Home Lifestyle Faut qu'on parle Un article qualifie les filles tatouées de faciles, bêtes et fans de...

Un article qualifie les filles tatouées de faciles, bêtes et fans de mutilation et on dit NON

Tattoo Woman Creative Ideas Design Inspiration Concept; Shutterstock ID 520043380

Il paraît qu’on garderait le meilleur pour la fin. Cela semble être faux sur le webzine Neo Masculin qui termine un article sur le tatouage par ces mots: “évitez comme la peste celles qui endommagent volontairement leur propre corps : elles ne sont pas différentes des anorexiques, ni de celles qui se tailladent régulièrement les bras au couteau”. Et là, ça ne loupe pas, notre sang (d’encre) ne fait qu’un tour. 

D’autant que l’article, daté de 2016 mais ayant refait surface au gré de la polémique apparue sur les réseaux, commence également plutôt violemment. Ainsi, l’auteur rappelle que les tatouages auraient été autrefois rares “pour qui n’était ni marin, ni prostituée, ni ancien taulard, ni rescapé de Buchenwald” et souligne que leur popularisation aujourd’hui ne serait due qu’à un effet de mode, couplé au “caprice élevé comme justification de tout”. Et ne voit pas d’incompatibilité avec un caprice, forcément déraisonné et à la recherche de satisfaction immédiate, et le principe même du tatouage, qui est coûteux, douloureux et en plus, vraiment pas donné. Bien sûr, on a tous entendu l’histoire de cette cousine de pote de potes qui s’est fait tatouer un motif débile sur un coup de tête et le regrette. La vérité, c’est que pour la plupart des personnes tatouées, les motifs qu’ils ont choisi de se faire encrer sont extrêmement symboliques, qu’ils fassent référence à une personne aimée ou simplement à un moment précieux de leur vie.

Déchaîné envers les filles tatouées

D’ailleurs, l’auteur y faire référence, en évoquant le premier épisode de Girls, où Hannah alias Lena Dunham explique que si elle a tous ces tatouages visibles, c’est parce qu’elle avait éprouvé le besoin de reprendre possession de son corps après une importante prise de poids. L’aveu est touchant, et a certainement résonné auprès de pas mal de spectatrices de la série. Mais pas auprès d’Antoine. Antoine, c’est l’auteur de cet article dédié aux tatouages visibles. Il se décrit comme suit sur le site: “Antoine a la quarantaine. Passé par plusieurs métiers et milieux différents, il s’y connait en femmes, en troubles mentaux, en bondage et en relations plus ou moins malsaines”. Sauf que ce qui est malsain, en réalité, c’est le regard qu’il porte sur les personnes tatouées. Ainsi, de la confession d’Hannah sur ses tatouages, il dit que “une  personne raisonnable se serait mise à faire du sport, à surveiller son alimentation, peut-être à consulter régulièrement un diététicien, si nécessaire. Bref, à faire des efforts. Au lieu de cela, Lena a opté pour une pseudo-amélioration qu’on peut acheter. Certes, se faire tatouer est douloureux. Mais cette douleur ne dure guère que quelques heures ou quelques jours : rien à avoir avec le fait de mettre en place une hygiène de vie durable”. On pourrait se dire qu’il a touché le fond avec ses petits jugements à la con. Mais Antoine ne fait que commencer, et il a encore plein de clichés à balancer.

Les gens ont tendance à associer le fait d’être tatoué avec la rébellion, la criminalité, la prison, les troubles de la personnalité, la drogue, la violence, les déviances en général, et un rang relativement bas dans l’échelle sociale. C’est comme ça.

D’ailleurs, attention, Antoine met en garde: “si vous portez plusieurs tatouages visibles, ne vous attendez pas à être facilement accepté ; ne vous attendez pas à ce que vos beaux-parents vous trouvent charmant, ni à ce que le vigile de la bijouterie vous quitte du regard”. D’autant que selon Antoine, qui a décidément plein de conseils à dispenser, les tatouages ne donnent pas seulement “l’air d’un truand”, ils seraient en plus une preuve de bêtise.

Votre tatouage peut avoir l’air super cool aujourd’hui. Mais demain ? Que se passera-t-il si vous changez ? Votre tatouage ressemblera à une grosse merde informe et dégueulasse. Pour l’œil attentif, celui qui porte un tel tatouage affirme haut et fort qu’il n’a aucune notion de ce qu’est l’existence. Bref : que c’est un crétin.

Bourré de préjugés et sexiste par dessus le marché

Et non seulement les gens tatoués sont des crétins, mais en plus, si c’est une fille, elle est carrément une mère indigne. “Une nana tatouée aussi tatouée que Lena Dunham indique très clairement qu’elle est bien trop immature pour être la mère de vos enfants”, comme l’explique gentiment Antoine. Antoine qui se décrit donc comme étant spécialiste en relations plus ou moins malsaines et s’y connaissant en femmes. Ce dont on doute fortement, au vu du vomi sexiste qu’il crache dans son article.

Une femme tatouée est une femme endommagée. Une femme tatouée est une femme qui s’enlaidit volontairement. Une femme tatouée est une femme à problèmes, et cela, les hommes expérimentés le savent.

Et selon cet homme expérimenté d’Antoine, les hommes savent également qu’ils peuvent traiter n’importe comment les filles tatouées.

Si vous êtes à la recherche d’un coup d’un soir et vous demandez, parmi un groupe de filles, laquelle vous pourrez baiser sans de trop gros efforts de séduction, ou encore laquelle acceptera une sodomie brutale dans les chiottes du bar, dirigez-vous sans hésiter vers la plus tatouée.

Et si vous êtes parvenues à la fin de cet article sans vomir, bravo, vous avez des nerfs en acier. Sinon, Antoine, si vous nous lisez, enchantée: l’auteure de cet article ne se proclame experte de rien, mais est par contre l’heureuse détentrice de deux Masters et de neuf tatouages. Comme quoi, la bêtise incroyable qui pousserait à se faire tatouer n’empêche visiblement pas de réussir dans la vie. Peut-être parce qu’ils ne sont pas visibles, et donc n’identifient pas comme un “truand”… Sinon, il y a Dame Judi Dench, qui a choisi de se faire tatouer “Carpe Diem” sur le poignet à 81 ans. Visible, le poignet, pas facile à cacher. Et pourtant, c’est marrant, mais on voit très mal cette grande dame du cinéma accepter “une sodomie brutale dans les chiottes d’un bar”. On n’imagine pas trop non plus Caroline Kennedy, fille du célèbre président, avocate et ambassadrice des États- Unis, être fan de la pratique. Et pourtant, elle a un papillon tatoué au creux du coude. Antoine, lui, il a des préjugés tatoués bien profonds dans le crâne, tellement profond qu’on lui lève notre majeur bien haut pour être certaines que ça l’atteigne. Et si le majeur en question est tatoué, c’est encore plus parfait.

Lire aussi: 
Les plus jolies inspirations tatouage pour nos mains
9 mythes sur le détatouage démontés par un médecin
Il y aura bientôt des tatouages capables de devenir invisibles si on le souhaite

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.