Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Falling in love, relationship and speed dating concept. Vector flat people illustration. Couple of male and female with hourglass and heart shape love symbol. Design element for banner, web, app.

Témoignages: elles ont choisi d’attendre avant de faire l’amour

Justine Rossius

Que ce soit dans les médias, dans nos discussions entre copines ou sur le net, le sexe est partout. Sauf dans la chambre de ces quatre femmes qui préfèrent patienter avant d’expérimenter les ébats sous la couette. Pourquoi cette décision ? Et quel impact a-t-elle sur leurs relations ? Elles se mettent à nu pour expliquer leur choix.

Marijse, 26 ans

“Je n’avais pas encore quatorze ans quand j’ai fait l’amour pour la première fois. Mon petit ami de l’époque avait trois ans de plus que moi et déjà de l’expérience. Je ne voulais pas avoir l’air d’une gamine, alors j’ai fait semblant d’être prête. Il m’a largué un mois plus tard. Et comme si cela ne suffisait pas, j’ai appris par la suite par des amis qu’il n’avait pas trouvé que j’étais un ‘bon coup’. Ça a été le point de départ d’une période où j’étais assez perdue. J’allais souvent à des soirées près de chez moi et il m’est arrivé plusieurs fois d’avoir des relations sexuelles avec des inconnus dans les buissons derrière la tente. Pas forcément parce que j’en avais envie, mais surtout pour prouver que je pouvais être une fille entreprenante. Puis j’ai commencé l’université et j’ai rejoint un cercle étudiant, ce qui n’a pas amélioré la situation. Ma confiance en moi évoluait en fonction du nombre de garçons que j’arrivais à séduire et à mettre dans mon lit. Jusqu’à ce que l’un d’eux me transmettre une IST. L’infection était bénigne et facile à guérir mais m’a laissé un traumatisme. Grâce à un conseiller en orientation, j’ai pris contact avec une sexologue. Elle m’a appris l’amour propre et le respect de soi. Et aujourd’hui, cela fait deux ans que je suis en couple avec un amoureux très doux et attentionné. Je ne lui ai pas demandé d’attendre, mais je ne me suis pas offerte à lui pour autant.

Il n’était pas question que je lui donne mon corps comme un cadeau. Je pense que ce n’est qu’après trois mois ensemble que nous avons fait l’amour pour la première fois. Et ce, alors que nous nous connaissions déjà intimement et avions parlé de nos désirs pour l’avenir.

Cela faisait longtemps que je n’avais plus eu de rapports et pourtant cela a été un moment mille fois plus satisfaisant que tous ces coups d’un soir que j’avais pu connaître par le passé. Parce que j’avais attendu de pouvoir partager ces instants avec l’homme que j’aime.”

Charlotte, 22 ans

“Parfois je trouve ça un peu embarrassant et à d’autres moments j’en suis très fière: j’ai 22 ans et je suis toujours vierge. Quand mes amies parlent de sexe et de rendez-vous, je n’ai pas grand-chose à dire. Je n’ai pas fréquenté beaucoup de garçons et j’ai jamais été plus loin que les préliminaires. Je continue de reporter le moment de ma première fois. C’est un choix conscient. Celui de faire l’amour avec quelqu’un qui me respecte et m’aime à tous niveaux. J’entends par là, en acceptant aussi mon côté sensible et émotif et mon ignorance sous les draps. Je remarque que nombre de garçons cherchent des histoires sans lendemain ou des sexfriends. Parler et apprendre à se connaître ? Pour quoi faire ? Et ils veulent des filles qui sont douées au lit, chose que je ne peux pas leur offrir puisque je n’ai pas la moindre expérience. Bien sûr, on apprend en pratiquant, mais il faut malgré tout un bon professeur et on dirait qu’aucun d’entre eux ne veut jouer ce rôle. Alors, pour l’instant, je préfère expérimenter ma sexualité avec des jouets. Cela me permet de découvrir qui me fait grimper au rideaux et comment me satisfaire. Et je m’en tiendrai là jusqu’à avoir trouvé le partenaire parfait pour m’accompagner sous les draps.”

Sarina, 24 ans

“Mettons directement les choses au clair: non je ne suis pas religieuse, je ne souffre pas de vaginisme, je ne suis pas lesbienne, pas plus qu’asexuelle et je n’ai subi aucun traumatisme sexuel dans le passé.

Je souhaite attendre avant de faire l’amour, car je considère qu’il s’agit d’un acte important, que je désire découvrir avec quelqu’un que j’aime et qui partagera les mêmes sentiments pour moi. Et je le vis très bien, même si nombreux sont les gens qui trouvent ça étrange.

Quand je dis, même à mes propres amis, que je ne suis pas intéressée par les coups d’un soir, on me regarde avec incrédulité. Dans notre société, le sexe est devenu un principe tellement banal, qui n’a plus forcément à voir avec l’amour. Ne vous méprenez pas, je ne juge personne, chacun est libre d’agir comme il le sent. Cela me semble juste bizarre qu’il soit considéré comme plus normal de partager son lit avec une multitude de partenaires que d’attendre le grand amour.”

Jessie, 27 ans

“Il y a un an et demi, j’ai dit oui à l’homme de ma vie. Cette nuit-là, nous avons fait l’amour pour la première fois. Pourquoi ? Par pur choix romantique. Mes parents m’avaient expliqué avoir attendu leur mariage pour passer à l’acte et cela ressemblait à un conte de fées pour l’adolescente que j’étais. La plupart des filles rêvent de la robe de mariée parfaite, moi j’imaginais la nuit de noces idéale. Je n’ai pas eu trop difficile à ne pas craquer, mais devoir expliquer à mon amoureux que je préférais me réserver pour notre mariage était bien plus compliqué. Au départ, il ne savait pas vraiment quoi en penser, mais après que nous en ayons parlé à plusieurs reprises, il m’a rassuré : il voulait partager ma vie et attendrait si c’était important pour moi. Après un an, il m’a finalement demandé de l’épouser. Et sa patience a été récompensée six mois plus tard. »

L’avis de Rika Ponnet, sexologue

Patienter avant de faire l’amour est-il positif voire meilleur pour la relation ? Nous avons demandé son opinion à Rika Ponnet, thérapeute de couple.

Est-ce que l’attente avant d’avoir des relations sexuelles est profitable au couple ?

Rika Ponnet “Il n’y a pas de bon ou de mauvais choix en la matière. Ceux qui décident d’attendre avant de passer à l’acte avec leur partenaire, le font pour plusieurs raisons possibles. Pour certains, c’est lié à la manière dont ils fonctionnent émotionnellement. Au besoin de lien et d’intimité profonde qu’il leur faut pour se mettre à nu, au propre comme au figuré. On dit alors qu’ils sont en recherche de connexion. Ceux qui au contraire sont plus prompts à avoir des rapports sexuels rapidement et sont plus impulsifs sous les draps, sont eux plutôt en recherche de sensations.”

Pourquoi est-il important d’attendre d’être vraiment prêt, même à l’âge adulte ?

“Même si ce n’est pas dans notre nature, on aura par moments tendance à passer à l’acte trop vite, pour répondre au désir de son partenaire. Parfois aussi avec l’espoir que le sexe créera les bases d’une relation durable. Mais si ce n’est pas exprimé clairement et que l’autre au contraire ne veut que passer un bon moment, sans attaches, il n’en ressortira que de la souffrance. Ceux qui utilisent les relations sexuelles comme moyen de se lier aux autres se sentent souvent terriblement mal ensuite, avec l’impression d’avoir été ‘floués’. Et cela détruit leur confiance en eux. Certains décident alors de ne plus faire l’amour aussi rapidement dans leurs liaisons suivantes, de peur de revivre la même chose. Mais prendre son temps ne permet pas toujours d’éviter les mauvaises expériences. Faire preuve de distance et de réserve aura tendance à attirer ceux qui aiment les défis et ont l’envie de posséder ce qui est inaccessible. Vous risquez alors de vous méprendre sur leur caractère, prenant leur grande confiance en eux pour une volonté de s’ouvrir totalement et de construire une histoire profonde avec vous. Avec le risque de vous investir émotionnellement et sexuellement avant de remarquer que l’autre ne voulait rien de plus que remporter une partie de chasse. Le plus important est donc de vous respecter. Si votre instinct vous pousse à attendre un peu, voire beaucoup, alors écoutez-le. Restez en accord avec vos convictions. C’est le mieux que vous puissiez faire. Si vous hésitez parce que vous avez peur, il est également préférable de patienter jusqu’à ce que vous ayez pleinement confiance en l’autre. Pour cela, ne vous contentez pas de peser le pour et le contre mais basez-vous sur les actes concrets de votre partenaire. Et au besoin, testez ses intentions.”

Existe-t-il une durée idéale d’attente ?

“Non, la durée idéale est différente pour chacun et étroitement lié à notre fonctionnement émotionnel. La ligne rouge doit être de rester fidèle à ses sentiments et ses envies. Faites l’amour si vous le désirez et pas pour plaire à l’autre, pour booster votre image de vous ou votre relation. Interrogez-vous aussi sur vos vraies motivations. Parfois on décide d’avoir des relations sexuelles pour se convaincre qu’on peut plaire ou renforcer sa confiance en soi. Mais le plaisir qui en découle est souvent de courte durée. Surtout quand on réalise que son partenaire a fait pareil et choisi le sexe pour satisfaire ses propres besoins émotionnels plutôt que parce qu’il nous trouvait fantastique.”

Patienter ou pas, reste donc la grande question…

“La qualité ou la réussite d’une relation ne dépendent pas de la rapidité avec laquelle vous décidez de vous glisser sous les draps. Il existe après tout bien d’autres façons de s’aimer et de créer une histoire ensemble. Tout ce qui compte est de rester en accord avec vous-même. Il n’y a pas de bonne ou de mauvaise manière d’agir, simplement celle qui convient à chacun. Certains couples sont d’abord amis, avant de tomber amoureux et enfin de se découvrir sexuellement. Pour d’autres cela fonctionne en sens inverse. Cela n’a pas d’importance, tant que chacun sait ce que le sexe signifie pour lui et pour l’autre. Ne vous contentez pas d’imaginer que votre partenaire pense forcément comme vous, surtout si vous le rencontrez sur Tinder ou d’autres plateformes en ligne. Soyez clairs sur vos envies et vos motivations et demandez-lui de faire pareil. Communiquer sur la sexualité n’est pas toujours facile, mais c’est extrêmement important. Et cela commence par accepter de vous poser les bonnes questions. Découvrez ce que vous voulez, ce qui vous fait du bien, quels sont vos désirs et où se situent vos limites. Pouvoir et vouloir en parler est une force et un signe de maturité et de respect pour soi comme pour son partenaire. En discuter sans tabous et de manière détendue plutôt que craintive ou sur la défensive est une compétence qu’on développe par la pratique. Commencez par en parler avec vos amis et apprenez de leurs expériences.”

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires