Home Lifestyle 23 conseils pour aider votre bébé à faire ses nuits

23 conseils pour aider votre bébé à faire ses nuits

getty images
getty images

Vous êtes jeunes parents et rêvez de (re)trouver des nuits paisibles? Sur Instagram, les spécialistes du sommeil de “Fée de beaux rêves” ont prodigué 23 conseils pour aider votre enfant à mieux dormir pendant la nuit.

On vous partage leurs précieuses astuces!

1

Instaurer un rituel du coucher

Le rituel est un moment partagé entre parent et enfant essentiel pour accompagner votre petit vers le sommeil. Idéalement, il ne doit être ni trop long, ni trop court. Visez une durée d’environ 20 à 30 minutes. Ce qu’il contient? “De l’attention, du plaisir d’être ensemble, du réconfort et de l’écoute”. Ce rituel peut évoluer avec l’âge et des envies communes. L’essentiel: qu’il soit votre moment à vous!

2

Faire le noir total dans la chambre

Évitez les veilleuses et favorisez les rideaux occultants pour aider votre enfant à dormir tout au long de la nuit.

3

Éviter les céréales dans le biberon

Pour qu’un bébé fasse des nuits complètes, il est parfois conseillé de mettre des céréales dans le biberon du soir. Mais, ce serait inutile d’après les coachs du sommeil de “Fée de beaux rêves”: “au mieux, ça ne change rien. Au pire, ça provoque des soucis de digestion“.

4

Respecter son rythme de sieste

Le sommeil diurne exerce une conséquence immédiate sur le sommeil nocturne. C’est important que votre enfant dorme suffisamment pour être fatigué juste comme il faut le soir. Même si c’est plus rare, on évite globalement les siestes de plus de 3 heures.

5

Suivre les bons signes de fatigue

Comment savoir quand bébé doit aller se coucher? Il faut repérer les BONS signes de fatigue que votre enfant va exprimer. Il se frotte les yeux, baille ou a les yeux dans le vague? C’est le bon moment pour le mettre au lit. Votre bébé est énervé, ne veut que les bras, pleure beaucoup ou, à l’inverse, semble très excité? Ce sont des mauvais signes de fatigue qui indiquent que votre enfant est déjà trop fatigué.

6

Faire de sa chambre un sanctuaire

L’environnement dans lequel dort votre bébé peut exercer un impact important sur son endormissement. Pour favoriser son sommeil, sa chambre doit être bien rangée au moment du coucher. Retirer toute distraction permettra de l’aider à lâcher prise.

7

Remplir son réservoir affectif

Le sommeil représente une grande séparation de 11 heures à 12 heures sans voir ses parents (en cas de nuits complètes). Il est important de remplir le réservoir affectif de votre enfant pour qu’il puisse vivre cette coupure en toute sérénité et en ayant confiance en lui. Comment? Jouez, passez un moment en tête à tête rien qu’avec lui, sans regarder la télévision ou les réseaux sociaux…  “La qualité l’emporte toujours sur la quantité” précisent les spécialistes de “Fée de beaux rêves”.

8

Aider votre enfant à lâcher prise

Si votre enfant est pris d’angoisses le soir, rumine avant de s’endormir, vous pouvez l’accompagner grâce à des méthodes de lâcher prise telles que la respiration, la relaxation ou encore la visualisation. Pensez à toujours clôturer la journée avec une pensée positive avant de tomber dans les bras de Morphée.

9

Intégrer un bain dans le rituel

Le bain est un excellent préparateur pour le sommeil car il permet d’abaisser légèrement la température corporelle. Le même phénomène se passe lorsque l’on s’endort. “Le bain est plutôt bénéfique dans le rituel du soir mais n’est pas non plus essentiel et adapté à tous les enfants, notamment pour les enfants à peaux atopiques ou qui ont une peau fragile à qui on va éviter de donner un bain tous les soirs. On peut remplacer le bain lors du rituel par une petite toilette et un petit massage” précisent les coachs du sommeil.

10

Masser votre bébé

Le massage a des vertus très intéressantes pour le bébé quand il est tout petit. Cette pratique l’aide à prendre conscience de son corps et favorise également le sommeil. C’est un moment de partage entre le parent et son bébé qui va l’apaiser et lui permettre de lâcher prise.

11

Parler à votre enfant

La communication avec votre enfant est cruciale dès le plus jeune âge. Contrairement à ce que l’on pourrait croire, un tout petit bébé comprend déjà beaucoup de choses, surtout vos intentions quand vous lui parlez. Pour aider bébé à avoir confiance en lui, et en vous, il est important de lui expliquer les choses: lorsque vous lui changer sa couche, l’habillez, le mettez au lit,… Cette habitude lui permettra d’anticiper ce qu’il va se passer et d’aborder les événements sereinement.

12

Favoriser l’activité physique de votre enfant

Même à l’intérieur, dansez sur de la musique, jouez à cache-cache, apprenez-lui le yoga. “L’enfant aime beaucoup imiter ses parents, donc très souvent, il suffit de prendre plaisir soi-même à faire une activité physique et nos enfants feront la même chose” explique l’équipe de “Fée de beaux rêves”.

13

Initier bébé à la motricité libre

La motricité libre désigne le fait de laisser son enfant au sol, le stimuler avec des objets sensoriels et le laisser explorer par lui-même son environnement. Cela sous-entend qu’il est important de respecter le rythme de développement de son enfant en ne le mettant pas en position assise ou debout tant qu’il ne le fait pas de lui-même.

14

Mettre de la musique

La musique, c’est magique. Elle peut donner envie de se bouger mais aussi calmer. “Quand on a un enfant qui est énervé ou trop excité le soir, la musique classique par exemple fait des merveilles!” conseillent les coachs de “Fée de beaux rêves”.

15

Proposer un bruit blanc à votre bébé

Lorsque l’on a un bébé sensible au bruit blanc, cela peut être magique et calmer un bébé instantanément. Et pour certains bébés, l’impact ne va pas être très visible. Ce qui est sûr, c’est que globalement, nos petits bouts de chou n’aiment pas trop le silence, même si c’est ce qu’on a envie de leur donner spontanément pour qu’ils dorment mieux. Ils sont plus apaisés avec des bruits, de la respiration, les mots doux de leurs parents et le bruit blanc. Le bruit blanc va avoir deux fonctions: il calme l’enfant et inhibe les bruits extérieurs. Donc cela va aider s’il y a des travaux, des camions poubelles qui passent à 5h du matin et réveillent systématiquement votre enfant. Le bruit blanc peut l’aider à dormir mieux et plus longtemps” précisent les spécialistes du sommeil.

16

Maintenir une température entre 18 et 20 degrés dans la chambre

Si un enfant a trop chaud, cela va l’empêcher d’abaisser sa température corporelle pour dormir paisiblement (c’est d’ailleurs pour cela que l’été, lors des fortes chaleurs, les enfants dorment souvent moins bien). Le froid, par contre, risque de le réveiller. Bon à savoir: généralement, la température d’une maison atteint sa température la plus froide vers 4h du matin. Si votre bébé se réveille aux alentours de cette heure-là, vérifiez la température de sa chambre.

17

Appliquer le dicton “parents détendus, bébé serein”

Les bébés sont des éponges à émotions. Lorsque vous vous sentez stressé·e, il y a des risques que votre enfant le ressente et qu’il éprouve, lui aussi, des difficultés à se montrer serein. Lorsque vous ressentez des émotions négatives vous envahir, n’hésitez pas à en parler avec votre tout-petit. Rassurez-le en lui expliquant qu’il n’est pas la cause de vos soucis.

18

Gérer les cauchemars

Si votre petit chou fait des cauchemars la nuit, allez le voir et réconfortez-le. “Vous pouvez lui expliquer que c’est tout à fait normal de faire des cauchemars, que c’est un signe d’apprentissage. Lorsque les enfants comprennent ce qu’il se passe, leur parler va les aider à ne pas rentrer dans un cercle vicieux de la peur: ils ont peur d’avoir peur durant la nuit. Et du coup, on a du mal à sortir de ce cercle vicieux” est-il expliqué sur le compte Instagram “Fée de beaux rêves”.

19

Gérer les terreurs nocturnes

Les terreurs nocturnes sont le signe d’une grande fatigue chez l’enfant, d’un grand stress ou encore d’un changement dans leurs vies qui les a impacté. Elles surviennent généralement en première partie de nuit, contrairement aux cauchemars qui arrivent souvent en deuxième partie de nuit, et entre 18 mois et 5 ans” expliquent les coachs en sommeil. Comment réagir face à des terreurs nocturnes? Le mieux serait de ne rien faire! Contrairement aux apparences, votre enfant dort toujours. Vérifiez simplement qu’il ne risque pas de se faire pas mal.

20

Vivre en pleine conscience

Vivez l’instant présent en toute conscience. Lorsque vous jouez avec votre enfant, profitez pleinement de ce moment. “Vous allez le voir qu’avoir un moment pour chaque chose, cela influe sur le sommeil et cela remplit son réservoir affectif. Il a besoin de votre affection, de votre présence consciente pour lui aussi être accompagné dans la pleine conscience” constatent les spécialistes.

21

Etre constants et cohérents

Chaque famille, chaque parent a sa manière de fonctionner, sa manière personnelle d’éduquer et d’accompagner ses enfants. On a tous notre propre parentalité. Pour nos enfants, il est important de grandir et de s’épanouir dans un “cadre” éducatif qu’ils connaissent. C’est pour cela qu’il est essentiel d’être constants et cohérents et d’essayer de garder une manière de faire identique. C’est cela qui va sécuriser votre enfant. Et plus votre enfant se sent en sécurité, plus il sera prêt pour s’endormir paisiblement et faire de belles nuits” conseille les membres de “Fées de beaux rêves”.

22

Définir les limites

Les limites autour du coucher chez les plus grands sont fondamentales. Définissez vos propres limites (elles ne sont pas forcément les mêmes que les autres) et tenez-y vous. Votre enfant finira par les connaître et retrouvera un cadre sécurisant à travers elles.

23

Accompagner votre enfant

“Si vous êtes en recherche de nuits complètes, la clé va être que votre enfant développe ses propres stratégies d’endormissement et de rendormissement. Le réveil nocturne est normal. C’est normal que nos enfants se réveillent. Et si ils ont besoin de nous pour s’endormir le soir, c’est en tout logique qu’ils ont besoin de nous pour se rendormir la nuit. Est-ce un problème? Pas le moins du monde si c’est votre équilibre familial! Cependant si vous souhaitez faire ce cheminement avec votre enfant, et qu’il développe ses magnifiques compétences d’endormissement autonome qui lui resteront toute sa vie, vous pouvez l’accompagner” explique l’équipe de “Fées de beaux rêves” qui vous proposent de vous guider dans cette aventure.

Plus d’infos et conseils à propos du sommeil des enfants sur le site Internet de “Fées de beaux rêves”.

Lire aussi: