Home Mode & Beauté EMSÉ Studio: la marque belge zéro déchet absolument splendide

EMSÉ Studio: la marque belge zéro déchet absolument splendide

Charlotte Mounzer, 28 ans, est une jeune créatrice qui vient tout juste de lancer  EMSÉ Studio, une marque belge éco-responsable basée sur le principe d’économie circulaire et du zéro déchet. On a rarement eu un si gros coup de cœur!

On le sait: la mode est l’une des industries les plus polluantes au monde. La production des tissus engendre des rejets toxiques qui polluent l’eau des villages et, par effet ricochet, dégrade l’habitat et la santé des populations. Plus alarmant: la production de vêtements a doublé au cours des quinze dernières années, tandis que 73% des matières premières finissent en décharge ou incinérés. Ce gaspillage, Charlotte, la jeune créatrice derrière EMSÉ Studio, l’a constaté au premier rang: « Après mes études à la Cambre, j’ai eu l’immense privilège d’être embauchée comme styliste dans une prestigieuse maison de couture à Paris » raconte Charlotte. « J’ai accepté directement, c’était une chance inouïe!

Mais c’est durant cette expérience que j’ai vu à quel point l’industrie de la mode gaspillait une énorme quantité de tissus. Quand vous avez un défilé dans deux semaines, vous avez tendance à commander trop de tissu plutôt que trop peu pour être sûr d’en avoir assez. Et la collection d’après, vous n’avez plus nécessairement envie d’utiliser les mêmes tissus et couleurs.

Crédits photos: Alice Pallot. Mannequin: Dominique Models Agency.

Une marque de fringues zéro déchet

Déboussolée par cet univers très ‘strass et paillettes’, Charlotte décide de créer son propre label. « Créer une nouvelle marque sans éthique, en 2019, n’avait aucun sens à mes yeux. Produire de nouveaux tissus, ça voulait dire polluer encore plus. J’ai donc développé un système de production en accord avec mes valeurs, notamment celle du zéro déchet. » Pour cela, la créatrice a eu une idée de génie: elle a recontacté les anciennes maisons de couture pour lesquelles elle avait travaillé, pour leur proposer de leur racheter les tissus non-utilisés. « Je suis fière de pouvoir dire que je n’utilise aucune nouvelle matière, uniquement des tissus des maisons de luxe. »

Une boucle sans fin

Mais les chutes de ses propres créations, elle en fait quoi? Zéro déchet, à nouveau! Charlotte les utilise pour créer des objets de décoration: les grands bouts de tissu deviennent des coussins ou des sets de table tandis que les petits servent à les rembourrer. Et l’ensemble de sa collection est vendu à des prix abordables: « après des années à avoir confectionné des fringues qu’aucune de mes potes ne pouvait s’acheter, c’était important pour moi de présenter des vêtements à un prix abordable. » Soit entre 89 et 375 euros. Des intemporels, qui se déclinent en plusieurs couleurs (selon les tissus disponibles), et de grande qualité. « L’idée, c’est de garder son vêtement Esmé Studio le plus longtemps possible! »

Crédits photos: Alice Pallot. Mannequin: Dominique Models Agency.

La passion de l’artisanat

Toutes les pièces sont confectionnées au Liban, pays dont est originaire son papa. « Petite, je passais toutes mes vacances là-bas. Ma maman insistait toujours pour qu’on visite des ateliers d’artisans: un souffleur de verre, un atelier de couture…» se rappelle Charlotte, qui confie avoir été initié à l’artisanat par sa maman, décédée depuis lors. « Enfant, on disait de moi que j’étais une grand-mère (rires). Je faisais du crochet, du tricot… Ma maman m’a même appris la broderie au fuseau à l’âge de 6 ans ». Un goût du manuel qui a poussé la jeune femme à s’intéresser à la mode, comme sculpture avant tout. « Ce qui m’a attiré dans la mode, c’est cette façon de sculpter du tissu autour d’un corps ». Et nous, on est tout à fait partantes pour être son œuvre d’art!

Les pièces sont à retrouver via une vente privée en début de collection (elle a eu lieu ce week-end, à Bruxelles). L’e-shop prend ensuite le relai après chaque vente privée. Les pièces de la première collection seront mises en vente dès demain. Soyez au taquet, car le nombre de pièces est limité.

À lire aussi

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.