Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© Pexels

Ce compte Instagram illustre et déconstruit nos émotions

Ana Michelot
Ana Michelot Journaliste

L’amour, le manque, la peur, la jalousie, la tristesse, toutes ces émotions sont parfois difficiles à ressentir et à exprimer. Le compte Instagram « cht.am » les déconstruit pour nous à travers des dessins.

Suivi par plus de 17 000 abonnés, le compte « cht.am » regorge de petits dessins aux couleurs jaunes, bleues et rouges. Chaque post composé de plusieurs images vise à déconstruire un ressentiment, une émotion ou une situation mentale. Mathilde De Capèle, chroniqueuse chez Radio Nova et gérante du compte Instagram, s’attèle à décrypter notre besoin de mettre les gens dans des cases, ou encore le syndrome de l’imposteur. Elle s’inspire de sa propre vie et des émotions auxquelles elle est confrontée et les met en mots et en dessins afin de les rendre plus compréhensibles pour tou·te·s. « J’aime l’idée de faire des dessins d’enfant pour adultes, quelque chose de très simple, mais de vraiment parlant pour tout le monde. C’est un peu de l’“ignorant style”, j’aime bien les dessins de gens qui ne savent pas dessiner, il y a quelque chose de très sincère là-dedans », explique-t-elle sur le choix de son style au média « Les Inrockuptibles ».

Lire aussi : Anatomie d’une dépression: le compte Instagram qui dissèque la maladie

Mieux se comprendre grâce à des métaphores illustrées

Si on est parfois confus·e d’avoir été de si bonne humeur le matin, puis dans une furie intense pendant l’après-midi, ou si on s’est couché·e et que tout allait bien et que l’on se réveille en pleurant, le compte « cht.am » nous apprend à mieux nous comprendre en décortiquant nos émotions et en nous montrant qu’il faut accepter cette fluctuation d’émotions. On a particulièrement aimé le post « Comme un coq empathe », un jeu de mots pour parler d’un thème universel « l’empathie ». Ici, nous sommes symbolisé·e·s par une éponge qui absorberait les émotions des autres, mais additionnées à notre propre tristesse/angoisse/stress, tout cela serait d’un coup beaucoup trop dur à porter et il nous viendrait alors le besoin d’extérioriser pour nous sentir plus légers et légères.

Le post « dénis de process » nous apprend lui à être patient·e car tout vient à point à qui sait attendre. Le message transmis à travers l’image d’une plante qui grandirait peu à peu pour faire des fleurs puis des fruits que l’on pourrait au final récolter, nous montre qu’il ne faut pas brûler les étapes ni se décourager parce que nos envies ne se concrétisent pas assez vite. Il faut laisser du temps au temps. 

« Antici peur » nous montre que finalement les choses qui nous font peur ne sont pas réellement à l’origine de notre peur, « non-amour » nous fait réfléchir sur les raisons pour lesquelles nous n’apprécions pas certaines personnes, peut-être parce qu’on voit en elles, des parts de nous que l’on n’arrive pas à aimer…Autant de petites leçons illustrées qui nous permettent finalement de mettre des mots et des images sur des sentiments parfois enfouis afin de pouvoir mieux avancer. 

Lire aussi :

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires