Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…
© midesction of unrecognizable naked woman covering pubic area with hands; Shutterstock ID 742161916; Projectnummer/WBS-nummer: -; Uitgave/Naam lesmethode: -; Redacteur/Traffic manager: -; Anders: -

Pubis rasé ou épilé? Attention danger!

Laurane Wattecamps

Vous avez l’habitude de vous raser ou de vous épiler? Comme de nombreuses femmes, vous traquez les poils sur votre pubis? Pourtant, un pubis imberbe n’est pas ce qu’il y a de mieux en terme de santé.


L’épilation intime et le rasage sont devenus très fréquents pour de nombreuses femmes. La sensation de « propreté » que l’un et l’autre confèrent pourrait pourtant être faussée. Une étude publiée aux États-Unis rapporte que 84% des femmes se seraient déjà rasées ou épilées les parties intimes. Une personne sur six ne jure que par l’intégrale avec au moins onze épilations par an. Une personne sur 10 passe au moins une fois par semaine par un rasage partiel ou total. Mais ces pratiques ne sont pas sans risque.

Les chercheurs américains estiment que le risque d’IST, les infections sexuellement transmissibles, est plus élevé en cas de rasage ou d’épilation. Il serait presque doublé. Les IST plus sévères comme l’herpès, le papillomavirus, la syphilis ou le molluscum contagiosum sont davantage transmissibles en cas de pubis épilé ou rasé. Fort peu rassurant n’est-ce pas? Les auteurs de l’étude expliquent:

D’autres études avaient déjà montré que le fait de se raser provoquait des micro-coupures qui pouvaient faciliter la pénétration de virus ou de bactéries responsables d’IST».


Prudence, tout de même, les chercheurs n’ont pas conclu de corrélation entre le rasage ou l’épilation et le risque de choper une infection. « Même si nous avons tenu compte du nombre de partenaires sexuels au cours de la vie, il est toujours possible que nos résultats aient été faussés par des comportements sexuels à risque ».

Dans tous les cas, un pubis à nu est plus vulnérable. Il suffit de mentionner les poils incarnés pour se rendre qu’une infection peut vite s’installer. En cas de coupure, d’irritation ou de peau plus « à vif », les IST se propagent plus facilement. Comme quoi, une prune toute lisse n’est pas forcément le summum de l’hygiène.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires