https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

TÉMOIGNAGES: 3 influenceuses racontent leur pause sur les réseaux sociaux



WhatsApp, Instagram, TikTok, Facebook, YouTube… Toute ces applications sont conçues pour créer une dépendance. Mais comment gérer sa consommation des réseaux sociaux lorsqu’elle est inextricablement liée à son travail? Trois influenceuses racontent comment elles se sont éloignées de leur téléphone pendant un moment, pour une consommation digitale plus consciente.

Paulien est mannequin et influenceuse. Ses domaines de prédilection? La mode, la beauté et les voyages


« Ma vie privée et ma vie professionnelle sont très liées: je suis ma propre marque, mon propre contenu. Mon temps d’écran indique que je passe environ cinq à six heures par jour sur mon téléphone. Rien que sur Instagram, il faut compter entre trois et quatre heures. En janvier 2020, j’ai délibérément fait une pause sur Instagram. J’ai supprimé l’application de mon téléphone pendant un mois. L’application de la SNCB a remplacé celle d’Instagram sur mon iPhone et c’est assez marrant, car je me retrouvais sur cette application sans m’en rendre compte les deux premiers jours. Un véritable automatisme. J’ai pris cette décision parce que j’avais une sensation de trop-plein. Cela fait onze ans que je travaille comme influenceuse et je n’ai jamais fait de pause, même pas un jour. Je me suis dit que c’était absurde et j’ai eu envie de voir si je pouvais m’en passer. Ce fut super agréable. Je me sentais plus détendue. Quand je me levais, j’avais soudain beaucoup plus de temps. Je ressentais moins de pression pour créer des tenues intéressantes tous les jours. Mon style vestimentaire a alors changé: je me suis habillée de manière plus sobre, très minimaliste. Et le soir, je pouvais regarder une série ou lire un livre. En temps normal, je n’y arrive pas du tout. Je n’ai pas essayé de combler ce temps libre avec un nouveau passe-temps ou un autre travail. J’avais juste envie de ne rien faire. Et soudain mon franc est tombé: j’avais enfin le temps de faire des choses que je remettais toujours à plus tard. J’ai accompli beaucoup de tâches et de corvées ce mois-là (rires).



Tout comme avant

Je pensais qu’un mois serait suffisamment long pour changer mes habitudes durablement, mais dès mon premier jour de retour sur Instagram, j’ai immédiatement atteint le même nombre d’heures d’écran. J’étais choquée. Cette longue pause était très agréable, mais si on veut vraiment changer quelque chose à sa manière de fonctionner, il faut poser des actes conscients au quotidien. Ce mois-ci, j’ai suivi quelques séances avec un coach de carrière, qui m’a conseillé d’introduire une journée hebdomadaire sans réseaux sociaux. ‘Tu en as vraiment besoin’, m’a-t-il dit. J’ai réussi à le faire pendant deux semaines, mais je suis vite retombée dans le piège. Ai-je certains déclencheurs ? C’est un peu stupide à dire, mais quand je m’ennuie, je me mets à scroller sans fin. Je ne suis pas très efficace par nature et les réseaux sociaux n’ont pas amélioré les choses. Ma capacité à me concentrer a disparu. J’ai souvent l’impression que je pourrais être plus productive, surtout quand je regarde les autres personnes sur les réseaux sociaux. Mais on ne sait jamais ce qu’il se passe de l’autre côté de l’écran. Je lutte contre ma procrastination. Dans ma maison, par exemple, j’ai un coin que je laisse joliment décoré pour les photos, mais le reste de la maison est en désordre. À cause de mon travail, j’ai toujours beaucoup d’activités et je suis super négligente. J’espère que les gens se rendent compte qu’il y a toujours un autre côté à la vie parfaite que l’on expose sur Instagram. Il va bientôt y avoir plus de réglementations sur Instagram, comme en Norvège (où il est obligatoire d’indiquer quand les images ont été modifiées, pour le contenu sponsorisé, ndlr) et c’est une bonne évolution. Dois-je m’imposer certaines règles? Je pourrais déjà choisir de ne pas emmener mon téléphone portable dans la chambre, mais je ne parviendrais pas à me réveiller. Avec mon amoureux, on s’oblige à mettre nos deux téléphones dans mon sac à main quand on va au restaurant. On pourrait les laisser purement et simplement à la maison, mais ça me semble encore trop difficile (rires). »



 

Voir cette publication sur Instagram


 

Une publication partagée par Paulien ? (@paulienriemis)



Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon


 

Laurentine est entrepreneuse et influenceuse. Son domaines de prédilection est le développement personnel


« Je ne veux pas savoir combien de temps je passe sur mon téléphone portable, mais c’est d’office trop de temps. À mon avis, c’est au moins quatre ou cinq heures. Je ne retouche pas beaucoup mes photos, mais par contre, j’ai souvent envie de partager ce que je vis. Parfois, je poste des opinions plutôt audacieuses, ce qui m’oblige à prendre quelques heures par la suite pour regarder les commentaires et y répondre. Cela prend aussi beaucoup de place. Chaque fois que je déverrouille mon téléphone portable, je perds cinq à dix minutes. Nous perdons tous du temps sur les réseaux sociaux, qu’on soit influenceur ou non. Quand je travaille vraiment sur un projet, je mets mon téléphone en mode avion. Mais le souci, c’est que j’en ai souvent besoin pour chercher des informations. Je cherche ou je vérifie, par exemple, quelque chose sur Google et deux secondes plus tard, me voici en train de regarder la story de quelqu’un. Récemment, j’ai cessé de vouloir répondre à tous mes messages, bien que ma boîte de réception pleine m’apporte beaucoup de stress. J’ai l’air très extravertie, mais en réalité, j’aime être seule. Pendant ma routine matinale, j’éloigne mon téléphone portable. De 5 h 30 à 9 h, je me consacre à ma routine matinale qui consiste en de la méditation, des exercices d’affirmation, de visualisation et de yoga. C’est un moment que je prends vraiment pour moi. Si vous avez votre téléphone sur vous, vous regardez l’actualité, vous recevez un mail de votre patron, vous voyez vos notifications… Votre cerveau s’allume et vous commencez immédiatement à scroller. Avec cette routine matinale, je peux faire de petites choses pour moi-même et commencer ma journée de manière positive. J’ai également mis sur pied une routine du soir. Une heure avant de m’endormir, je n’utilise plus mon téléphone portable et je ne regarde plus Netflix. J’ai particulièrement réussi à maintenir cette habitude pendant le confinement. Je mettais mon téléphone en mode avion dès 21 h.

La pression du partage

Par contre, je ne parviens pas encore à séparer mon travail de ma vie privée. Il y a tellement de pensées qui vous traversent la tête en regardant la vie des autres. Cela prend aussi beaucoup d’énergie, même si on ne s’en rend pas compte. Ce n’est que lorsque vous supprimez vraiment cette application de votre mobile que vous remarquez l’espace libéré. Et le temps ! J’ai ressenti une pression de tout partager pendant des années, mais d’où venait cette pression finalement? Une fois, j’ai supprimé mon compte Instagram pendant cinq jours. C’était tellement apaisant. J’étais beaucoup plus dans l’instant, beaucoup plus concentrée. Je me sentais vraiment plus heureuse. Normalement, quand je vais promener mon chien, par exemple, je prends mon téléphone portable avec. Mais là, je ne le prenais pas et je profitais de chaque instant. Je me sentais libre de ne pas devoir partager mes moindres faits et gestes. Récemment, j’ai décidé de continuer à publier, mais de ne pas scroller incessamment et de ne pas regarder les commentaires. Il faut que je parvienne à m’y tenir en me construisant une routine. Parce que, parfois, je fais de mon mieux pendant deux semaines et je poste beaucoup, mais après je me sens complètement vide. Je reçois beaucoup de messages chaque jour, des histoires très lourdes et personnelles. Et je suis une éponge. Je dois donc être vigilante à ce sujet. Je pense qu’il est important que vous appreniez à vous fixer des limites. C’est dommage qu’on perde autant de temps à regarder… eh bien, quoi exactement? Posez-vous la question: les personnes que vous suivez vous donnent-elles de l’énergie? Vous rendent-elles heureuse? Ou simplement frustrée? Si c’est le cas : arrêtez de les suivre! »


Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon


 

Tatyana, influenceuse, s’est fixé des règles pour limiter son temps sur les réseaux et s’y tient


« Je passe au maximum vingt minutes par jour à scroller sur Instagram. Au bout de vingt minutes, je reçois un message indiquant que j’ai atteint ma limite. J’ai configuré mon application de cette manière. Vu que c’est un choix conscient, je n’éprouve pas trop de difficultés à éloigner mon portable une fois que j’ai reçu cette notification. Par contre, je suis en contact avec des personnes via les réseaux sociaux pour des raisons professionnelles, je considère que cela ne rentre pas dans ma limite imposée des vingt minutes. Ces vingt minutes sont vraiment pour mon usage privé. Je déteste l’idée d’emporter mon téléphone portable au lit. Mon amoureux et moi avons un réveil à l’ancienne et laissons nos téléphones en bas lorsque nous allons nous coucher. Quand je me lève, je fais des exercices de respiration pendant dix minutes, et j’essaie d’avoir des pensées emplies de gratitude. Je prends une douche, médite et réfléchis à ce que je dois faire ce jour-là. Au final, j’ai déjà fait pas mal de choses avant de récupérer mon téléphone portable. Nous ne prenons jamais nos téléphones à table. Même avec des amis, j’essaye de faire attention à cela. Je me rappelle d’un moment donné où nous étions avec des amis dans un bar et où j’ai remarqué que tout le monde était sur son téléphone. C’est tellement plus amusant de discuter ensemble, simplement. Depuis que je suis devenue mère, j’en ai encore plus conscience. Il faut profiter de ses amis, sans être sans cesse sur son smartphone. C’est du temps précieux!

Effrayée par les groupes Whatsapp

Au fil des ans, les réseaux sociaux sont devenus une partie de mon travail, mais je peux choisir d’équilibrer cela. C’est pourquoi il m’arrive de ne pas décrocher mon téléphone portable pendant tout un week-end. Peu importe l’importance des messages, personne ne peut me prendre ça. Ma famille est ma priorité absolue le samedi matin. Toutes mes notifications sont également désactivées. Lorsqu’un nouveau groupe se crée sur WhatsApp, j’en ai des sueurs. Je préfère commencer la journée sereinement, car à partir du moment où je décroche mon portable, c’est le début de problèmes – et les gens attendent une réponse rapide. J’ai arrêté de vouloir répondre absolument directement à toutes les sollicitations. En fait, il devrait être normal de ne pas répondre pendant deux ou trois jours. Les gens ont toujours trop peu de temps pour faire de l’exercice et passer des appels téléphoniques, mais tout le monde a le temps de scroller. Nous avons besoin de moments sans smartphone. C’est comme ça que vous réaliserez que vous avez plein de temps dans votre vie. Nous sommes aujourd’hui inondés de réseaux sociaux. Et pourtant, on aimerait tous recevoir de temps en temps une lettre à l’ancienne. Attention, je ne suis pas contre les réseaux sociaux, mais je veux surtout inciter les gens, et principalement les jeunes, à faire d’autres activités comme cuisiner, bricoler, faire du sport. Les réseaux sociaux peuvent également être isolants. Sortir, passer du temps ensemble en vrai… On a tous envie de ça. Les jeunes aiment toujours jouer, discuter et danser. Et si tout le monde reste accroché à son téléphone, ces moments-là deviendront trop rares. Mon conseil? Essayez de vous organiser une routine sans téléphone portable, le matin et le soir. Écrivez des choses que vous pourriez faire à la place d’être sur les réseaux sociaux, comme lire un livre ou cuisiner. Fixez-vous des limites de temps. N’emmenez plus votre téléphone portable aux toilettes. Vous verrez, vous ne manquerez de rien! Sortez, continuez à jouer, à bouger et à vous amuser, que vous soyez jeune ou vieux : mordez la vie à pleines dents. »



 

Voir cette publication sur Instagram


 

Une publication partagée par Tatyana Beloy (@tatyanabeloy)



Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon


 

Dois-je faire une pause des réseaux sociaux?


Lien Faelens, psychologue clinicienne et docteure en psychologie clinique, a consacré son doctorat à l’influence des réseaux sociaux sur notre bien-être. Elle nous donne quelques conseils pour utiliser notre smartphone de manière saine:

Soyez conscient·e de la surcharge de contenus positifs


« Quand on regarde les réseaux sociaux, on a tendance à se comparer vers le haut, c’est-à dire à ne regarder que des personnes qui nous ressemblent, mais qui sont néanmoins mieux loties que nous. Cela peut être inspirant, mais cela peut aussi avoir un effet négatif. Sur les réseaux sociaux, il y a énormément de contenu disponible qui favorise la comparaison. Il faut garder à l’esprit que ce sont surtout les moments positifs qui sont mis en avant. Très souvent, il y a un revers de la médaille qui n’est pas perceptible. »

Utilisez les réseaux sociaux de manière active


« Les réseaux sociaux ne sont pas nécessairement mauvais pour votre estime de vous. Ils permettent de rester connecté·e·s, surtout en période de confinement. Les études montrent que ceux qui utilisent activement les médias sociaux – donc principalement pour établir des liens – sont influencés de manière positive. Ceux qui utilisent les médias sociaux de manière passive, en scrollant et en absorbant le contenu en mode pilote automatique, subiront principalement des effets négatifs. »

Arrêter a un effet majoritairement positif


« Tout n’est pas noir ou blanc et cela dépend du type d’utilisateur que vous êtes, mais en général, les études montrent que l’arrêt des réseaux sociaux (pendant un certain temps) a un effet positif. Ça augmente le bien-être, diminue le stress et réduit l’anxiété. »

Optez pour une utilisation consciente


« De plus en plus d’études suggèrent que l’utilisation consciente des médias sociaux – ce qui implique de ne pas scroller en pilote automatique — a un effet positif encore plus grand qu’un arrêt soudain. Je recommande donc de faire des choix conscients. Êtes-vous facilement distrait·e? Désactivez vos notifications pour qu’elles ne vous dérangent pas. Avez-vous tendance à être envieux ·se? Concentrez-vous sur les profils qui vous font du bien et ne suivez plus les autres. Vous pensez que vous passez trop de temps sur les réseaux sociaux? Insérez une limite de temps dans les paramètres de l’application. »

Installez des applications dédiées au bien-être numérique


« Si vous tapez Digital Wellbeing Experiments sur Google, vous arriverez sur un site Web avec toutes sortes d’applications qui vous apprendront à utiliser votre smartphone de manière saine. Leur code est open source, ce qui signifie que vous pouvez créer vous-même une application avec le code disponible. Il y a Anchor, une application de Chrome qui vous indique quand vous êtes en train de scroller sans but, en rendant votre écran plus bleu lorsque vous faites défiler vers le bas, comme si vous vous enfonciez dans la mer. Screen Hive indique combien de temps vous avez déjà passé sur votre smartphone ce jour-là. We Flip garantit que vous et les personnes avec qui vous passez du temps se déconnectent de toute technologie pendant un certain temps. Unlock Clock indique combien de fois par jour vous avez déverrouillé votre smartphone. Post Box garantit que vous ne recevez des notifications qu’à certains moments de la journée. »

Offrez-vous des moments sans smartphone


« Je vous recommande de prendre rendez-vous avec vous-même et de décider consciemment que vous n’utilisez pas votre smartphone. Par exemple, décidez de ne pas utiliser votre téléphone au lit le matin. De ne pas l’utiliser en mangeant, quand vous recevez des gens chez vous, quand vous travaillez, étudiez… »

[td_smart_list_end]



Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires