Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty Images

ELLE NOUS INSPIRE: Deb Haaland, première amérindienne devenue ministre aux USA

Barbara Wesoly

Rien ne destinait cette mère célibataire, ayant arrêté ses études de droit, à devenir un jour ministre de l’Intérieur des États-Unis. Et pourtant, forte d’une volonté et d’un acharnement à toute épreuve ainsi que d’une voix profondément engagée, Deb Haaland s’est hissée jusqu’aux plus hauts sommets, entrant ainsi dans l’Histoire, en tant que première amérindienne à obtenir un ministère.


« Je suis une femme, je suis une femme de couleur. C’est ce genre de personnes qu’il faut au pouvoir actuellement pour faire avancer les questions qui comptent”, affirmait Deb Haaland en 2018, comme le rappellent nos confrères du Huffington Post. Mais cette démocrate de 60 ans est bien plus que cela. Une femme ayant lutté toute son existence pour terrasser les multiples barrières que la vie a placée sur sa route. Une femme qui, après avoir déménagé de nombreuses fois pendant son enfance, au gré des mutations de son père militaire, entreprend des études de droit, qu’elle doit abandonner en cours de route, faute d’argent. Elle ouvre alors une usine de conserves de sauce, pour tenter de subvenir à ses besoins, mais sans rencontrer le succès. Avant de pouvoir enfin, à ses 35 ans, reprendre sa formation et finaliser son cursus, grâce à un prêt étudiant, qu’elle confessait en 2018 toujours rembourser.

Je peux dire fièrement que je suis sobre depuis trente ans. Comme beaucoup d’entre vous, j’ai élevé seule ma fille : Somah vient de décrocher son diplôme. Mais comme tant de jeunes, elle va devoir rembourser l’emprunt bancaire pour ses études pendant de longues années. D’ailleurs, je vais vous faire une confession : à 57 ans, je n’ai toujours pas fini de rembourser le mien…


Une femme qui a connu la précarité et les années difficiles. Mère célibataire, tombée dans l’alcoolisme jeune, elle doit recourir durant une période à des bons alimentaires du gouvernement pour survivre. Des années douloureuses, dont elle est sortie grandie, forte et la tête haute.

Une nomination historique


Une femme fière de sa culture et de ses racines amérindiennes, qui définissent celle qu’elle est. « Mes ancêtres ont fait des sacrifices incroyables pour me permettre de garder mes coutumes et traditions. Je ne leur ferai pas défaut. » Et qui, en plus de faire face aux préjugés liés à ses origines autochtones, a du aussi braver les inégalités au sein de sa communauté: « Il n’y a que deux hommes amérindiens en politique! Et aucune femme. Pourquoi ? Parce qu’on les a toujours découragées, disqualifiées d’office. C’est intégré depuis l’enfance. Tu sais que tu dois te faire toute petite, ne pas te faire remarquer. ».

Faire l’Histoire


Après avoir été la première amérindienne à devenir membre du Congrès, elle sera à nouveau la première, cette fois à obtenir un ministère, puisque Joe Biden a confirmé sa nomination au poste de future ministre de l’Intérieur. Une pétition soutenue par 120 représentants tribaux, l’ayant exhorté à « faire l’Histoire » en nommant Deb Haaland à ce poste essentiel pour les 600 tribus reconnues aux USA. Un rôle qui impliquera des challenges écologiques majeurs, puisqu’il lui faudra mettre en application le projet du nouveau président de limiter les forages gaziers et pétroliers sur les zones fédérales et de favoriser les énergies renouvelables et elle devra également sur les terres indiennes. Un défi à la mesure d’une femme aussi puissante que le symbole qu’elle représente.

À lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires