Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Sushi Shop collabore avec Nanoblock DR

On a goûté la boîte Sushi Shop x Nanoblock

Kathleen Wuyard

Aussi douée pour les co(o)llabs que pour la préparation de rolls originaux, la chaîne française Sushi Shop dévoile une boîte en exclusivité avec Nanoblock. Un rêve de nippophile qu’on a goûté en exclusivité.

Après le tatoueur star (et la star des tatoueurs) Scott Campbell, le chef renommé Paul Pairet ou encore Le Chocolat des Français, Sushi Shop a été toquer à la porte de Nanoblock pour dévoiler la collab’ garantie de faire saliver tous les fans de l’Empire du Levant.

Au menu: un coffret stylé renfermant 42 sushis et makis, dont trois nouvelles créations et un joli Nanoblock sushi, le tout pour la somme modique de 45€. En petit bonus délice: pour la première fois dans l’histoire des collaborations Sushi Shop, le coffret est personnalisable. Autrement dit, en parallèle des trois créations exclusives que renferme la boîte, vous choisissez 2×2 sushis et 4×6 rolls pour remplir l’espace restant façon Nanoblock, ou Tetris plutôt.

Un (presque) sans faute pour Sushi Shop

Parfait pour les curieu•ses qui auraient envie de goûter à de nouvelles concoctions ou mieux encore, pour les inconditionnel·le·s de Sushi Shop qui ont envie de garnir leur coffret de leurs sushis et California rolls préférés. Bon, mais les trois créations imaginées en exclusivité pour la boîte Nanoblock alors, ça donne quoi?

  1. Le maki thon wasabi: un classique, certes, mais parfaitement exécuté. Du genre à fondre dans la bouche, avec la surprise d’une pointe de wasabi et d’un brin de roquette pour apporter une fraîcheur relevée. Délice.
  2. Le spring daurade pamplemousse: a priori, plutôt printanier, mais très réussi aussi, hyper frais, comme un mini poke bowl dont on ne ferait qu’une bouchée.
  3. Le sushi boeuf et confit d’oignons: prometteur sur le principe, mais dans l’exécution, le goût est un peu trop fort et (il ne s’agit peut-être ici que d’un coup de malchance lors de notre commande) la viande, nerveuse, demande de sacrées quenottes.

On reste tout de même sur un presque sans fautes, d’autant qu’en composant soi-même le reste du coffret, on s’assure de n’avoir que de la kiffance à chaque bouchée. Vous goûtez aussi et vous nous dites?

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires