Home Lifestyle Santé 2 000 volontaires Belges recherchés pour tester un vaccin contre le Coronavirus

2 000 volontaires Belges recherchés pour tester un vaccin contre le Coronavirus

getty images
getty images

L’Université d’Anvers, Mensura et Cohezio recherchent 2000 participants belges pour l’étude d’un vaccin prometteur contre le Coronavirus. Peut-être vous?

L’Université d’Anvers, en collaboration avec Mensura et Cohezio, commencera la phase finale d’une étude à grande échelle sur un candidat vaccin contre le Coronavirus développé par la société allemande CureVac. Le gouvernement belge a commandé 2,9 millions de doses de ce vaccin. “Dans le cadre de la stratégie de vaccination, nous avons donc tout intérêt à mener à bien l’étude dans les délais impartis. Pour que l’étude se déroule selon le calendrier prévu, nous recherchons d’urgence 2 000 volontaires” appellent Gretel Schrijvers, directrice générale de Mensura, et Eddie De Block, directeur médical de Cohezio.

Un appel aux volontaires

“Bien que divers vaccins contre le Coronavirus soient déjà sur le marché, il est important de continuer à mener des recherches sur de nouveaux vaccins. Ceci afin de pouvoir fournir un vaccin à l’ensemble de la population mondiale le plus rapidement possible. La société bio-pharmaceutique allemande CureVac est sur le point de commercialiser un vaccin prometteur. Toutefois, avant que le vaccin puisse être commercialisé, une troisième et dernière phase de test sur la sécurité et l’efficacité du vaccin doit être effectuée. L’Université d‘Anvers entamera cette dernière phase de test le 22 février, en collaboration avec les services de santé au travail Mensura et Cohezio” est-il expliqué dans le communiqué de presse.

Pour cette dernière phase de test, nous recherchons d’urgence 2 000 participants, plus précisément des adultes en bonne santé. La phase finale commence le 22 février, mais pour l’instant, le compteur est à quelques centaines de volontaires testés seulement” a déclaré Gretel Schrijvers. Outre la Belgique, d’autres pays participent également à l’étude. Il faut ainsi trouver un total de 35 000 volontaires pour le test. “En principe, l’étude se poursuivra jusqu’à ce que la barre des 35 000 participants soit atteinte” précise la directrice générale de Mensura.

Qu’attend-on de ces volontaires et courent-ils un risque quelconque?

Il s’agit de la phase 3 de l’étude, les phases 1 et 2 – qui ont été testées sur des humains et des animaux – ont donné des résultats positifs et prometteurs” affirme le professeur Pierre Van Damme, étroitement impliqué dans cette étude. “La moitié des participants ont reçu un vaccin, l’autre moitié un placebo. Si le participant a reçu un placebo, un vaccin lui sera encore proposé après l’étude. Il est peu probable que le vaccin ne soit pas suffisamment efficace, mais si cela s’avère être le cas, tous les participants se verront proposer un vaccin différent. De cette manière, chacun sera correctement protégé“ explique-t-il.

En pratique, sur une durée de 25 mois, les participants devront venir à Bruxelles 5 fois pour une visite médicale et recevront 150 euros par visite en dédommagement.

Cohezio et Mensura disposent tous deux de suffisamment de locaux dans leur siège bruxellois pour recevoir et examiner les 2 000 participants” assure Eddie De Block, directeur médical de Cohezio. De plus, ces centres sont facilement accessibles par les transports publics.

Si vous souhaitez participer à l’étude en tant que volontaire, vous pouvez vous inscrire via le site web www.uantwerpen.be/vaccinetrials-covid-brussel. Toutes les infos et conditions se trouvent sur le site Internet.

Lire aussi: