Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Instagram

L’avortement sans tabou: elle raconte son expérience sur Instagram

Pour que personne ne prenne la liberté de parler de ce sujet à sa place, une jeune femme a décidé de témoigner. Sur Instagram, sans photo, elle raconte très simplement toutes les étapes de son avortement.


 

Clara Lalix a 27 ans et elle a décidé de mettre un terme à sa grossesse non désirée. Pour briser les tabous et décomplexer toutes celles qui ont vécu ou vont vivre cette situation, la jeune femme a décidé de tout raconter, avec franchise et honnêteté sur un compte Instagram spécialement créé pour ce témoignage.

 

Uniquement des textes


Pour dévoiler tous les détails de sa démarche, Clara passe par Instagram mais ne publie que des textes. En description, une partie de l’histoire. En photo, une phrase clé de son texte. La jeune femme écrit bien, ce qui rend la lecture de ces petits textes agréable. Elle parle de sa décision, de ses craintes, de ses confidences à ses amis, de son opinion sur l’avortement, de ce qu’elle mange et de ce qui la fait pleurer. Des confidences sincères qui font du bien face aux polémiques politiques sur le sujet.

 


6. Au bout de 3 heures 30, je cède. J’ai à peine pissé dessus que deux lignes s’affichent. La pharmacienne se faisait du bile pour rien : mon taux de gonadotrophine chorionique humaine est en grande forme. Et tant pis pour les deux minutes de suspense que la boîte promettait. Je relativise : en deux minutes, beaucoup de choses peuvent changer. Je suis consciente qu’il n’y a aucune raison qu’elles disparaissent : je ne me suis pas procurée la version « cliffhanger » du test de grossesse. Les lignes persistent et signent : je suis enceinte. Je relis la notice. Au cas où, on ne sait jamais. C’est forcément un mec qui l’a écrite. « Remettre le capuchon. Poser le test sur une surface stable et sèche. Attendre deux minutes ». Je deviens hystérique. Où est-ce que j’ai bien pu mettre le capuchon ? Ca change le résultat ? Si je le retrouve, je ne serais peut-être plus enceinte. J’ai besoin d’air. Je sors dans la rue appeler ma sœur. « Gaëlle ? » « Oui ? » « Tu vas être tata. » #testdegrossesse #pharmacie #suspense #enceinte #hystérique #résultat #besoindair #soeur #pipi #pharmacienne #testdegrossesse #panique #hystérie #Paris11 #printemps #avortement #choix #histoire #droits #temoignage #recit #vie #ecrire #mots #textes #touteunehistoire #instalivre #lire #raconter

Une publication partagée par Clara Lalix (@jeboisdescafesjemefaisavorter) le


 

Seule contre tous


Vivre un avortement c’est faire face à plusieurs obstacles. Il y a les médecins, ceux qui ont du tact et ceux qui sont maladroits. Il y a les inconvéniants physiques et des effets secondaires parfois pénibles qui n’aident pas à tourner la page. Et puis il y a l’entourage, le père qui veut donner son avis, les parents qui sont également perdus. Sauf que dans le cas de Clara, elle ne savait pas qui était le père. C’était donc sa propre décision et sa propre expérience.

 


23. Lundi 27 juin Je suis à Paris pour l’échographie de contrôle obligatoire après une IVG. Le médecin m’explique aussitôt que j’ai fait ça dans le désordre, qu’il faut d’abord faire la prise de sang puis l’échographie. Je devrais lui présenter la fille du laboratoire. Je ne sais pas ce qui m’amuse le plus, ma prédilection inconsciente à ne jamais faire les examens dans l’ordre ou leur rigidité absurde envers le protocole de l’interruption volontaire de grossesse. Il me fait monter sur la table d’examen. – J’imagine que si vous êtes là c’est que tout s’est passé comme prévu. Comme prévu ? Je ne réponds rien. Il me met de la crème visqueuse sur le ventre et commence à observer l’intérieur de mon utérus. – Et bien c’est parfait, votre utérus est vide. En tout cas, aucun protocole sémantique à respecter. Je passe à la pharmacie. Je ne sais plus exactement pourquoi. La pharmacienne m’observe et me sourit : – Alors, le résultat du test était tel que vous l’attendiez ? – Oui, oui, je ne suis pas enceinte. J’envoie un message à Maxim : « Je me sens aussi vide que mon utérus. » #Paris11 #echographie #médecin #désordre #prisedesang #laboratoire #absurde #prévu #utérus #sémantique #pharmacie #résultat #testdegrossesse #vide #coloc #ami #avortement #choix #histoire #droits #temoignage #recit #vie #ecrire #mots #textes #touteunehistoire #instalivre #lire #raconter

Une publication partagée par Clara Lalix (@jeboisdescafesjemefaisavorter) le


 

Sans concession


Clara témoigne de son avortement en faisant le choix de ne pas taire les détails qui sont rarement racontés. Sans tabou et sans concession, elle décrit honnêtement son quotidien avec cette décision et chacune de ses étapes. Souvent, on parle juste des lettres I.V.G, de la procédure et du débat que cela suscite, rien de plus. Aujourd’hui, si Clara a décidé d’en parler ouvertement sur un réseau social tel qu’Instagram, c’est pour que personne ne prenne la liberté de le faire à sa place. Un témoignage qui décomplexe et qui déculpabilise cette décision pourtant difficile.

 


17. Vendredi 3 juin Iris fête son anniversaire dans un bar. J’ai mal au ventre, je perds beaucoup de sang, fais sans cesse des aller-retour aux toilettes. Le reste du temps, je suis pliée en deux sur ma chaise. Je suis épuisée. Je me dis que c’est important pour Iris. En réalité, je n’ai pas passé une soirée seule depuis que j’ai appris que j’étais enceinte. Et je n’en vois pas la fin. Je reste jusque minuit. Je me confie à une de ses amies qui s’est fait avorter plus jeune. Elle me parle de culpabilité. Je rentre jusque chez ma sœur à pied. Je passe devant un bar, deux mecs m’accostent gentiment, je leur demande agressivement de me laisser tranquille. Ma sœur n’est pas là, je perds beaucoup de sang toute la nuit. J’ai mal au cœur, j’ai envie de vomir, je suis en colère. J’en viens à la conclusion évidente que ce sont des hommes qui ont inventé le RU486 pour punir les femmes qui se font avorter. Moins de risques d’infection, moins traumatisant, blablabla. Je n’arrive pas à déterminer quelle partie est la moins traumatisante : observer entre ses cuisses l’embryon tomber dans les toilettes ou perdre son poids en sang pendant six jours. #anniversaire #bar #toilettes #amie #sang #culpabilité #nuit #amie #soeur #vomir #vomi #colère #colere #RU486 #traumatisant #Paris18 #avortement #choix #histoire #droits #temoignage #recit #vie #ecrire #mots #textes #touteunehistoire #instalivre #lire #raconter

Une publication partagée par Clara Lalix (@jeboisdescafesjemefaisavorter) le


 

D’autres témoignages à découvrir:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires