Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Photo taken in Saint Petersburg, Russia

Vous êtes épuisé·e par la rentrée? Gare à votre santé mentale!

Laurane Wattecamps

La rentrée bat son plein et vous vous sentez déjà au bord du gouffre? Attention à l’anxiété qui guette et qui pèse sur votre santé mentale. Monica Allegranzi, Psychologue clinicienne du comité Psychologue.net, nous donne des clés pour mieux aborder cette nouvelle rentrée sous le signe de la pandémie.


« Il est courant de développer des symptômes liés à l’anxiété durant le mois de la rentrée scolaire ou de la reprise du travail. Ce stress est renforcé par des jours incertains que nous vivons dans le cadre de la pandémie de Covid-19. Et c’est tout à fait normal. Peur et liberté sont les deux binaires sur lesquels nous marchons aujourd’hui.

D’où viennent nos peurs liées au contexte sanitaire actuel ?


La peur est située dans la partie de notre cerveau appelée « reptilien » qui fait appel à nos instincts primaires. Cette émotion peut nous générer différents comportements, parmi lesquels, le combat ou la fuite. La peur et le stress, comme tous les autres sentiments, vont avoir des effets cognitifs, émotionnels, neurologiques, endocriniens et comportementaux. La crise de Covid-19 vient actuellement perturber notre sentiment de vulnérabilité alors même que nous cherchons naturellement à contrôler nos existences et limiter le sentiment de peur. L’anxiété liée à la crise sanitaire est doublée d’un stress lié aux possibles changements de sa vie dans le cadre d’une rentrée scolaire ou d’un retour au travail après les vacances d’été.

La réponse face au Covid-19 dépend de notre monde intérieur.


Nous abordons la situation dans laquelle nous nous trouvons face au virus avec les schémas qui sont déjà enregistrés dans notre esprit et que nous utilisons pour analyser et métaboliser la réalité. Certaines personnes, face à une angoisse, vont nier la réalité. Même si celle-ci ne s’efface pas seulement parce que l’on a arrêté d’y croire. Il est actuellement important de chercher à voir la réalité d’une manière ni trop négative ni trop positive, de rester vigilant au fur et à mesure que la pandémie et les dispositions mises en place par l’État évoluent, en cherchant à analyser chaque moment, au jour le jour, en sachant que la situation change rapidement.

Il est vital pour sa santé mentale et physique de limiter ses tourments au maximum, que ce soit après avoir fait le vaccin, à l’idée d’abandonner le masque ou pour toutes autres mesures mises en place tout au long de cette période. Cela est d’autant plus capital que les recherches scientifiques tendent de plus en plus à prouver l’existence d’un lien entre la santé mentale et les maladies auto-immunes, et plus généralement, entre les stimulations internes/externes et l’activité cérébrale. Notre système nerveux central va influencer directement ou indirectement notre système immunitaire et la modulation de l’immunosurveillance.

Il est très probable que ce virus reste encore plusieurs mois ou années, il faut donc intégrer l’idée de vivre avec. Carl Gustav Jung a dit que : « La vie est une recherche vers un équilibre qui n’existe pas, parce que le dynamisme et les changements peuvent s’appliquer à tout être vivant ».

Comment améliorer ses conditions de santé mentale et vivre au mieux la rentrée ?


Les complexes psychiques comme l’anxiété ou le stress nous amènent à penser que nous ne sommes pas capables de gérer toutes les stimulations externes qui nous arrivent. Nous avons besoin de travailler sur notre sentiment d’auto-efficacité, sur nos valeurs personnelles et notre identité pour les stabiliser et les intégrer. Si nous améliorons la perception que nous avons de nous-même, nos réponses émotives et cérébrales vont changer et les stimulations externes deviendront moins perturbantes.

La clé est donc de se recentrer sur son bien-être mental et pas seulement physique. Par le biais d’un proche ou d’un professionnel, il est important de travailler sur le sens de notre identité personnelle et soigner notre dialogue intime. Un psychologue n’aide pas seulement les personnes qui ont des troubles psychiques spécifiques, son travail est aussi d’aider tout simplement à trouver l’harmonie entre ambitions et comportements, besoins et désirs ».

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires