Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT/AFP via Getty Images

Les députés français votent pour l’inscription du droit à l’avortement dans la constitution

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

Le droit à l’avortement inscrit dans la constitution en France ? C’est la question sur laquelle se sont penchés les députés de l’Assemblée nationale ce jeudi 24 novembre. Ils ont voté pour à 337 voix contre 32.

L’Assemblée nationale française s’est prononcée en faveur de l’inscription du droit à l’avortement dans la constitution du pays, en grande majorité puisque 337 députés ont voté pour contre 32 qui ont voté contre. Un vote décisif qui annonce un premier pas vers cette mesure, mais qui devra obtenir l’aval du Sénat afin d’être totalement approuvée. Avec ce texte proposé par le parti de « La France Insoumise », la cheffe de file du groupe politique, Mathilde Panot a expliqué vouloir « se prémunir d’une régression » de ce droit, ce qui est arrivé dernièrement aux Etats-Unis, mais également dans d’autres pays européens.

Lire aussi : Des femmes texanes publient une vidéo percutante contre l’interdiction de l’avortement

Un premier pas crucial

Si ce vote de l’Assemblée nationale représente un très grand pas vers l’inscription de ce droit pour lequel Simone Veil s’est longtemps battu en France, le député macroniste Sacha Houlié qui est également président de la commission des Lois a déclaré : « C’est un grand pas. Mais ce n’est qu’un premier pas. » Faisant référence au rôle décisif que le Sénat jouera également dans cette inscription. Afin d’arriver à ce résultat de vote, la gauche et la majorité s’étaient accordées en amont ce jeudi 24 novembre sur une formulation commune qui figure à l’article 66 de cette proposition :

La loi garantit l’effectivité et l’égal accès au droit à l’interruption volontaire de grossesse.

Si l’inscription du droit à l’avortement dans la constitution française n’est pas encore actée, Mathilde Panot, elle, a déclaré que ce premier vote était une « victoire historique », qu’elle a dédiée aux femmes américaines, polonaises et hongroises. 

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires