Home Culture Livres Flair Book Club: « Les apparences dépouillées », des entretiens qui font la peau...

Flair Book Club: « Les apparences dépouillées », des entretiens qui font la peau au racisme

Laurent Laviolette est d’origine martiniquaise, mais  c’est aussi et surtout un avocat brillant, nommé conseiller Outre-mer d’Alain Juppé. Et pourtant, comme les 11 autres personnes qui témoignent dans « Les apparences dépouillées », c’est toujours à sa couleur de peau qu’il est ramené. Il en a tiré un livre d’entretiens percutant, à mettre entre toutes les mains.

Le résumé

« Quand avez-vous découvert que vous étiez Noir? Vos origines ont-elles eu une influence sur votre manière de travailler? Vous sentez-vous redevable envers votre communauté? Croyez-vous en la discrimination positive? Enfant, quel était votre modèle? »

Laurent Laviolette a sept ans lorsqu’il comprend qu’être Noir influencera son itinéraire. Qu’importe, il croit à la vertu du travail et de l’effort. Après un parcours en finance dans le privé, il devient chef de cabinet de la ministre des Outre-mer puis conseiller politique. Il est aujourd’hui directeur de projets d’une grande banque.

De ses expériences en politique, il retient que dans le regard de l’autre, sa couleur de peau a souvent prévalu sur son expertise. Naît alors l’idée de ce livre: confronter son expérience à celle de dix personnalités. Audrey Pulvar, Lucien Jean-Baptiste ou encore Cécile Djunga: dix femmes et hommes se livrent avec sincérité et philosophie sur leurs parcours, leurs succès et blessures et leurs rapports à la couleur de peau.

Pourquoi on aime

« Ce n’est pas le monde Noir qui me dicte ma conduite, ma peau noire n’est pas dépositaire de valeurs spécifiques ». D’emblée, en couverture, une citation percutante de Frantz Fanon annonce la couleur. Au gré des pages, on se passionne pour les témoignages, peu importe la couleur de peau du lecteur. Franche, intelligente et marrante, Cécile Djunga se livre, et apporte une nouvelle lumière sur son parcours. « Pour certains, tu es trop noire, pour d’autres, pas assez. Naïvement, je m’estimais suffisamment belge et européenne pour pouvoir jouer tous les rôles » raconte-t-elle ainsi.

Sans complaisance ni langue de bois, les personnalités qui témoignent dans ce livre d’entretiens livrent une image fascinante du racisme ordinaire, des préjugés qui ont la peau dure et de ce que c’est de grandir Noir dans un pays majoritairement blanc. Un livre nécessaire, à mettre entre toutes les mains, surtout celles de votre Tonton Roger qui aime bien les blagues grasses qui commencent toujours par « je ne suis pas raciste.. » mais qui le sont à fond.

On vous les conseille aussi:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.