Home Lifestyle Juliet, l’influenceuse belge qui promeut le seconde-main sur Instagram

Juliet, l’influenceuse belge qui promeut le seconde-main sur Instagram

NOEMIE KREITLOW
NOEMIE KREITLOW

Ne vous y méprenez pas en jetant un coup d’œil à ses looks sur Instagram, Juliet, 25 ans n’est pas une « influenceuse » classique. Elle a seulement repris les codes de ses antipodes pour prouver que l’on peut s’habiller tendance tout en respectant l’environnement.

Depuis quelques mois, Juliet Bonhomme n’a plus mis les pieds chez Zara, H&M, Mango et compagnie. Consciente du désastreux impact de l’industrie de la mode sur l’environnement et de l’urgence écologique, elle a opéré, il y a un an, un changement radical dans son mode de consommation. Dans un premier temps, la jeune Bruxelloise a mis le focus sur la diminution de ses déchets; elle s’est ensuite attaquée à ses vêtements. “Au début, j’ai décidé de ne plus rien acheter, mais ce n’était pas tenable. La mode a une place dans ma vie, j’aime m’habiller… J’ai dû trouver une alternative en phase avec mes valeurs!”, explique-t-elle. C’est à ce moment-là qu’elle se tourne vers les vide-dressings, les brocantes, les magasins de seconde main et Vinted. Contre toute attente, elle déniche des pépites, continue à suivre les tendances, et en prime, dépense moins d’argent. “Mes copines ont été stupéfaites de voir comme j’étais toujours bien fringuée alors que je ne m’habillais plus qu’en seconde-main.

Lire aussi: 15 looks d’Instagrameuses qui prouvent que le seconde main est tendance

View this post on Instagram

Mellow yellow 💛 Let’s talk about balance & honesty 🤗 . A total vintage look except for the shoes ! As u can see they are brand new & it was a gift from my bf, they‘ve got a sentimental value now I guess 😌 . . I was feeling a bit guilty to be honest … I didn’t bought them & it was a surprise. But then I realize that my last « new » pair of sneakers was from last November, I came up with the conclusion that if I have one new pair of shoes per year it would be a good balance. It’s complicated to find sneakers that fits you and won’t be adapted to the last owner’s feet.. (again I’m trying to justify my outfit haha) 👟 . I think that some people are afraid to make the shift to a more conscious way of life because they think it’s too extreme. Indeed, I’m trying to be a 100% coherent! But I think that what people need to understand is that we need to be balanced. If you want to have a new coat or a new thing, you just need to think about how much you want it. If you will wear it a lot, it’s a long lasting piece & it’s a good quality & that you’ve been shopping-reasonable lately then go for it 🙂 . . The point is to be balanced & to think twice about what we buy! I’m not judging anyone & I don’t diabolise shopping – sorry for the long post but needed to explain my self

A post shared by Juliet Bonhomme (@julietbonhomme) on

L’aventure Instagram

D’autre part, lassée et écœurée du modèle des instagrameuses fashion vantant à souhait la surconsommation, Juliet décide de prendre la tangente. À la place de partager ses tenues dénichées dans des enseignes de fast fashion et de pousser sa communauté à acheter, la Bruxelloise de 23 ans choisit de partager ses looks 100 % conscious sur son compte Instagram. Des tenues dont les pièces sont soit de seconde main soit de marques éthiques. “Avec ce concept à contre-courant de la tendance actuelle sur Instagram, je veux prouver à toutes les filles que l’on peut être à la mode tout en respectant la planète, et qu’en plus c’est facile”, explique-t-elle. Un coup d’oeil sur son profil pourrait laisser croire que l’on est sur le compte d’une quelconque Instagrameuse, mais ce n’est pas le cas, même si elle joue le jeu à 100 % en reprenant l’ensemble des codes des influenceuses.

Inspiration

Récemment, elle s’est mise à proposer des photos ultra léchées. Objectif? Inspirer le maximum de personnes. “Également fatiguée par le modèle de surconsommation et intéressée par mon projet, Noémie Kreitlow m’a proposé de shooter mes looks. Elle est photographe de blogueuses mode, et je trouvais interpellant de me dire que si elle réalisait mes clichés, elle faisait aussi ceux d’instagrameuses à l’opposé de ma démarche. Si j’ai accepté la collaboration, c’est parce que le but de ces photos très travaillées et très mode est d’inspirer les filles comme le font les instagrameuses classiques. J’aime cette approche pro et consciente.

Juliet partage de nombreux bons plans. Entre ses meilleures adresses de friperies, les vide-dressings qu’elle a repérés, sa méthode pour utiliser Vinted, le compte Instagram de Juliet est une véritable bible du shopping responsable et une source d’inspiration inépuisable. Pour amorcer le changement dans la manière d’acheter, elle préconise de se laisser inspirer. “Je conseille souvent d’aller sur Pinterest, Instagram ou même dans les magasins pour trouver des idées. Une fois la pièce ou le look en tête, on se met à sa recherche soit sur Vinted soit en brocante. Mieux vaut savoir ce que l’on cherche, car sinon, on risque de tomber dans la surconsommation de seconde main !” Ce serait dommage, car, comme le rappelle Juliet, diplômée en relations publiques et communication digitale, “Avant d’acheter, mieux vaut toujours se poser la question de l’utilité  Car à chaque fois que l’on dépense de l’argent, c’est un vote pour le monde dans lequel on veut vivre que l’on fait”, conclut Juliet.

Lire aussi: 

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.