Home Lifestyle Animaux Le déconfinement affecte aussi votre animal de compagnie

Le déconfinement affecte aussi votre animal de compagnie

Après des semaines en tête-à-tête, votre animal de compagnie vous a soudain vue reprendre le chemin du travail, et ça fait mal. Enfin, du moins, si c’est un chien, car les chats, eux, vivent le déconfinement différemment. Entre anxiété de séparation et soulagement, on a fait le point avec le Dr Julien Binard, du centre vétérinaire Vetlife.

Au croisement de « Dr Doolittle et de « Grey’s Anatomy », Julien Binard régale ses près de 11 000 followers Instagram de photos de ses opérations et de ses patients trognons. Et quand il n’est pas occupé à sauver des vies, il partage trucs et astuces pas bêtes (ah!) avec les médias. Dites, Dr Binard, c’est nous, ou le déconfinement jouerait de drôles de tours au moral de nos chères boules de poils?

« Il faut bien différencier la situation des chiens et des chats » annonce d’emblée le vétérinaire. « Certains animaux apprécient fortement la présence plus marquée du maître à la maison et au contraire, d’autres peuvent plus mal la vivre. Les chiens sont des animaux de meute qui aiment la présence des autres, et qui lors du confinement ont été dans la plupart des cas ravis de pouvoir passer plus de temps à la maison avec leur maître ». Les chats, par contre, sont quant à eux des animaux plus solitaires, pour qui votre présence constante a pu représenter un bouleversement malvenu de leurs habitudes.

Si on globalise, on peut dire que le confinement a été une bonne nouvelle pour les chiens et une mauvaise nouvelle pour les chats. Si on bouscule leurs habitudes en état tout le temps à la maison, ces derniers peuvent devenir agressifs ou se lancer dans du toilettage compulsif pour compenser. un peu comme les humains qui se rongent les ongles quand ils stressent ».

Facteur aggravant? « Les chats sont des éponges émotionnelles, et comme les humains étaient assez stressés durant la crise sanitaire, on n’était pas forcément la meilleure compagnie car les chats perçoivent très fort notre anxiété ».

Lire aussi: C’est prouvé, les chiens aiment plus leur propriétaire que les chats

Anxiété de séparation

Vous l’aurez compris, même si le Docteur Binard est trop poli pour le dire: non seulement vous ne manquez pas à votre chat, mais en prime, il s’est probablement livré à l’équivalent félin des bonds de joie quand il a compris que vous deviez retourner au travail. Mais Fluffy alors, qu’en pense-t-il lui? C’est vous, ou bien il a l’air en pleine déprime depuis que le pays déconfine? Au risque de vous briser un peu le coeur, non, il ne s’agit pas d’hallucinations de votre part.

On voit en consultation des chiens qui souffrent d’anxiété de séparation et chez qui des troubles du comportement apparaissent en réaction. Les chiens se sont habitués de manière très facile à la présence quasi permanente de leur maître à la maison et pour eux, perdre cette présence constante est un déchirement ».

Une étude a ainsi démontré que les interactions maître-chien ont augmenté de 40% durant le confinement, « ce qui est un vrai paradis pour les chiens, mais le problème, c’est que ce n’était que temporaire » explique Julien Binard. « Si on change brutalement les habitudes et qu’on revient d’un coup à la vie normale, cela peut être un vrai choc pour le chien, qui se retrouve de nouveau tout seul à la maison alors qu’il a pris l’habitude d’avoir quelqu’un en permanence à ses côtés. Les chiens vont exprimer leur anxiété de séparation de différentes manières, en détruisant des objets, en aboyant toute la journée, voire même, en tombant en dépression ». La situation la plus délicate? Celle de ses chiots qui ont été adoptés en plein coeur du confinement, ont vécu leurs premières semaines avec un.e propriétaire présent.e 24h/24, et se retrouvent aujourd’hui face à une solitude qu’ils n’ont pas apprivoisée.

La solution pour préserver leurs petits coeurs de beurre? Y aller en douceur. « Pour être épanoui, un chien a besoin de routine, donc on évite de changer ses habitudes trop brusquement. Il faut y aller de manière progressive: il n’y a rien de pire que d’avoir passé des semaines à la maison avec son chien puis tout à coup, le lundi, tout le monde disparaît et il ne comprend rien ».

Pour limiter la séparation d’anxiété (et les troubles du comportement) chez les chiens, il faut essayer de revenir progressivement à la vie d’avant le confinement. En diminuant progressivement la durée et la fréquence des promenades, par exemple, mais aussi en partant faire des courses sans lui ».

Mais pas n’importe comment: « le conseil qu’on donne pour l’éducation des chiots qui font de l’anxiété de séparation, c’est de partir sans prévenir le chien et de ne surtout pas lui faire de câlins avant. On anticipe son départ et on ignore le chien avant et après, parce que si on lui fait la fête quand on rentre, alors à chaque fois qu’on part, le chien se plante derrière la porte et n’attend qu’une chose, le retour de son maître et des câlins ». Et si vraiment, rien n’y fait? Julien Binard recommande de faire appel aux services d’un.e vétérinaire comportementaliste, qui pourra rééduquer le chien en expliquant au maître quelles habitudes changer.

Masque menaçant

Dernier conseil avant de retourner à ses patients à quatre pattes? Julien Binard souligne l’aspect perturbant que peut avoir le port du masque pour le meilleur ami de l’homme. « Les chiens observent les mimiques faciales et accordent beaucoup d’importance à la communication non-verbale. Quand une moitié du visage est occultée, cela les perturbe, ils sont inquiets et peuvent se sentir menacés quand on s’approche d’eux parce qu’ils ne parviennent pas à interpréter les signes ». Et le vétérinaire bruxellois de raconter le cas d’un chien d’ordinaire extrêmement gentil avec lui, qui s’est mis à lui aboyer dessus quand il l’a vu arriver dans la salle d’attente avec un masque. La parade? « Il faut habituer votre chien au port du masque en l’enfilant pendant des moments d’interaction positive, quand vous lui donnez à manger ou que vous jouez avec lui par exemple, pour qu’il comprenne que ce n’est pas quelque chose de négatif ». Lui montrer patte blanche, en bref.

Lire aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.