https://api.mijnmagazines.be/packages/navigation/

Gen F

En rejoignant la communauté, vous recevez un accès exclusif à tous nos articles, pourrez partager votre témoignage et…

L’impact de la pandémie sur le mental perturberait notre cycle menstruel

Kathleen Wuyard

Loin de nous l’idée de propager de la négativité, mais en vrai, il ne manquait pas plus que ça: le stress causé par la pandémie jouerait en effet sur notre cycle menstruel. Youpie.

C’est en tout cas ce qu’il ressort d’une étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’université Northwestern, de Chicago, et repérée par Julie Kern, rédactrice scientifique pour Futura Sciences.

Concrètement, ainsi qu’elle le relaie, « les femmes dont la santé mentale est la plus touchée par la pandémie ont rapporté des changements dans leur cycle menstruel. Pour 54 % d’entre elles, le cycle était plus long qu’habituellement ; pour 34 % d’entre elles, ce sont les menstruations qui ont été plus longues et plus intenses. La moitié d’entre elles ont aussi vu des changements dans leurs symptômes prémenstruels ». Il ne manquait plus que ça, on vous disait.

Le cycle des règles déréglé

Même si, concrètement, ce n’est malheureusement pas vraiment surprenant: ainsi que le rappelait la gynécologue française Elisabeth Paganelli au printemps dernier, le cycle d’une femme peut se modifier quand le stress agit sur le cortex cérébral. Le cycle menstruel est en effet contrôlé par le système nerveux central, or si on vit une période stressante, la sécrétion d’hormones de l’hypophyse et de l’hypothalamus risque d’être perturbées. Comme ces dernières sont nécessaires pour avoir un cycle régulier, on peut donc constater un impact sur les règles.

Sans qu’il soit nécessaire de se faire un sang d’encre pour autant: interviewée par Elena Bizzotto pour Santé Magazine, Elisabeth Paganelli se voulait rassurante, affirmant que « sur le long terme, l’absence de règles, ou la répétition de cycles longs n’a aucune conséquence « , et qu’il faut plutôt y voir une manière pour notre corps de nous « protéger d’une grossesse non désirée via une forme de contrôle hormonal dicté par le stress ». En somme, stresser de ne pas voir venir ses règles normalement ne ferait qu’empirer les choses.

Lire aussi:

Vous avez repéré une erreur ou disposez de plus d’infos? Signalez-le ici

Nos Partenaires