https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

Le Japon cède 8 millions de maisons pour éviter leur destruction

Laurane Wattecamps

Vous rêvez de vivre au pays du soleil levant? C’est le moment où jamais. Le gouvernement japonais lance un grand plan d’action pour repeupler ses villages désertés.


Les maisons abandonnées sont un véritable fléau au Japon. En 2013, elles étaient plus de 8 millions à être figées dans le temps. La raison principale? La superstition veut que ça porte malheur de vivre dans une maison dont les propriétaires sont morts de manière violente ou anormale.

Autre cause évidente; les multiples catastrophes naturelles qui ont ravagé une bonne partie du pays ont fait fuir les habitants. Les experts estiment que d’ici 2033, un tiers des maisons aura été déserté. Ce qui augmenterait le chiffre de bâtisses à 20 millions.

Un plan d’action alléchant


Le gouvernement n’a eu d’autres choix que d’agir. Pour réduire le nombre de logements abandonnés, il est prévu que ces maisons soient vendues à un prix dérisoire, voire offertes. Mieux, des aides à la rénovation sont prévues afin de remettre à neuf les propriétés plus délabrées.

Si le nombre de maisons abandonnées suit les prédictions et continue de grandir, le gouvernement prévoit même de limiter les constructions futures. En attendant, plus de 8 millions de biens recherchent un nouveau propriétaire. L’occasion rêvée d’acquérir une maison de vacances au Japon, non?

Pour découvrir les maisons, rendez-vous sur ce site. Si vous ne parlez pas japonais, ça sera un peu compliqué de comprendre. Mais Google Translate peut toujours vous aider!

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon