Home Culture Livres FLAIR BOOK CLUB: les nostalgiques de “Walking Dead” vont adorer “La guerre...

FLAIR BOOK CLUB: les nostalgiques de “Walking Dead” vont adorer “La guerre après la dernière guerre”

flair book club la guerre après la dernière guerre

Vous ne jurez que par les divertissements postapocalyptiques et vous adorer frissonner au gré des épisodes ou des pages? Alors foncez en librairies pour découvrir “La guerre après la dernière guerre”, le deuxième (et très réussi) roman de Benedek Totth.

Le résumé

«  Il faut quand même admettre que ce n’était pas si mal de vivre sous terre -en tout cas, ça valait mieux que d’être mort-, il avait juste fallu s’habituer à la promiscuité, à la puanteur, à l’odeur de renfermé, il fallait accepter d’avoir faim tout le temps et renoncer aux secrets »

Dans le huis clos infernal d’une ville ravagée par la guerre nucléaire qui oppose Russie et Etats-Unis, un jeune garçon erre. L’adolescent avait quitté le refuge où il avait trouvé abri avec ses amis pour aller décrocher, par curiosité plus que par compassion, un parachutiste américain blessé, suspendu aux poutres d’une maison éventrée. À son retour, le refuge a été bombardé, tous sont morts et son petit frère, Théo, a disparu.

Flanqué du parachutiste, avec la crainte permanente de rencontrer des soldats ou des mutants irradiés évacués de la “Zone rouge”, le narrateur se met en quête de Théo sous les bombardements et les tirs d’armes automatiques.

Pourquoi on a aimé?

Pas de zombies dans le deuxième roman de Benedek Totth, mais son univers angoissant, et cette apocalypse dans un monde qui ressemble finalement tellement au nôtre, ne manqueront pas de séduire les inconditionnels de la série “The Walking Dead”. Pas de morts-vivants, non, mais les vivants sont un peu morts et très mornes, et le roman est d’autant plus glaçant que la réalité qu’il décrit ne semble finalement pas si lointaine que ça, les codes nucléaires américains étant dans les mains d’un président pour le moins imprévisible (pour ne pas dire instable).

“La cendre a enseveli la ville comme la guerre a enseveli le temps”, et pourtant, le narrateur garde l’espoir, il s’agit là d’un besoin vital, et on se passionne pour sa quête. Sera-t-elle fructueuse? Il faudra attendre les dernières pages du roman pour le découvrir, et se préparer à un coup de fouet à la lecture du dernier paragraphe.

Lire aussi: