Home Culture Livres Flair Book Club: 5 romans dont la force des héroïnes nous inspire

Flair Book Club: 5 romans dont la force des héroïnes nous inspire

Parce que lire permet de s’évader mais aussi et surtout de s’inspirer, dans cette nouvelle chronique du Flair Book Club, gros plan sur 5 romans aux héroïnes carrément inspirantes, d’autant plus que certaines d’entre elles ont vraiment existé.

Who run the world? GIRLS (toutes en choeur). Et si vous ne nous croyez pas, ou plutôt, que vous ne croyez pas en vous, plongez-vous sans tarder dans la lecture d’un de ces cinq romans, dont la force des héroïnes vous rappellera celle qui sommeille en vous.

1 / 5
“C’est lundi aujourd’hui” – Sytske Van Koeveringe
“Gonzo Girl” – Cheryl Della Pietra
“Pas si calme…” – Helen Zenna Smith
“Les déviantes” – Capucine Delattre
“Sourvilo” – Olga Lavrentieva
“C’est lundi aujourd’hui” – Sytske Van Koeveringe
“C’est lundi aujourd’hui” – Sytske Van Koeveringe

Julia, trente ans à peine, est une jeune femme solitaire qui gagne sa vie en faisant des ménages. En pénétrant dans leurs maisons, leurs appartements, elle se confronte à une galerie de personnages singuliers dont elle va observer les habitudes et les âmes à mesure qu’elle nettoie leurs intérieurs. Mais elle va aussi perdre pied. Pourquoi ne pas prendre possession de la baignoire de l’appartement 61, du salon de la 122-D, se nourrir quasi exclusivement de chips chipées ou déguster une bouteille de rosé sur une terrasse qui ne lui appartient pas ?

“Gonzo Girl” – Cheryl Della Pietra
“Gonzo Girl” – Cheryl Della Pietra

” Pas question d’une assistante qui se barre chaque fois que je la rudoie un peu. Peut-être que tu n’es pas taillée pour le job, chérie. [… ] N’importe quel crétin peut tirer au pistolet avec moi et sniffer ma coke. Alors je te donne un conseil : arrête de me demander de quoi j’ai besoin. Parce que justement, j’ai besoin que tu le devines”.

Fraîchement diplômée, Alley rêve de faire carrière dans l’édition à New York. Mais en attendant, elle est tantôt barmaid, tantôt stagiaire. Quand on lui propose de devenir l’assistante du célèbre Walker Reade, en mal d’inspiration, elle espère que ce sera l’occasion de faire examiner son manuscrit par un auteur expérimenté. Alley rejoint donc l’écrivain dans sa propriété, au beau milieu des Rocheuses. Sa mission ? L’encourager à écrire au moins une page par jour. Un véritable défi, avec la vie qu’il mène : des lignes de cocaïne dont on ne voit pas le bout, aux sessions de tir en passant par des explosions de rage, Alley craint le pire. Sentant que ce livre ne s’écrira jamais, elle décide de prendre les choses en main, à ses risques et périls…

“Pas si calme…” – Helen Zenna Smith
“Pas si calme…” – Helen Zenna Smith

L’épopée quotidienne de six jeunes Anglaises engagées volontaires dans le service ambulancier pendant la guerre de 14. Leur mission : recueillir les corps martyrisés des morts et des blessés, transporter les survivants souvent abominablement mutilés ou hurlant de douleur, jusqu’aux hôpitaux qui pour beaucoup seront leur dernière demeure. Ces « glorieuses filles d’Angleterre » vont découvrir la géographie de l’Enfer, ce que l’on appelle la « zone interdite », un désert labouré d’obus qui sépare les tranchées de l’arrière. Au terme de chaque voyage macabre dans le froid et dans la nuit, de nouvelles épreuves les attendent : les corvées de caserne les plus rebutantes, les nuits sans sommeil, l’insalubrité, l’invasion de la vermine, la plus innommable des pitances militaires.

Lorsqu’il parut en 1930 le livre fit scandale. La traduction française (1931) reçut néanmoins le prix Séverine décerné au meilleur roman conçu pour promouvoir la paix dans le monde. Helen Zenna Smith est le pseudonyme d’Evadne Price (1897-1985), qui transposa sur le mode de la fiction le journal minutieusement tenu par l’une de ses amies.

“Les déviantes” – Capucine Delattre
“Les déviantes” – Capucine Delattre

” Pourvu qu’elle ait essayé, au moins une fois, pour de vrai. ”

Le monde d’Anastasia s’est effondré. À 29 ans, elle avait l’argent, la stabilité, le prestige. Hier encore, elle exerçait de hautes fonctions dans une grande entreprise. Une conquérante, Anastasia. Toujours en avance sur son monde. Même pour son cancer du sein. Pour la première fois de sa vie, la voilà limitée. Pourtant, la maladie n’est pas le sujet de son histoire. Plutôt un point de départ, un détonateur. Un accélérateur. Un catalyseur. Anastasia devient une déviante, celle par qui tout commence, capable d’attirer dans son sillage deux déviantes en germe, Iris et Lolita. Ensemble, elles vont prendre goût au saccage de leurs courtes existences et s’autoriser à déployer leurs rêves. À elles trois, elles incarnent une jeunesse qui refuse de se laisser abîmer, une vocation en marche et, surtout, la possibilité de nouvelles trajectoires.

“Sourvilo” – Olga Lavrentieva
“Sourvilo” – Olga Lavrentieva

En Russie, les grand-mères sont la mémoire vivante de l’histoire tragique de leur pays. Svetlana Alexievitch raconte qu’enfant sa grand-mère lui avait appris à écouter ce qu’on avait pas le droit de dire. Dans «Sourvilo,» Olga Lavrentieva donne la parole à la sienne. L’enfance heureuse, le siège de Leningrad, la faim, le froid, la peur… Valentina Sourvilo, 94 ans, se confie et à travers son témoignage passionnant et empli de courage, c’est toute l’histoire de la Russie qu’on lit.

Lire aussi: 

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.