Home Lifestyle Le coup de gueule bien placé d’une blogueuse australienne concernant la charge...

Le coup de gueule bien placé d’une blogueuse australienne concernant la charge mentale

Facebook: Constance Hall

Constance Hall, une blogueuse culinaire remet sur le devant de la scène le concept de charge mentale. Dans un message publié sur Facebook, l’Australienne explique son exaspération face à la répartition des tâches ménagères dans son couple.

« Peux-tu sortir les poubelles? »

Lors d’une conversation entre copines, au cours de laquelle, Constance Hall se plaint de son mari qui ne fait absolument rien dans la maison, l’une des ses amies lui donne un conseil. « Si tu veux de l’aide, tu dois être précise… et le demander. Les gens ont besoin de listes, ils ne peuvent pas lire dans ton esprit. » Un conseil que la blogueuse culinaire décide d’appliquer à la lettre. « Peux-tu sortir les poubelles? » « Peux-tu te lever avec les enfants? Je suis légèrement fatiguée après l’avoir fait pendant 229 ans. » « Peux-tu étendre le linge? » etc. etc. Résultat? Le conseil de son amie fonctionne parfaitement. MAIS, parce que oui, il y a toujours un mais. Un jour, Constance en a juste MARRE d’établir la liste des tâches ménagères de son mari. Du coup, l’Australienne arrête. Et que se passe-t-il? RIEN, absolument rien, écrit-elle.

Recently while bitching about the fact that I do absolutely everything around my house with a bunch of friends all…

Posted by Constance Hall on Monday, January 29, 2018

Les femmes n’ont pas à faire de listes pour leur mari

« J’en suis finalement venue à la conclusion que ce n’est pas à nous de demander de l’aide. Ce n’est pas mon boulot d’écrire des putains de listes… Nous avons déjà assez de boulot et enseigner à quelqu’un comment me respecter moi et ma charge de travail n’en fait pas partie. » Constance Hall n’a qu’un seul message à faire passer à son mari: FAIS-LE. « C’est ton job. Prépare ces putains repas sans que je doive te le demander » conclut-elle.

La charge mentale: ce travail invisible des femmes

Constance Hall n’est pas la seule à vivre cette situation. Il suffit de regarder le nombre de partages (presque 200 milles) pour s’en convaincre. Ce message remet en lumière le concept de charge mentale si bien expliqué par la dessinatrice Emma dans une bande dessinée partagée au mois de mai 2017.

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.