Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Getty

UKRAINE : l’inquiétude de l’ONU face aux attaques sur les centrales nucléaires

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Après que Tchernobyl soit devenu un champ de bataille pendant quelques jours, c’est au tour de la centrale nucléaire de Zaporijjia d’inquiéter les autorités internationales. L’ONU a exigé l’arrêt des opérations militaires autour du site ukrainien.

Des attaques « suicidaires », voilà comment a décrit le secrétaire général de l’ONU, les combats auxquels se livrent l’armée russe et l’armée ukrainienne autour de la centrale nucléaire de Zaporijjia. En effet, depuis plusieurs semaines, les centrales nucléaires deviennent tour à tour des lieux de combats armés en Ukraine, un phénomène dangereux qui pourrait donner lieu à une catastrophe mondiale comme l’a rappelé Antonio Guterres lors d’une conférence de presse à Tokyo : « Toute attaque contre des centrales nucléaires est une chose suicidaire. J’espère que ces attaques prendront fin. »

Lire aussi : Pourquoi une équipe de Greenpeace est actuellement à Tchernobyl ?

De nouveaux champs de bataille extrêmement dangereux

Le secrétaire général de l’ONU a donc appelé à l’arrêt des opérations militaires autour de Zaporijjia afin que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) puisse y accéder et vérifier qu’aucun dégât grave n’est à constater. En effet, depuis vendredi dernier, cette centrale nucléaire, qui n’est autre que la plus grande d’Europe, fait l’objet de bombardements. Une situation extrêmement dangereuse qui n’est pas sans rappeler celle de Tchernobyl il y a quelques semaines. Le tristement célèbre site ukrainien était lui aussi devenu un champ de bataille entre les troupes russes et ukrainiennes. Inquiet, le secrétaire général de l’ONU avait déjà affirmé lors d’un discours le 1er août, à New York, que ces attaques représentaient un risque énorme, expliquant qu’elles étaient à « un malentendu » ou « une erreur de jugement » de l’« anéantissement nucléaire ». 

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires