Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Ce qui compte, c'est l'intention du cadeau DR Flair Canva

Pour 80% des Belges, l’intention du cadeau importe plus que son prix

Kathleen Wuyard

C’est une bonne nouvelle en ces temps financièrement compliqués: seuls 2 Belges sur 10 accordent de l’importance au prix des cadeaux qui leur sont offerts.

Pour 80% de nos compatriotes, le plus important ne serait en effet pas le montant dépensé pour les gâter, mais bien plutôt l’intention qui se cache derrière le cadeau. Une enquête réalisée par Amazon.com.be et le bureau d’études de marché Profacts auprès de plus de 2.000 Belges révèle ainsi que « 79% des Belges déclarent en effet valoriser davantage l’intention derrière un cadeau plutôt que son prix ». Et ça, vu la situation actuelle, c’est déjà un cadeau en soi. Mais attention, toutefois, à taper juste au moment de choisir ce qu’on va offrir...

En effet, un Belge sur quatre révèle avoir déjà reçu un cadeau de Noël qui ne lui plaisait pas. Et lorsque cela se produit, cela déçoit plus que l’on ne pourrait s’y attendre. 52% des femmes et 37% des hommes qui ont reçu un cadeau inadapté de la part de leurs proches confient avoir l’impression que celui-ci ne les connaît pas du tout. Et c’est surtout au sein de la famille élargie (27 %) et étonnamment aussi au sein du couple (25 %) que les cadeaux tournent mal. La génération Z, qui a 25 ans et moins, est particulièrement déçue par les cadeaux qu’elle reçoit de ses parents (45%).

Et si on disait le cadeau dont on rêve?

Problème? Il est possible que ces derniers continuent à offrir sans le savoir des cadeaux qui font un bide puisque 88% des Belges feront semblant de l’apprécier au déballage et seulement 12% d’entre eux diront réellement ce qu’ils en pensent. La plupart des Belges ne sont donc pas en mesure de savoir que leur cadeau n’a pas eu l’effet désiré et pensent que leurs choix en termes de cadeaux sont judicieux. Autre problème: la plupart des Belges (65%) qui s’attendent à recevoir un cadeau cette année ne savent pas eux-mêmes ce qu’ils aimeraient recevoir. Pire encore : seulement la moitié des personnes qui savent ce qu’elles veulent (49%) prennent le temps de rédiger un liste de souhaits. Et si on reprenait cette bonne habitude enfantine cette année? Promis, passé un certain âge, le Père Noël ne vous demande plus si vous avez été sage...

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires