Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

Plutôt que de cacher son acné kystique, cette influenceuse l’affiche en beauté

Kathleen Wuyard

Silhouette longiligne, longs cheveux blonds, postures de yoga soignées et followers par milliers... Jess Mackenzie ne serait-elle qu’une simple influenceuse parmi tant d’autres? Oui et non, car la jeune instagrammeuse écossaise refuse de cacher ses imperfections, et affiche son acné kystique en gros plan sur son compte, entre astuces pour la traiter et autodérision mordante.


« Tout le monde: mon rouge à lèvres est assorti à ma tenue. Moi: mon rouge à lèvres est assorti à ma peau ». Le commentaire pourrait sembler être une moquerie méchante, mais il a été rédigé par Jess Mackenzie elle-même en légende d’un cliché où elle affiche une moue rouge vif pour la caméra, des cils de biche, et un visage couvert d’acné kystique mais pas recouvert de crèmes et fond de teint pour le cacher. Un parti pris assumé, la jeune femme accompagnant toutes ses publications du hashtag #banishacnestigma. Car malgré le mouvement body positive, les préjugés relatifs à l’acné ont la peau dure, et ce alors même que oui, on peut encore en souffrir à l’âge adulte, et non, la plupart des formes d’acné n’ont rien à voir avec le mode de vie ou le niveau de propreté de la personne, n’en déplaise aux rageu.x.ses ou aux personnes qui ont oublié qu’une vraie peau a des pores et des imperfections à force de trop voir la vie à travers un filtre Insta.

L’acné kystique, sans filtre


Une vérité filtrée que refuse Jess Mackenzie. Si la jeune femme est évidemment experte dans l’art des poses et lumières flatteuses (on n’attrape pas les followers avec du vinaigre), pas question pour autant pour elle de se Facetuner le visage pour présenter une peau lisse et parfaite sur Insta. Son compte-rendu de son traitement au Roacutane (effets secondaires inclus), sa frustration envers certains boutons particulièrement douloureux, Jess ne cache rien. Et en profite pour partager moult messages décomplexants au passage.

« Avant, j’étais obsédée par le maquillage, c’était impossible pour moi de quitter la maison sans en porter, je voulais me cacher derrière couche après couche de fond de teint. Mais au fur et à mesure de la progression de mon acné kystique, j’ai réalisé deux choses: premièrement, le maquillage ne la masque pas, et deuxièmement, ça rend ma peau sensible inconfortable. Quand je donne cours de yoga, je répète toujours à mes élèves que si quelque chose les dérange, ils doivent le changer, et si c’est impossible, ils doivent l’accepter, et j’ai décidé de suivre mes propres conseils » confie Jess sur Instagram.

Je ne peux pas changer ce à quoi ma peau ressemble sans maquillage, mais je l’accepte, et j’ai enfin fait la paix avec elle. J’ai conscience que le traitement de mon acné prendra du temps: toutes les meilleures choses ne s’obtiennent pas juste comme ça. Maintenant, je me maquille juste quand je sors, et le reste du temps, je laisse ma peau nue parce que ça fait un bien fou et c’est beau aussi! »

Et la jeune écossaise de poser une question on ne peut plus pertinente à ses followers: « qu’est-ce qui est positif dans le fait de se critiquer? Rien. Qu’est-ce qui est positif quand on est positif? TOUT ». La formule magique pour se sentir bien dans sa peau?

Lire aussi: 


Photo de couverture: Montage Flair / Capture d’écran Instagram Jess Mackenzie

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires