Home Témoignages 6 femmes nous racontent leur premier tatouage

6 femmes nous racontent leur premier tatouage

Getty Images
Getty Images

Si vous êtes tatouées ou que vous rêvez de l’être, on vous a probablement déjà dit à d’innombrables reprises que votre tatouage, vous l’aurez encore à 80 ans… Sous-entendu : vous allez le regretter ! Ces six lectrices nous racontent l’histoire de leur premier tattoo adoré, qu’elles sont loin de regretter.

1 / 5
Trudy, 25 ans, étudie le Journalisme et est en stage chez Flair.
Margot, 20 ans, étudie l’Orthopédagogie et Louise, 30 ans, travaille comme infirmière.
Claire, 28 ans, travaille en tant que responsable RH et communication dans un hôpital.
Iris, 25 ans, est graphiste et ­travaille dans une chocolaterie.
Charlotte, 28 ans, travaille comme consultante intérim et a fait son ­premier tatouage en novembre.
Trudy, 25 ans, étudie le Journalisme et est en stage chez Flair.
Trudy, 25 ans, étudie le Journalisme et est en stage chez Flair.

Elle travaille dans une boutique vintage et est fan de photographie. Elle a eu son premier tatouage (une ode à l’Afrique) à l’âge de 18 ans et en compte maintenant six autres.

“Mon premier tatouage devait être symbolique. Et comment pouvais-je en dire plus sur moi qu’avec un tatouage de l’Afrique ? Le jour où j’ai vu une affiche publicitaire dans la rue avec un dessin représentant une nuée ­d’oiseaux sous la forme du continent africain, j’ai su que ce serait ça ! Via via, je connaissais quelqu’un qui faisait des tatouages chez lui. J’ai payé seulement 30 euros pour mon ­tatouage. Son emplacement est assez ­étonnant, mais je l’aime bien. Je considère mes tatouages comme une forme d’expression personnelle. Malheureusement, il existe encore un tabou dans la culture africaine. Les tatouages et les piercings sont considérés comme un signe de rébellion et ne sont pas facilement acceptés par les parents et grands-parents. Heureusement, ma maman est ouverte d’esprit, elle comprend ma ­démarche, mon envie d’exprimer mon identité de cette façon. Je connais plusieurs jeunes d’origine africaine qui se sont fait tatouer dans des endroits que l’on ne voit pas, par peur de la réaction de leur famille. J’espère que nous allons pouvoir, petit à petit, briser les ­stéréotypes sur les tatouages au sein de la communauté afro-belge. Nos ancêtres sont venus en Belgique et ont voulu s’adapter, en essayant de ne pas se faire remarquer. Ils ont peur que nous, jeunes noirs dans une société blanche, éprouvions encore plus de difficultés liées aux apparences. Mais moi, je suis née ici et j’estime avoir le droit de m’exprimer comme je le sens. Mon tatouage n’est pas un moyen de m’opposer au passé, mais plutôt une ode à mes racines congolaises.”

Margot, 20 ans, étudie l’Orthopédagogie et Louise, 30 ans, travaille comme infirmière.
Margot, 20 ans, étudie l’Orthopédagogie et Louise, 30 ans, travaille comme infirmière.

Ensemble, en ­novembre, ces deux sœurs se sont fait tatouer un battement de cœur en ­hommage à leur frère décédé.

Margot “Il y a 11 ans, notre frère ­Dimitri est décédé dans un tragique accident. Il conduisait une moto et a été heurté par une voiture alors qu’il entrait dans un rond-point. J’avais 9 ans et ma sœur, 19 ans.” Louise “Mon monde s’est effondré quand j’ai perdu mon frère. Il nous a été arraché si soudainement. C’est arrivé en novembre. Je n’ai pas passé mes examens de Noël et il m’a fallu un ­certain temps pour retourner à l’école. Ma maman m’a donné une bague contenant une partie des cendres de ­Dimitri en souvenir. Margot était encore trop jeune. Mais il y a quelques années, elle m’a dit qu’elle voulait aussi un ­souvenir de lui qui l’accompagne ­partout. Elle m’a demandé si je voulais me faire tatouer.” Margot “Ensemble, nous avons eu l’idée d’un rythme cardiaque : il n’y a pas ­besoin d’en dire plus. Un jour, je suis passée devant un salon de ­tatouage et j’ai pris rendez-vous pour nous. En moins de 10 minutes, nous étions tatouées. Je suis super fière de ce tatouage, comme je le suis de mon frère.” Louise “À mon travail, je ne suis pas autorisée à porter de bijoux, donc ma bague reste généralement à la maison. Mais grâce à ce tatouage, j’ai toujours Dimitri près de moi.”

Claire, 28 ans, travaille en tant que responsable RH et communication dans un hôpital.
Claire, 28 ans, travaille en tant que responsable RH et communication dans un hôpital.

Elle a eu son premier tatouage fin 2019 : une vague, sur l’avant-bras.

“Ma grand-mère a toujours vécu à Tenerife et j’allais la voir à chaque vacances. C’est un endroit où je me sens heureuse. On y vit au rythme de la mer et on laisse tous ses soucis derrière soi. Je ­ressens la même chose quand je suis debout sur ma planche de surf. Mon tatouage symbolise mon amour pour la mer et me rappelle tous ces beaux moments. Il est petit, mais il a été bien pensé. Au début, je voulais une ligne, simple, mais j’ai finalement opté pour ce dessin plus détaillé. Il est important pour moi de pouvoir cacher mon tatouage quand j’en ai envie. À mon travail, ça ne pose pas de problème, mais il y a tout de même certaines situations où je préfère ne pas le montrer. Ça reste mon petit secret.”

Iris, 25 ans, est graphiste et ­travaille dans une chocolaterie.
Iris, 25 ans, est graphiste et ­travaille dans une chocolaterie.

Elle a fait son premier tatouage en mars de l’année dernière : un motif floral sur son dos.

“Cela faisait à peu près 10 ans que je pensais à me faire tatouer, mais je suis du genre à hésiter tout le temps. En plus, je savais que ça ­serait un grand tattoo ou rien ! Mes amis me demandaient souvent quand je sauterais le pas, mais je ne parvenais pas à me décider. Jusqu’au jour où je suis tombée sur un un motif floral tibétain sur le compte ­Instagram d’un tatoueur. J’ai attendu 6 mois, et puis je me suis lancée. Pour la symétrie, il était important que le tatouage soit fait en une séance. La session a duré 6 heures en tout, dont 4 où je me faisais vraiment tatouer. Ça a fait mal, oui, mais je m’y attendais. Après ça, si un jour j’en fais un autre sur une autre partie du corps, je pense que ça ressemblera à un massage ! Ma mère l’a directement adoré et elle m’a gentiment frotté le dos avec de la pommade tous les jours. Je n’ai jamais regretté. Si les fleurs ont une certaine signification pour moi ? Je pourrais vous en ­inventer une, mais la vérité, c’est que j’ai juste aimé le dessin (rires).”

Charlotte, 28 ans, travaille comme consultante intérim et a fait son ­premier tatouage en novembre.
Charlotte, 28 ans, travaille comme consultante intérim et a fait son ­premier tatouage en novembre.

C’est un portrait stylisé d’elle et de sa grand-mère.

“Presque tous mes amis ont un ­tatouage, souvent quelque chose de petit et plutôt douteux (rires). J’ai bien réfléchi avant de sauter le pas. Ma grand-mère est la personne la plus ­importante de ma vie, alors j’ai d’abord eu l’idée de lui demander de faire un dessin. Elle dessinait si bien dans mes souvenirs. Et puis, j’ai eu une meilleure idée : partir d’une photo de nous deux prise quand j’étais enfant. J’ai trouvé cette photo dans un album. Elle a été prise à la mer, quand j’étais toute jeune. J’ai voulu me la faire tatouer dans une version minimaliste. J’ai longtemps cherché un tatoueur approprié. Celui que je voulais est si sélectif que j’ai d’abord dû écrire une lettre expliquant ce que je voulais. J’ai ensuite été invitée pour une entrevue et nous avons ­examiné le dessin ensemble. Je voulais un tatouage d’environ 5 cm, mais il m’a convaincu d’opter pour un format plus grand. Pourquoi pas, après tout ! Je suis très heureuse du résultat et ma grand-mère se sent honorée. Au début, mes parents n’étaient pas fans, mais ils s’y sont fait parce que c’est un hommage à mamie (rires). Qui sait, peut-être qu’un jour je me ferai ­tatouer le reste de la famille dans le même style…”

Photos: Joost Govers.

On continue à envisager son futur tattoo:

Jobs

Plus qu’une étape pour activer les alertes-infos!

Autorisez les notifications de Flair.be sur votre navigateur.