de quelques minutes. Des moments de complicité, car celle-ci peut entraîner des jeux de séduction. Vous pouvez simplement bricoler, cuisiner, jardiner à deux. » Des moments à deux pour préserver le désir, oui, mais aussi des périodes sans l’autre. « L’idéal est de télétravailler dans des pièces différentes. Vous pouvez aussi créer l’éloignement autrement, en allant faire votre balade quotidienne en solo plutôt qu’en duo. »

Et la différence de libido?

La mise en quarantaine met aussi en lumière les différences de libido au sein de couple. « Le partenaire qui éprouve une libido moins forte peut, durant cette période, ressentir une pression encore plus grande. Se forcer n’a jamais été une solution: imposer à son corps quelque chose que sa tête ne veut pas, c’est entrer dans un mécanisme vicieux. Le désir se nourrit de moments de complicité. Le partenaire qui éprouve un plus gros désir ne doit pas tomber dans le jeu de la pression et des reproches. Il ne faut pas dire des phrases comme: ‘Tu ne peux pas dire que tu es fatiguée aujourd’hui, on a rien fait’ ou ‘Tu ne peux pas sortir l’excuse du ‘On ne s’est pas assez vus aujourd’hui » recommande Alexandra Hubin.

Trouver un terrain de jeu

Pour renforcer le désir, la thérapeute conseille aussi de trouver un terrain de jeu de couple, qui soit interdit aux enfants. « Un lieu où l’on peut partager ces moments de complicité, faire l’amour, etc. Cet espace intime doit être interdit aux enfants, ou aux (beaux-)parents, si vous êtes retournés vivre chez vos (beaux-)parents. Ils ne peuvent pas y entrer sans une autorisation, et la porte est toujours fermée. En général, il s’agit de la chambre parentale » souligne la sexologue, tout en rappelant, que non, la libido ne tombe pas du ciel ! Pour la faire renaître, on veille à ne pas se laisser aller, à donner de l’attention à son partenaire, à garder un cadre de vie rangé et agréable, à allumer des bougies…

L’occasion de se re-découvrir

Ce qu’on retient donc? Que la baisse de désir pendant le confinement est tout à fait normale ! À force de voir Jules/Juliette non stop en face de soi, notre cerveau a dû mal à s’imaginer des scénarios coquins. À imaginer quoi que ce soit d’ailleurs. Par contre, si votre libido vous le permet, le confinement peut aussi être le moment propice à la redécouverte de l’autre, sexuellement aussi. « Vous pouvez expérimenter le slow sex, soit le sexe en pleine conscience, avec de longs préliminaires. De façon plus ludique, vous pouvez, par exemple, faire l’amour avec une consigne de départ très clair : ‘On ne peut rien faire que l’on a l’habitude de faire’. Vous pouvez aussi vous mettre au défi de tester toutes les pièces de la maison. Ou de faire l’amour sur différents styles musicaux… Si vous n’habitez pas ensemble, les sextos peuvent aussi permettre d’entretenir l’érotisme. »

Suivez Alexandra Hubin, sur son compte Instagram.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.