Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Paye Ta Psychophobie - Getty Images

Paye Ta Psychophobie, un compte Insta contre la stigmatisation des troubles psy

Kathleen Wuyard

Contrairement à ce que son nom indique, la psychophobie est moins une peur qu’une forme de discrimination à l’encontre des personnes souffrant d’un trouble psychique. Une discrimination malheureusement très répandue, que dénonce Paye Ta Psychophobie à l’aide de posts Instagram tantôt militants, tantôt réconfortants.


Ils sont d’ailleurs plus de 19.800 à suivre le compte, qui se revendique safe et inclusif, promeut l’union contre la stigmatisation, et promet que toute marque d’irrespect sera bannie des commentaires. Parce qu’ainsi que la description en bio le rappelle, « troubles psy, neuroatypie, et alors? ». Et alors… en vrai, ce n’est pas si simple. Les stigmates qui entourent les troubles psychiques ont la peau dure, qu’il s’agisse de minimiser leur impact – lire aussi: « Si on traitait les maladies physiques comme les maladies mentales? », des illus qui font réfléchir -, de pointer du doigt les personnes qui en souffrent, voire même, de banaliser certains troubles sous formes d’insultes quotidiennes, de « t’es fou » à « elle est complètement schizo ».


Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon


Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Education et respect vs Psychophobie


Autant de dérives que dénonce Paye Ta Psychophobie, qui fait le pari, sur un réseau principalement consacré à l’image et aux légendes inspirationnelles, de rédiger de longs posts pédagogues afin d’espérer changer enfin les mentalités.  Outre le partage de témoignages sur des sujets aussi variés que les antidépresseurs, les TOCs ou encore la scarification, le compte organise également des discussions libres sur la bipolarité ou la dépression, par exemple, avec pour objectif de permettre aux personnes concernées ou simplement curieuses d’avoir une parole libérée.


Voici le contenu inséré d'un réseau de médias sociaux qui souhaite écrire ou lire des cookies. Vous n'avez pas donné la permission pour cela.
Cliquez ici pour autoriser cela de toute façon

Même lorsqu’il s’agit de dénoncer des articles ou commentaires problématiques, c’est fait dans une optique de respect et d’éducation, comme lorsque Paye Ta Psychophobie épingle le commentaire d’une certaine Karine, qui, au sujet de personnes ayant choisi de se faire tatouer le palais, se dit « d’accord pour l’internement ». La réponse de Paye Ta Psychophobie?

1) L’internement est un sujet difficile pour les personnes concernées. Quand on veut plaisanter sur ce genre de sujets, on le fait avec tact.

2) Cette plaisanterie sur l’internement sous-entend que les personnes hospitalisées le sont pour des raisons futiles. Cela est très violent pour les personnes concernées. On ne ferait jamais cela avec une hospitalisation pour une raison physique ».


S’il est probable que la commentatrice en question n’ait jamais vu le post, ceux-ci sont régulièrement likés à plus de 1.000 reprises, laissant espérer que l’objectif du compte est en partie rempli.

Lire aussi: 

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires