Home Lifestyle ELLE NOUS INSPIRE : Aranya Johar, porte-parole du féminisme en Inde

ELLE NOUS INSPIRE : Aranya Johar, porte-parole du féminisme en Inde

Youtube
Youtube

Aranya Johar, 21 ans, est la nouvelle porte-parole du féminisme en Inde. Remarquée mondialement suite à son texte, A Brown Girl’s Guide to Gender, la slameuse assume fièrement son engagement pour les droits des femmes et dénonce les travers de la société indienne.

Elle a beau n’avoir qu’une petite vingtaine d’années, Aranya Johar se bat depuis très longtemps pour une égalité entre hommes et femmes en Inde. Malheureusement, elle s’attaque à un sexisme ordinaire, ancré dans les traditions et que beaucoup de citoyens indiens acceptent. Via le slam, la jeune femme provoque et interpelle la population, pour tenter d’éveiller les consciences. C’est grâce à son texte A Brown Girl’s Guide to Gender qu’elle fut remarquée mondialement. Écrit pour UnErase Poetry, à l’occasion d’une soirée spéciale dédiée aux droits des femmes, le 6 mars 2017, elle y dénonçait avec courage les travers sexistes de la société indienne.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Sexisme ordinaire en Inde

“Le premier garçon qui m’a tenu la main m’a expliqué que les garçons n’avaient pas envie d’entendre parler des règles. J’ai déjà senti la misogynie. Nos vagins ne sont faits que pour être baisés.” Dès le début du slam, Aranya révèle le dégoût des hommes pour les règles menstruelles. Et c’est loin d’être le seul sujet abordé durant sa performance de 2 minutes.

Dans son texte, la slameuse dénonce la sexualisation constante des femmes mais également la sensation de mal-être que ressentent les indiennes lorsqu’elles se promènent en jupe ou avec un décolleté dans la rue.

Elle y aborde également la sacralisation de la virginité dans son pays. En effet, en Inde, une famille qui veut marier son fils, cherche à tout prix une fille vierge. “Si jamais, pour n’importe quelle raison, le jeune mari a le sentiment que sa femme ne l’est pas, il peut annuler le mariage, sur un simple doute !” Enfin, Aranya exprime une crainte, celle “d’être la prochaine India’s daughter.” Par cette phrase, elle fait référence au documentaire relatant le viol collectif subi en 2012 par Jyoti Singh, jeune étudiante indienne, ayant succombé à ses blessures et dont l’histoire avait terriblement choqué la population indienne. À l’époque âgée de 13 ans, Aryana avait été marquée par le sort de la jeune fille et par les manifestations de protestations organisées contre le gouvernement indien afin de dénoncer le manque de protection pour les femmes.

Une passion pour la poésie

Pour Aranya Johar, le slam exprime l’âme des femmes, leurs souffrances, leurs envies, leurs aspirations et leur vision du monde. À 13 ans, elle mentait ainsi sur son âge pour pouvoir se produire dans certains bars. Sa mère était au courant et la soutenait. “Dans les bars où je me produisais, chaque personne qui passait sur scène se voyait offrir un shot gratuit par le bar. Comme je n’avais que 13 ans, c’était ma mère qui montait sur scène pour le boire à ma place” confiait la jeune femme à Konbini. Elle participe alors également aux “Blind Poetry Night”, des nuits où les artistes récitent leur poésie dans une pièce obscure, sans être vus du public, ainsi qu’aux “Throwback Thurday”, soirées où les artistes doivent lire leurs poèmes, du premier au plus récent. En 2017, la jeune femme se voit même confier une conférence TEDxICTMumbai. Une belle reconnaissance pour Aranya.

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

La jeune slameuse ne dénonce pas uniquement les travers sexistes de son pays mais bien l’ensemble des failles sociétales. Elle est passionnée par sa génération, celle des millénials, qui, selon elle, est capable de changer les choses. Elle aborde ainsi de nombreux sujets encore tabous en Inde : la maladie mentale, le suicide, le consentement, les droits LGBTQ+…

Des outils concrets pour l’égalité

En 2018, elle participe au SHEROES summit, évènement où des femmes partagent leur histoire pour en inspirer d’autres. Par la suite, en 2019, Aranya Johar est invitée avec d’autres personnalités inspirantes comme Emma Watson, Denis Mukwege ou encore Nadia Murad,  à l’Élysée pour prendre part à un Conseil consultatif en vue du G7. Le but ? Trouver des solutions et des outils concrets pour le renforcement de l’égalité entre les hommes et les femmes dans le monde. À cette occasion, la slameuse explique : “Je pense que c’est important pour les femmes comme nous d’être là parce que nous représentons la jeunesse et les personnes de couleur. Et il est grand temps que les jeunes filles de couleur prennent elles aussi part au dialogue.”

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Aranya Johar fait partie des jeunes femmes les plus influentes au monde. Son rêve ? Pouvoir vivre de la poésie mais en attendant elle poursuit ses études de philosophie et d’anglais à l’université de Mumbai. Et continue d’inspirer les femmes du monde entier via les réseaux sociaux et ses apparitions publiques.

D’autres femmes inspirantes :