https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

TÉMOIGNAGE : pourquoi il est parfois bon de se comparer



Nous nous comparons souvent aux autres, ce qui peut affecter l’image que nous avons de nous-même et pas toujours de manière positive. Ceci doit s’arrêter. Il existe, en réalité, tout un tas de bonnes raisons de se comparer pour s’améliorer, prôner sa différence…


L’herbe est toujours plus verte ailleurs, dit le proverbe. Pourtant, dans les faits, nous savons très bien que ce n’est pas le cas. Ce n’est pas une vérité absolue, mais plutôt un piège dans lequel nous tombons de temps en temps lorsque nous regardons autour de nous les yeux à moitié clos et que nous nous comparons, à tort. Notre journaliste, Nele, s’avoue coupable de comparaisons infondées: « Sur Instagram, il y a pas mal de comptes auxquels je suis abonnée, mais dont je garde le feed hors de ma vue. Leurs nouveaux posts n’apparaissent pas spontanément dans mon actualité, et je ne les vois que si je consulte leur profil de manière volontaire. Quand j’ai envie de me torturer et de m’apitoyer sur mon sort, par exemple. Parce qu’ils sont et font tout ce que je ne suis et ne fais pas. Du moins, c’est l’impression que j’ai. Il y a une fille super sportive, qui aime s’entraîner tous les jours. Et une autre super healthy, la reine de la cuisine saine pour un corps sain. Puis cette maman qui vient d’accoucher et qui quitte la maternité dans un jeans moulant qu’elle portait avant sa grossesse… Tout ça pendant que moi, je ne fais aucun sport, je me nourris de malbouffe et j’abandonne tout espoir de rentrer dans mes pantalons d’avant grossesse. La conséquence logique de ce comportement destructeur n’est autre qu’une faible estime de moi, qui ne me rend pas heureuse. Je me compare à ces filles ‘parfaites’ et, dans cette comparaison, je suis comme la vilaine soeur de Cendrillon. Mais elles et moi ne jouons pas dans la même catégorie, et on ne peut pas comparer l’incomparable. Je m’en rends compte et j’essaie de ne pas rentrer dans ce jeu malsain. Malgré tout, après avoir scrollé Instagram de fond en comble, je me sens un peu plus glandeuse, peu saine et grosse que je ne le devrais. C’est pour ça que je me désabonne de ces comptes pour que cette perfection apparente ne me soit plus imposée. J’aurais évidemment aimé être à l’aise à la salle de sport, comme la plupart des filles que j’y croisais, les quelques fois où j’ai osé m’y risquer dans le passé. Ça m’aurait évité quelques situations embarrassantes où j’ai perdu encore un peu plus d’amour-propre. J’aurais aimé être à l’aise pour prendre ma douche dans les vestiaires communs, mais j’ai toujours préféré rentrer chez moi pour me déshabiller. Parce que je ne pouvais pas m’empêcher de regarder les corps de ces femmes sportives, ces corps musclés qui ne ressemblaient pas au mien. Et qui, dans ma tête, avaient l’air tellement mieux. Ces blocages développés au fil du temps ont d’ailleurs suscités la fin de mon abonnement à la salle de sport. Depuis, je suis tombée enceinte, comme la moitié des influenceuses que je suis sur Instagram, pour toujours plus de comparaison. Les comptes dédiés à la grossesse et les jeunes mamans sont devenus mon nouveau centre d’intérêt. Je passe des heures à liker des photos de ventres ronds parfaits et à les partager à mes amies enceintes pour m’émerveiller avec elles. Mais je ne me laisse plus abattre. Heureusement. On ne compare pas des pommes et des poires! » La comparaison, on le comprend, est quelque chose de très complexe.

Notre journaliste, Nele, a mis l’accent sur l’apparence, mais il y a plein d’autres points de comparaison au quotidien: la situation amoureuse, le travail, le salaire, la race de votre chat… Tant d’éléments passibles de rendre jalouse une bonne partie de la population. Mais cela nous rend-il vraiment meilleur·e? Spoiler alert: on peut toujours se comparer aux autres. Mais pour s’améliorer, vraiment, il faut se comparer de manière constructive.



Toujours plus belle, toujours plus forte


Quand il est question d’apparence, nous avons tou·te·s une panoplie d’idéaux en tête. Et ça a toujours été le cas. Mais qu’en est-il de la définition actuelle de la perfection? On suppose qu’il s’agirait d’une image hautement manipulée ; une version Instagrammable, passée sous filtre et photoshopée de quelqu’un. Et ce n’est pas Gudrun Hespel qui dira le contraire. Psychologue et coach personnelle, elle nous explique: « Un idéal de beauté est quelque chose qui change constamment. L’obsession pour la minceur, par exemple, n’est apparue qu’au moment où la société a commencé à considérer la femme comme un accessoire pour l’homme. Cette femme devait être belle, soignée, et cette notion est restée. Il faut toujours être plus belle, plus forte, et l’industrie de la beauté nous fait penser que c’est possible. De temps en temps, le secteur déplace notre attention sur une autre zone problématique du corps, pour que les femmes continuent de croire qu’elles doivent changer et dépenser de l’argent pour s’entretenir. Les filtres utilisés à outrance sur les réseaux sociaux constituent une solution facile pour se débarrasser de ces soi-disant défauts. Ils ne font pas vraiment de mal, sont disponibles pour tout le monde et même gratuits. La conséquence, c’est que tout le monde finit par se ressembler un peu, et surtout que nous n’avons plus conscience que toutes les images véhiculées sont manipulées et qu’elles n’ont pas grand-chose à voir avec la réalité. En étant constamment confrontées à ces versions trafiquées de nous-même et des autres, les normes auxquelles nous adhérons évoluent et nous en arrivons à un idéal de beauté qui n’existe que sur les réseaux. Et ça devient trop facile de penser que l’on est pas assez bien au naturel, sans un filtre pour cacher nos imperfections. De toute façon, tout le monde en utilise, alors pourquoi pas nous? Ce raisonnement peut créer un effet domino et avoir un grand impact sur l’estime de soi. Les jeunes, en particulier, qui sont encore à la recherche de leur propre identité, peuvent avoir du mal à accepter ces nouveaux codes esthétiques. Et, l’insécurité n’a pas d’âge. »

Cela dit, il n’y a pas que des aspects négatifs à cette tendance de se comparer les uns aux autres. Gudrun Hespel nuance:  « Heureusement, notamment grâce à divers mouvements Body Positive, on se rend compte que nous sommes tous bien et que la réalité mérite aussi d’être exposée sur les réseaux. Espérons que le naturel et l’acceptation de soi soient le prochain idéal à atteindre. »

Qu’est-ce qui cloche?


« Dans le passé, les diktats de beauté étaient principalement diffusés par ce que l’on pouvait voir à la télé ou dans les magazines de mode, de sorte que la distance entre le spectateur et les ‘stars’ était assez grande. Les gens ne se comparaient pas si facilement à ces vedettes, car chacun savait qu’il y avait toute une équipe de maquilleurs, stylistes et coiffeurs derrière elles. Et la majorité des gens n’avaient pas accès à tous ces services », explique Gudrun Hespel. Chacun sait qu’entre-temps, tout a changé et que les célébrités sont aujourd’hui beaucoup plus proches des gens ordinaires. En fait, ce sont ces gens ordinaires qui deviennent des stars. La psychologue poursuit: « Rien que sur les réseaux sociaux, nous voyons passer chaque jour des photos de personnes que nous connaissons réellement: des collègues ou des amis. Et les études montrent que c’est à ces personnes que nous nous comparons aujourd’hui. Mais ce n’est pas parce que nous les connaissons qu’elles sont nos égales. Un exemple simple: si vous faites naturellement une taille 42, ça ne sert à rien de chercher toute votre vie à faire une taille 34. Vous ne ferez que gaspiller de précieuses années pour quelque chose qui n’est pas faisable pour votre corps. Dans ce cas, vous seriez bien plus heureuse de vous écouter et de suivre votre intuition, sans chercher à ressembler à tout prix à quelqu’un d’autre. Cela peut sembler plus facile à dire qu’à faire, mais ça marche: en vivant votre vie davantage par et pour vous-même, en vous concentrant sur ce qui vous rend vraiment épanouie, vous n’aurez même pas le temps de penser à votre apparence et de vous en préoccuper. Pour de nombreuses femmes, le monde extérieur est un miroir géant de leurs insécurités et ne fait qu’accroître leurs préoccupations. Elles devraient, au contraire, accorder Oui, ça semble plus facile sur le papier que dans la réalité. Parce qu’on nous rappelle quotidiennement qu’il serait préférable d’avoir un physique différent de celui que nous avons: plus tonique, plus fin, plus bronzé… J’ai récemment réalisé un sondage sur mes réseaux sociaux en demandant à mes followers s’ils aimaient ou non leur corps. 86 % ont répondu que non. Je trouve ça tellement dommage. » La solution? Elle existe et mérite qu’on prenne le temps d’y réfléchir. Il s’agit de se comparer horizontalement. Rien de mathématique là-dedans, plutôt une simple astuce qui pourrait bien changer votre vie. Gudrun Hespel explique: « La comparaison horizontale n’a rien de compliqué, cela implique seulement de se comparer à des personnes qui vous ressemblent: des personnes de votre âge, qui sont proches de vous. C’est le seul moyen d’avoir un impact positif sur votre estime de vous. » Alors, à partir de maintenant, n’oubliez pas de vous comparer aux personnes dans lesquelles vous pouvez vraiment vous reconnaître, et non aux personnes à qui vous aimeriez ressembler.

Comparez avec parcimonie


Personne ici ne prétend qu’il ne faut pas jeter un coup d’oeil à son voisin de temps en temps. Au contraire, c’est même une bonne chose de se comparer aux autres de temps en temps, si c’est fait positivement, rassure Gudrun Hespel. Voici quelques bonnes raisons de se comparer:

  1. Ça change votre point de vue: se comparer aux autres peut vous éclairer et vous faire prendre conscience que vous ne voulez peut-être pas ce que les autres ont, que vous ne voulez pas faire ce qu’ils font ou que vous ne voulez pas leur ressembler. Ça aide aussi à rester concentrée sur ses objectifs et à ne pas se laisser distraire. Pensez toujours à ce que vous désirez au fond de vous.
  2. Ça peut être une source d’inspiration: si vous savez ce que vous voulez, vous pouvez vous motiver en trouvant des personnes qui ont atteint cet objectif. Ça n’a pas de sens de copier le style vestimentaire d’une personne juste parce qu’elle est célèbre. Par contre, c’est intéressant de vous inspirer des tenues que portent d’autres personnes avec une morphologie semblable à la vôtre. Apprendre les uns des autres est toujours bénéfique, et c’est important de ne pas se contenter de voir ce que l’on envie chez eux. Demandez-vous ce que vous pouvez faire pour atteindre votre idéal, sans oublier qu’on est tous différent.
  3. Ça normalise: en vous comparant à un groupe de personnes qui se trouve dans la même situation que vous, vous créez votre propre cadre de référence. En vous éloignant de ce cadre, vous vous rendrez compte que la comparaison devient inégale. Alors n’arrêtez pas de vous comparer. Faites-le simplement dans le bon sens du terme. En suivant ces conseils:
  4. Utilisez les réseaux sociaux à bon escient et désabonnez-vous des comptes qui vous présentent une image tronquée de la réalité. En voyant des corps gommés à longueur de journée, vous vous formez un idéal de beauté inatteignable. Suivez seulement des profils qui vous rendent heureux·se.
  5. Ne retouchez pas vos selfies, pour que l’image que vous avez de vous dans votre tête corresponde à celle que vous voyez dans le miroir. Prenez conscience que vous êtes bien comme vous êtes.
  6. Considérez votre corps comme un outil avec lequel vous pouvez faire des choses qui vous rendent heureux·se. Prenez soin de ce corps et tenez-vous loin des cases dans lesquelles on essaye de vous ranger. Votre corps est un compagnon qui mérite d’être apprécié au-delà de son apparence.
  7. Concentrez-vous davantage sur ce que votre corps ressent et pourquoi, indépendamment de votre apparence. Et écoutez ce dont votre corps a besoin.
  8. Publiez sur les réseaux sociaux ce à quoi vous ressemblez, mais aussi ce que vous faites. Concentrez- vous sur les expériences et les instants plutôt que sur les selfies. Et ne tirez pas votre satisfaction des likes, car tant que vous cherchez la validation des autres, votre approche n’est pas constructive.
  9. Travaillez votre confiance en vous avant de vous comparer. Plus vous êtes sûr·e de vous, moins les images que vous voyez auront d’impact.


 



Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires

Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon