Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© ELENA VINO

BABYSTORY: « On m’avait dit que je ne pourrais jamais tomber enceinte »

Gwendoline Cuvelier Journaliste


Du désir d’enfant à la maternité, mettre un petit être au monde peut parfois s’apparenter à des montagnes russes. Le stérilet de Kim a provoqué une inflammation et a finalement conduit à l’ablation de sa trompe de Fallope droite et d’un de ses ovaires. « Devenir maman était mon plus grand rêve. Quand on m’a que cela n’arriverait peut-être jamais, mon monde s’est effondré » raconte-t-elle.


Kim (29 ans) et Dieter (33 ans) sont devenus les heureux parents de Mattis Roy en janvier. « Nous trouvions que Mattis était un beau prénom. Roy est le nom de famille de ma maman, Linda Van Roy, décédée d’un cancer du sein en août 2019. Depuis le début, nous avions décidé que nos enfants porteraient un deuxième prénom en référence à ma mère, leur merveilleuse mamie partie trop tôt ».

 

Une spirale infernale


« Mon chemin vers la grossesse a été semé d’embûches. Quand j’avais dix-huit ans, j’ai fait placer un stérilet, sans me douter une seule seconde qu’il provoquerait une inflammation pendant dix ans. J’ai dû subir une opération pour retirer ma trompe de Fallope et mon ovaire droits. Le côté gauche avait également été fortement endommagé. Nous savions qu’il serait difficile pour moi de tomber enceinte naturellement et avons commencé des traitements FIV/ICSI. Deux ans plus tard, le médecin m’a annoncé que les chances que je tombe enceinte, même de cette manière, étaient minimes. Nous avons dû réfléchir à d’autres options telles que le don d’ovules ou l’adoption. Ce jour-là, mon monde s’est complètement effondré. Devenir maman était mon plus grand rêve et tout à coup, on m’annonçait que cela n’arrivera peut-être jamais. »



« Ma sœur jumelle s’est proposée pour faire un don d’ovules. Mais le premier confinement a commencé juste au moment où nous nous apprêtions à lancer le processus. Lorsque vous vous battez depuis si longtemps pour avoir un bébé, chaque mois supplémentaire paraît une éternité. Mais soudain, mes règles se sont arrêtées. Je n’osais pas y croire, j’avais toujours un cycle irrégulier, mais ma sœur a fini par me convaincre de faire un test de grossesse. C’était le 16 mai et j’étais enceinte de six semaines! Il a également fallu quelques jours à Dieter avant qu’il ne réalise ce qui était en train de se passer. Ces premières semaines ont été éprouvantes pour moi. Je ne pouvais pas m’empêcher d’imaginer sans cesse le pire. »

Surprise!


« J’ai annoncé la bonne nouvelle à Dieter en laissant ma nièce, qui faisait ses premiers pas à l’époque, se promener avec un test positif à la main. Au début, il pensait que le test venait de ma sœur, pensant que je ne pouvais pas tomber enceinte. Ce n’est qu’après la première échographie qu’il a enfin osé y croire et s’est montré très enthousiaste ».

« Nous avons annoncé ma grossesse à ma famille le 18 mai,  le jour de l’anniversaire de ma mère. Ce jour-là, nous nous sommes tous réunis sur sa tombe et avons mis un body à ma nièce avec le message « Proud to be auntie Amy ». Tous mes proches n’étaient pas encore au courant qu’Amy était capable de marcher, ce fut donc une double surprise. »

« Bien sûr, j’étais super heureuse d’être enceinte, mais la grossesse en elle-même était loin d’être agréable. J’ai beaucoup souffert de fatigue, de nausées, de douleurs… Par contre, ressentir les premiers mouvements dans mon ventre ou entendre le cœur de mon bébé battre pendant les échographies, c’était magique! »

Le jour de la rencontre


« À cause d’une maladie provoquant une mauvaise coagulation sanguine, je savais à l’avance que mon accouchement serait provoqué et que je n’aurais pas le droit de prendre de péridurale pour éviter les complications. Je pensais savoir à peu près à quoi m’attendre, mais je n’étais pas préparée du tout à un travail de 42 heures! Même si prendre un bain soulageait les contractions, j’ai cru qu’elles ne s’arrêteraient jamais. Quand j’ai finalement été autorisée à pousser, tout s’est accéléré. Le sentiment que j’ai ressenti en tenant pour la première fois mon bébé dans mes bras est indescriptible. C’est un peu cliché mais tellement vrai : toute la douleur que je venais d’endurer s’est s’envolée comme par magie! »

Les débuts à 3


« J’avais hâte de rentrer à la maison pour passer de nos premiers moments en famille dans notre petit cocon, pendant que Dieter était encore en congé. Mais j’avais un peu sous-estimé les débuts avec un nouveau-né, loin d’être de tout repos. Devenir parents est un apprentissage et cette expérience s’avère parfois mouvementée. Heureusement, on a fini par trouver notre équilibre, petit à petit, et vraiment profiter de cette nouvelle vie à trois ».

« Je m’étais toujours dit que je n’étais pas faite pour être mère au foyer. J’avais prévu de retourner rapidement au boulot. Mais, étonnamment, j’ai adoré jouer mon rôle de maman à 100% et j’ai même eu du mal à reprendre le chemin du travail à la fin de mon congé de maternité. Élever un petit être n’est pas toujours facile mais c’est merveilleux de le voir grandir et observer son caractère se forger jour après jour ».

« Nous aimerions un deuxième enfant, de préférence avec peu d’écart d’âge avec le premier. Puisque ce n’est pas évident pour moi de tomber enceinte, après l’accouchement, nous avons décidé de ne pas reprendre de contraception et de laisser la nature suivre son cours. Quand je regarde les photos de ma grossesse, mon ventre rond me manque déjà et j’ai déjà hâte de revivre cette belle aventure. »

À nous trois

À nous trois

À nous trois

« Quand j’étais enceinte de 28 semaines, nous avons fait un shooting
avec la photographe Elena Vino. C’est une
professionnelle super talentueuse qui a réussi à prendre des photos
exactement dans le style que je voulais. »

Elena Vino

Shooting amateur

Shooting amateur

Shooting amateur

« Ma sœur cadette, devenue la marraine de Matthis, se passionne pour
la photo. On a également posé devant son objectif lors de ma
grossesse. »

Garçon ou fille?

Garçon ou fille?

Garçon ou fille?

« Pour annoncer le sexe à nos proches, nous avions mis de la poudre
colorée dans le pot d’échappement de deux motos. Lorsqu’elles ont
commencé à rouler, un gros nuage bleu est apparu. Dieter était très
heureux d’avoir un garçon, un futur petit jouer de foot! »

Ventre rond

Ventre rond

Ventre rond

« Chaque mois, je prenais une photo pour suivre l’évolution de mon
ventre et garder un souvenir de ma grossesse. Parfois, j’étais
choquée de découvrir à quel point mon bidou grossissait de mois en
mois, sans que je ne m’en rende compte. J’étais enfin enceinte,
j’étais fière de le montrer. »

Les échographies

Les échographies

Les échographies

« Mattis  semblait déjà avoir un caractère têtu. Il aura fallu
trois tentatives afin qu’il daigne enfin se montrer sur les
échographies. On s’amusait à imaginer à qui allait ressembler.
Aujourd’hui, les avis sont partagés à ce sujet, mais pour nous, une
chose est sûre: c’est le plus bel enfant du monde! »

Notre petite famille

Notre petite famille

Notre petite famille

« C’est notre première photo en famille, également prise par la
photographe Elena. Ici, Mattis avait exactement trois semaines. Les
derniers jours avant le shooting n’ont pas été faciles, donc
j’avais un peu peur qu’il ne se montre pas très coopératif.
Finalement, tout s’est très bien passé! ».

Petite bouille

Petite bouille

Petite bouille

« Je craque complètement sur la petite tête d’ange de Matthis, prise
lors de la même séance photo, lorsqu’il était nouveau-né. »

Baptême

Baptême

Baptême

« Cette photo a été prise le 14 mars, lors de son baptême. Nous
l’avons fêté pendant le confinement, en petit comité, avec nos
parents, nos frères et soeurs. »

Bienvenue Mattis

Bienvenue Mattis

Bienvenue Mattis

« La toute première photo avec mon fils prise à l’hôpital lorsqu’il
venait de sortir de mon ventre. »

Photos: Elena Vino


 



Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires