https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Websérie Typique

La parité dans les fictions belges, c’est good mais…

Parce que oui, il y a un mais, la diversité dans les séries est loin de représenter celle de la société, de plus les femmes derrière la caméra sont quasi inexistantes. Zoom sur 5 chiffres clés concernant la représentation des femmes dans les fictions TV belges.


Quelle est la place des femmes dans les fictions TV? Le CSA belge (contrôle supérieur de l’audiovisuel) s’est penché sur la question. Au total, 8 fictions à épisodes coproduites par la RTBF ont été analysées. On retrouve 2 séries familiales; Clem et Une famille formidable, 3 séries policières; Candice Renoir, La Trêve et Ennemi Public et 3 webséries; Euh, Typique et Burkland.

Allons à l’essentiel, zoom sur les chiffres clés:

60% des personnages principaux des fictions étudiées sont des femmes


Ça c’est bien. « Sur un total de 82 personnages principaux et secondaires récurrents, 36 sont des femmes (43,90 %) et 46 sont des hommes (56,10%). » Mais si l’on regarde uniquement les personnages principaux, le CSA observe que 60% de ceux-ci sont des femmes. Seul bémol? Les fictions mettant en scène des femmes au « métier d’hommes » masculinisent systématiquement les traits de caractère de ces femmes. Concrètement, une femme policière dans une fiction va avoir une apparence et un comportement « masculinisés ».

94% des épisodes étudiés ont été réalisés par un homme


Ça, c’est vachement moins bien. Que l’on regarde n’importe quelle fonction derrière la caméra, que ce soit, création ou réalisation, les femmes sont les grandes absentes.

« Sur le nombre total de créateurs-trices des séries et webséries de notre corpus, nous recensons seulement 23,81% de créatrices (5 sur 21) ; Sur le nombre total de réalisateurs-trices, nous recensons 16,67% de réalisatrices (2 sur 12) ; 94,20% des épisodes étudiés (65 sur 69) ont été réalisés par un homme. »

60% des personnages féminins sont mères


Ni bien ni mal. Les femmes dans les fictions sont majoritairement des mères mais ça ne veut pas dire qu’elles sont mères au foyer dans un couple stable. L’étude révèle en effet: « qu’elles sont plus souvent montrées au sein d’un couple “libre” (non officialisé) qu’au sein d’un mariage et qu’elles ne renoncent pas à leur carrière et à leur épanouissement personnel. » De plus, le mariage n’est pas représenté comme une nécessité ou un idéal.

78% des personnages féminins ont un corps mince, ferme et athlétique


Ça c’est bof. Aussi bien les hommes que les femmes (un peu plus encore les femmes) ont tendance a avoir une morphologie de type « mince » dans les fictions belges. Mais soyons honnêtes, la société tout entière représente de manière générale toujours des hommes et des femmes de morphologie mince.

94% des personnages féminins sont perçus comme blancs, valides, hétérosexuels et de classe moyenne


On peut faire mieux. L’étude révèle en effet que: « tant du côté des personnages principaux que secondaires récurrents, aucune femme n’est issue de la diversité d’origine. » Ce qui amène à ce chiffre selon lequel « 94,44% des personnages féminins principaux et secondaires récurrents sont perçus comme blancs, valides, hétérosexuels et de classe moyenne/moyenne supérieure. »

[td_smart_list_end]

Vous avez aimé cet article, vous allez également aimer:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires