Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

Flair Book Club: « Les Gratitudes » où l’importance de dire merci à la vie

Merci. Un mot d’une telle évidence, que l’on prononce à répétition, devenu le reflet de notre politesse. Tout comme de demander comment ça va ou de dire bonjour. Mais derrière cette formulé banale, quelle est la dose de réelle gratitude? De vraie reconnaissance? Et de lien aux autres?


« Vous êtes-vous déjà demandé combien de fois dans votre vie vous aviez réellement dit merci ? Un vrai merci. L’expression de votre gratitude, de votre reconnaissance, de votre dette. À qui ? On croit toujours qu’on a le temps de dire les choses, et puis soudain c’est trop tard ».

En quelques phrases, Delphine de Vigan résume le sens profond de l’ouvrage. Après « Les Loyautés », qui évoquait les liens invisibles d’appartenance qui nous relient aux autres, la romancière questionne l’impact et la profondeur réelle d’un mot aussi ambivalent que « merci ». Capable d’être employé lorsque l’on nous passe le pain, comme lorsque l’on fait ses adieux à quelqu’un qui a bouleversé notre existence.

Le résumé


Michèle Seld, dite Michka est une vieille dame attachante et drôle. Mais un jour Michka se met à chercher ses mots. Elle découvre alors qu’elle souffre d’aphasie, un trouble du langage qui conduit au final à la perte totale de la faculté à s’exprimer. Un comble pour elle qui était autrefois relectrice de magazine et n’aime rien tant que soliloquer. À travers le regard de Marie, jeune femme que Michka a recueilli lorsqu’elle était enfant et de Jérôme, l’orthophoniste qui l’accompagne, l’on marche aux côtés de cette femme bouleversante, à mesure que disparaissent ses mots, mais que s’affirme sa volonté de dire.

Et en 3 mots-clés?


#amour #philosophie #sens

Pourquoi on a aimé


Pour la plume de Delphine de Vigan, toujours d’une justesse rare, d’une beauté à laquelle se dispute la pudeur. Une faculté rare de tout dire sans l’écrire, de nous permettre d’emprunter avec autant d’aisance et de délicatesse les traits d’une petite fille que la peau d’une vieille dame. Et puis surtout car Michka c’est nous. Chacun.e de nous. Face à la peur de mourir, la peur de vieillir, la peur de ne pas avoir dit à ceux qui comptent à quel point on les aime, la peur de l’inachevé et de l’absence. De soi, du monde, de la vie.

À qui ça va plaire?


À tous ceux et celles qui cherchent dans la littérature un écho de l’existence et à apprendre d’eux-mêmes. À ceux qui aiment les livres tellement forts qu’on les lit d’une traite, sans pouvoir reprendre son souffle. Mais qui laissent ensuite une empreinte durable dans notre esprit .

« Les Gratitudes » de Delphine de Vigan, éditions JC Lattès.


Découvrez aussi dans le Flair Book Club :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires