https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© holidays, sale and retail concept - evening christmas market at old town hall square in tallinn bokeh; Shutterstock ID 728822239; Projectnummer/WBS-nummer: -; Uitgave/Naam lesmethode: -; Redacteur/Traffic manager: -; Anders: -

Faut qu’on parle: pourquoi les marchés de Noël, c’est l’enfer

Kathleen Wuyard

Bondés, criards et remplis de babioles horribles baignant dans une odeur de patchouli et de graisse de friture, les marchés de Noël sont un assaut pour les sens et ma définition personnelle de l’enfer. 

Et pourtant, Dieu sait que j’adore la Noël. La meuf qui décompte les jours dès que l’été est terminé? C’est moi. Celle qui commence à écouter des chansons de Noël dès qu’il fait assez froid pour enfiler un pull? Moi. L’heureuse propriétaire de 2 voire 3 calendriers de l’Avent différent? Encore moi. La fille qui harcèle son mec dès la mi novembre pour savoir quand on pourra mettre le sapin, bientôt, bientôt, hein? Coupable. Et pourtant, la mention même d’un détour sur le marché de Noël suffit à instantanément me transformer en Grinch. Et non, je ne suis pas schizophrène.

Attaque sensorielle


Par contre, j’aimerais bien qu’on m’explique en quoi ces marchés ont quoi que ce soit à voir avec l’esprit de Noël dont la magie sacrée se retrouve ici complètement bafouée. Noël, ce sont les sapins, les réunions de famille, les cadeaux choisis avec amour, l’amour tout court, d’ailleurs. Les rennes, le joyeux barbu en costume rouge, les boules qui scintillent… La magie. Noël, pour moi, pardon mais ce n’est pas: les savons cheap dont les odeurs se mélangent dans un pot-pourri écoeurant, les petites sculptures bizarres d’elfes à demi nues ou encore les fritures qui bouchent les artères rien qu’à les regarder.

Indigestion garantie


Très éloigné de la magie de Noël également: le sentiment tout sauf magique de se faire marcher sur les pieds, tirailler dans tous les sens et toucher les fesses ni vu ni connu dans la marée humaine qui déferle en masse sur les marchés de Noël. Sans compter qu’avec tout ce monde et la profusion de chaufferettes, on se retrouve à mourir de chaud dans son manteau et à avoir envie de tout sauf d’un Glühwein. Ce qui n’est pas plus mal, parce que quoi que les marchés de Noël européens tentent de faire croire, la combinaison tartiflette + vin chaud c’est tout sauf digeste. Que du contraire: c’est gluant, lourd, la nausée garantie, bref la parfaite allégorie du concept immonde qu’est le marché de Noël. Allez, plus que 20 jours avant que le Père Noël ne descendent dans la cheminée, et 28 tout pile avant que ces affreux chalets ne retournent d’où ils sont venus.

Lire aussi: 

5 livres pour fêter Noël en avance

10 bonnes raisons de se réjouir d’être célibataire à la Noël

5 playlists de Noël à écouter pour réveillonner avant l’heure

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires