Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
Pour vous, sans alcool, la fête est folle? DR Unsplash

Comment savoir si vous avez un problème avec l’alcool?

Kathleen Wuyard

L’alcool, vous l’aimez un peu, beaucoup, à la folie... maladivement? Pour savoir si votre consommation est problématique ou non, prenez le temps de faire le test élaboré par l’équipe de gastro-entérologie du CHC de Liège.

Parce que non, contrairement à ce que prétend la sagesse populaire, ce n’est pas aussi simple que « si tu te demandes si tu as un problème avec l’alcool, c’est que tu en as un ». D’abord, parce que d’un côté, c’est difficile (voire dangereux) de tirer des conclusions sur base de potentiels événements isolés (trouvez-nous quelqu’un qui ne s’est jamais dit « plus jamais » en lendemain de soirée et on lui offre une grenadine) mais aussi et surtout parce que, de l’autre, si chaque personne qui a une relation problématique avec la boisson en avait conscience, il y aurait bien moins de problèmes de santé liées à sa consommation excessive.

Mais on digresse, alors que le sujet implique d’aller droit au but: comment savoir si vous avez un problème avec l’alcool? Disons que commencer par répondre aux questions compilées par les gastro-entérologues du CHC de Liège est un bon début. Soit, concrètement:

  1. Avez-vous déjà constaté que vous n’étiez plus capable d’arrêter de boire une fois que vous aviez commencé ?
  2. Votre consommation d’alcool vous a-t-elle empêché de faire ce qui était normalement attendu de vous ?
  3. Après une période de forte consommation, avez-vous dû boire de l’alcool dès le matin pour vous remettre en forme ?
  4. Avez-vous déjà eu un sentiment de culpabilité ou des remords après avoir bu ?
  5. Un parent, un ami, un médecin ou un autre soignant s’est-il déjà inquiété de votre consommation d’alcool ou a-t-il suggéré que vous la réduisiez ?

Et les médecins liégeois de souligner que « si au moins 3 de vos réponses sont positives, il est probable que pour vous, l’alcool soit une nécessité ». Et donc, qu’il est temps d’agir. Par exemple, en rejoignant leur programme de soins, mais aussi en suivant les recommandations et conseils prodigués par la plateforme belge Aide Alcool, qui propose notamment un accompagnement en ligne. Et rappelle qu’en cas de relation de dépendance, « vous pouvez toujours obtenir des informations anonymement auprès d’Infor-Drogues (tél. 02/227.52.52) ou prendre directement contact avec votre médecin de famille. Vous pouvez également contacter Télé-Accueil, 24h/24, au numéro de téléphone gratuit 107 ou via le chat à l’adresse www.tele-accueil.be« .

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires